samedi 9 novembre 2019

Les detectives du Yorkshire, tome 1: Rendez vous avec le crime de Julia Chapman

RESUME: Quand Samson O'Brien débarque sur sa moto rouge à Bruncliffe, dans le Yorkshire, pour y ouvrir son agence de détective privé, la plupart des habitants voient son arrivée d'un très mauvais oeil. De son côté, Delilah Metcalfe, génie de l'informatique au caractère bien trempé, tente de sauver de la faillite son site de rencontres amoureuses. Pour cela, elle décide de louer le rez-de-chaussée de ses locaux. Quelle n'est pas sa surprise quand son nouveau locataire se révèle être Samson – et qