dimanche 26 février 2017

Promethée et la boite de Pandore de Clotilde Bruneau et Giuseppe Baiguera

RESUME: Olympe. La guerre contre les Titans vient de s'achever. Mais l'euphorie de la victoire laisse vite place à l'ennui, et les dieux ont besoin de se trouver une nouvelle occupation. Aussi Zeus a l'idée d'une source de divertissement infinie, en constante évolution : la vie ! Il charge le Titan Prométhée de sa conception en créant l'harmonie sur ce nouveau monde à sa disposition.
Mais très vite, Prométhée imagine une espèce qui dépasserait toutes les autres. Une espèce à qui il donnerait un pouvoir rivalisant avec celui des dieux. Quitte à s'attirer les foudres de Zeus...
Symbole de l'apport de la connaissance aux hommes, Prométhée est l'un des mythes fondateurs de la civilisation européenne, et probablement celui dont on retrouve le plus de versions équivalentes chez les autres peuples. Il semblait inévitable qu'il inaugure cette collection des grands mythes grecs en bande dessinée.

MON AVIS: 2e BD que je lis et pas des moindres,  des BD sur la mythologie. Que demandez de plus moi qui si je ne suis pas plus fan que ça de la BD comme je l'ai déjà dis, mais une inconditionnelle de la mythologie. Si vous me suivez, vous savez que j'adore la mythologie égyptienne, mais vous savez peut être moins que j'adore aussi la mythologie grec et romaine.
Ici on suit l'histoire de Prométhée le titan qui, sous les ordres de Zeus, pour donner une distraction au dieux fabrique les hommes mais en leur donnant un coup de pouce: il leur donne le feu sacré de l'olympe ce qui déchaine la colère de Zeus.
Si vous ne connaissez pas, je vous laisse découvrir la suite. Si vous connaissez, je vous laisse le relire en version BD. Outre la justesse des dessins, qui sont magnifiquement fait, ce livre est superbe. On a bien l'histoire de Prométhée tel qu'on la connait, l'auteur n'a pas dévié du mythe originelle.
De plus, un bonus a la fin: de la documentation explicative qui nous permet d'aller plus loin dans les renseignements et de voir les différentes versions est un réel plaisir a lire.
Cette collection est vraiment un bonheur a découvrir et je crois que je vais me faire mon petit plaisir au fur et a mesure. Je sais que certains sont en tome d'après mon libraire de BD ( eh oui j'ai une librairie BD a coté de chez moi).
Je trouve génial de revisité la mythologie au travers de BD qui permet aux gens de découvrir ou redécouvrir ses histoires qui restent fascinante. De plus, comme je l'ai dis plus haut, les dessins sont superbe et c'est plaisir pour les yeux. C'est très bien fait et on ne tombe pas dans la caricature et ça c'est un gros plus que je vous recommande chaudement.

C'est dimanche, on visite...

Et voici la fin du mois et le rendez vous de c'est Dimanche, on visite.. Comme vous le savez, c'est un rendez vous mensuel ou je vous emmène visité un lieu chargé d'histoire ou d'architecture, un trésor de notre patrimoine.

Ce mois ci je vous emmène voir un quartier a Paris, le mythique quartier de saint germain des prés. Personnellement, c'est l'un de ceux que je préfère dans paris, autant pour son atmosphère, que le quartier en lui même.
Les photos qui illustrent cette article sont prise sur internet

Tout d'abord, comme je fais toujours, on commence par situé et par faire un peu d'histoire.
Le quartier Saint-Germain-des-Prés est le 24e quartier administratif de Paris situé dans le 6e arrondissement, au bout de la rue de Rennes et autour de l'abbaye du même nom. Ses habitants sont les Germanopratins.
Ce site est desservi par les stations de métro Saint-Sulpice, Odéon et Saint-Germain-des-Prés. Ci dessous voila le plan du quartier Google map.

  Je vais faire un tour rapide historique, en commençant par la période médiévale:
Une petite agglomération s'est formée peu à peu autour de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, consacrée vers 558 par l'évêque de Paris, Germain, celle-ci est située comme son nom l'indique à l'extérieur de l'agglomération au Moyen Âge. Le bourg Saint-Germain s'est constitué au XIIe siècle et comptait alors environ 600 habitants. Il restera en dehors de l'enceinte de Philippe-Auguste. Il a ses limites particulières.
Son domaine s'étend en rive gauche de la Seine, sur le territoire des actuels 6eet 7e arrondissements. Jusqu'au XIIe siècle, la paroisse de ce bourg est l'église Saint-Pierre, à l'emplacement de l'actuelle église catholique ukrainienne. Son église est consacrée en 558. Les bâtiments en pierre ont été construits vers l’an 1000, au temps de la splendeur et du rayonnement intellectuel intense de l’abbaye qui s’agrandit sans cesse. Le nom de la rue du Four (6e arrondissement) correspond à l’ancien four de l’abbaye. Vers 1180, c'est la première église Saint-Sulpice qui devient l'église paroissiale du bourg.

je passe sur le reste, mais sachez que se quartier a acquit son pouvoir grâce aux intellectuels depuis le XVIIe siècle. Lorsque ses derniers y passaient, ils laissaient une empreinte de leur talent, en marquant les rues d'un sceau littéraire. A l'époque des année 1920 et 1950 saint germain des prés était un village ou se tenait une librairie appelé le divan a l'angle de la rue Bonaparte et de la rue de l'abbaye. Après la guerre, le quartier est devenu un haut lieu de la vie intellectuelle et culturelle parisienne. Des personnalités tel que jean Paul Sartre, Juliette Gréco, François Truffaut, jacques Prévert y ont habité.

Voila pour le coté historique. Maintenant, suivez moi et allons visité le quartier d'un peu plus près.
Pour commencé, rendez vous devant l'église saint germain des prés accessible par la ligne 4 du métro.
 l'église de saint germain des prés, qui est la plus ancienne église de Paris (1163) avec celle de Saint-julien-le pauvre qui date de 1165
Si vous êtes attentif vous remarquerez sur une des façades, il y'a comme un bout qui manque. Œuvre du baron Haussmann durant ses travaux
Je fais un rapide retour en arrière pour vous dire que A l’époque Gallo-Romaine, lorsque Paris n’était encore que Lutèce, c’est dans cette partie de la ville que les Romains décidèrent de s’installer et d’y établir des monuments publics, donnant à Paris un important statut politique.


Voici une vue plus large, désolée je n'ai pas une vue qui montre le coup de pioche.
 
Continuons notre visite.
Je vous emmène maintenant vers la petite place saint André des arts .Soyez attententif au batiment du 1 rue Danton qui est le premier immeuble, construit  en béton armé en 1899 ( photo ci dessous)
 
Continuons notre promenade Rejoignez à nouveau le boulevard Saint-Germain, puis prenez la rue Bonaparte jusqu’à l’Église Saint-Sulpice. La place est magnifique avec sa grande fontaine


L'atmosphère y est assez bourgeoise, et chic, rien qu'en regardant les boutiques. petite aparté, amis (es) lecteurs (trice), sachez qu'en face de cette place, il y'a une grande librairie: la librairie procure qui contient  une foule de trésors et tout est superbement bien organisé.
Petit mot sur l'église saint Sulpice, elle a Longtemps négligée par les parisiens (remarquez par exemple que la tour sud, moins haute de 5 mètres que la tour nord, n’a jamais été achevée), elle n’en reste pas moins l’une des plus belles de Paris, cachant quelques trésors comme des peintures d’Eugène Delacroix, un somptueux grand orgue, ainsi que son gnomon, outil de mesure permettant de déterminer au 18e siècle la date exacte de Pâques. Je ferais un article plus long bientôt.

bon continuons je vais vous montré maintenant ce qu'il y'a de beau a voir, au hasard des rues, que vous trouverez facilement sur un plan:

Sur ses deux photos, voici la cour du commerce saint André des arts, vous pouvez y accédez par le bd Saint Germain. Paris a quelques passage comme ça couverte qui recrée l'atmosphère du Paris d'autre fois . Par contre mettez de bonne chaussure, car les pavés sont fatale pour le dos et les jambes.



 Voici maintenant une vue de l'hôtel de Rohan, photo ci dessous

En quittant le passage du commerce, saint André des arts, vous pouvez aller faire un tour au café Procope qui se situe rue de l'ancienne comédie et qui est l'un des plus anciens de la capitale car il a eté fondé en 1684. C'est un café restaurant d'artistes et d'intellectuel ou au XVIIIe siècle était fréquenté par Diderot, voltaire entre autre.

Voici a présent la rue Buci qui est une voie qui se situe entre le quartier de la monnaie et saint germain des prés.
 
Les deux photos ci dessous montrent une vue du passage Dauphine qui se situe dans le quartier de la monnaie, et qui relie la rue Mazarine, pour info, elle a été fondé en 1825.


Sur la photo du bas, une enseigne de boutique de la rue de Seine. rue qui traverse le quartier de la monnaie, le quartier Odéon et saint germain. Sur la photo du bas, voici une vue de la rue  Fürstenberg. La rue comprend en son milieu une placette pittoresque, objet de nombreuses illustrations et photographies.
 
Et voici la place Saint germain des prés.
 
Pour finir, je vous invite dans un café qui est l'un des plus connu de Paris et qui vaut le coup d'œil, rien que pour l'intérieur, car il a gardé son charme d'antan. Sachez aussi que son chocolat est le meilleur de Paris. Il se situe place saint germain des prés.



 
Pour conclure, un petit jeu: de quel film est tiré cette photo? Un indice, c'est un film français de 1973
 
Voila ainsi s'achève notre visite de ce quartier mythique. Je vous donne rendez vous le mois prochain.
 

samedi 25 février 2017

Sherlock Holmes et les vampires de Londres de sylvain Cordurier et Laci

RESUME: Mai 1891. Sherlock Holmes périt dans les chiites de Reichenbach en affrontant son plus grand adversaire, le Professeur Moriarty. C'est du moins ce qu'affirme la presse. Une version hasardeuse, car Holmes est bien vivant et compte tirer profit de sa mort présumée pour parcourir le monde. Mais s'il est aisé de tromper le commun des mortels, d'autres ne se laissent pas si facilement convaincre. Holmes voit ses projets contrariés quand des vampires londoniens retrouvent sa trace à Paris...

MON AVIS: Je lis rarement de la BD, tout simplement parce que ce n'est pas trop mon  truc! Mais la c'est un cadeau de mon mari, comme les BD que je vais chroniqué plus tard et que j'ai lu ce mois ci.
De plus c'est Sherlock Holmes, du coup je me suis plongé dedans avec enthousiasme. On plonge bien dans l'univers si cher a Conan Doyle et on retrouve notre détective préféré juste après sa supposé mort contre Moriarty. Cette fois ci, il est seul pour faire la lumière sur cette affaire si je puis dire. L'histoire est assez sympa, les dessins sont superbe. Le Londres de 1800 est très bien rendu jusqu'au moindre détail des affaires des personnages. Un petit regret, quand même, c'est l'absence de Watson, car Holmes ne peut pas gentiment se moquer de lui, et aussi le manque de cynisme de Holmes qui en fait un personnage haut en couleur. J'avais un peu l'impression que Holmes n'était pas tout a fait lui même  et j'avoue que cela m'a manqué.
A part cette petite déconvenue, c'est avec plaisir que j'ai lu cette BD qui m'a fait passer un très bon moment et que je suis ravie d'avoir lu. Je sais qu'il existe une suite que je vais me procuré assez rapidement. J'avais lu une autre BD sur Sherlock Holmes qui était l'ultime défit de Holmes et qui parlait des emurtres de Jack l'éventreur. Je dois avoué que si la BD était pas mal, je n'ai pas accrocher comme celle ci.

dimanche 19 février 2017

Je suis Pilgrim de Terry Hayes

RESUME: Pilgrim est le nom de code d’un homme qui n’existe pas. Il a autrefois dirigé une unité spéciale du Renseignement américain. Avant de prendre une retraite dans l’anonymat le plus total, il a écrit le livre de référence sur la criminologie et la médecine légale. Mais son passé d'agent secret va bientôt le rattraper...

Une jeune femme assassinée dans un hôtel sinistre de Manhattan.
Un père décapité en public sous le soleil cuisant d’Arabie saoudite.
Un chercheur torturé devant un laboratoire de recherche syrien ultrasecret.
Des cadavres encore fumants trouvés dans les montagnes de l’Hindu Kush.
Un complot visant à commettre un effroyable crime contre l’humanité.
Et un fil rouge, reliant tous ces événements, qu'un homme est résolu à suivre jusqu’au bout.

MON AVIS: Attention coup de cœur!!! Cela faisait un moment que j'avais se livre dans ma pal. Il m'a donné envie suite aux nombreux avis positif que j'ai pu en lire. Certains étaient déçu car il est vendu comme un thriller mais ce n'en ai pas un.
Pourtant, cela commence comme tel: un meurtre sordide dans une chambre d'hôtel. Nous faisons la connaissance d'un homme qui reste en retrait mais a qui rien n'échappe. Voila le début de l'histoire.
Au fur et a mesure, on en apprend plus sur ce héros. Il faisait partie de la division, les services de renseignement américain. Un personnage qui a apprit a agir dans l'ombre, quelqu'un qui ne se remarque pas. On est très clairement dans un roman d'espionnage et c'est un bouquin captivant de bout en bout. Il mêle suspens, intrigue et bien sur espionnage. J'avais du mal a le lâcher et je le lisais même dans la rue, c'est vous dire. De plus on s'attache au personnage, ce héros qui est très doué dans son domaine, qui est froid calculateur, déterminé, sans état d'âme  mais aussi très humain quand même.
L'action est mené tambour battant dés que les premières 150 pages sont passé et cela s'enchaine a une vitesse incroyable. Et on retient son souffle a chaque page ou presque
Un livre que j'ai vraiment adoré. Pour une fois, je suis d'accord avec le prix qu'il a eu, c'est mérité. Un conseil pour finir, si les premières pages peuvent vous rebuter, mais accrochez vous, il vaut la lecture.

samedi 11 février 2017

La galerie des Tsars de Bernard Féron

RESUME: Ivan le Terrible, Pierre le Grand, Catherine II… Autant de personnages immenses qui, à la tête de la Russie, ont contribué à façonner l’empire. De Rurik, fondateur légendaire de la première dynastie, jusqu’à Nicolas II, le dernier des Romanov, La Galerie des tsars dresse le portrait des hommes et des femmes qui, au fil des siècles, ont présidé aux destinées de la Russie. À côté des plus célèbres, dont la vie et les réalisations sont abondamment développées, apparaissent ici toutes les figures moins connues et jusqu’à certains caractères improbables, tel ce faux tsar Dimitri, dont l’histoire rocambolesque fait aussi partie de l’héritage russe.

MON AVIS: Comment commencé cette chronique? Je dois avoué que ce livre me laisse perplexe. Pour la bonne et simple et raison c'est que je ne sais pas quoi en dire.
Tout d'abord, il faut savoir que ce livre est très intéressant. J'adore l'histoire, vous le savez. Et après avoir lu beaucoup de livres sur l'histoire de France, d'Angleterre, la mythologie égyptienne, grec et romaine, je me suis laissé séduire par l'histoire russe.
A part Nicolas II de Russie, Ivan le terrible et Catherine la grande, je ne connais rien sur les tsars. Et j'étais ravis de lire ce livre et encore plus grande, est ma déconvenue par rapport a ce livre justement.
Ne vous méprenez pas, il est très bon, mais j'étais un tantinet déçue par l'écriture de l'auteur! Une chose de bien, il procède par ordre chronologique et par le commencement, ce qui est une bonne chose. Ce que je n'ai pas aimé, c'est la façon dont il racontait l'histoire de ses tsars. Il n'a pas été très chronologique sur ce point. J'ai eu droit a la vie de ses tsars, puis il parlait de leur mort et revenait sur des détails sur leur vie etc. J'avais l'impression d'avoir sauter des pages par moment. Il était très succincte dans ses descriptions et par moment trop descriptif. C'est dommage, car le fond du livre est très bon et sa façon de le découper en partant du début des tsars et en racontant par dynastie est une très bonne idée, mais par moment j'étais complètement perdu avec ses retours en arrière, ses bons en avant etc.
Si jamais quelqu'un lit se livre, dites moi ce que vous en pensez, s'il est vraiment très bien et que c'est moi qui n'ai pas réussis a comprendre le fonctionnement de l'auteur, car je pense que malgré tout, c'est un livre a découvrir, car l'auteur a fait un très bon travail et on en apprend quand même beaucoup sur ses chef d'état russe. J'ai dans l'ensemble beaucoup aimé ce livre mais j'avais hâte de le finir pour les raisons cité plus haut. Si quelqu'un l'a lu, n'hésitez pas a partagé votre avis.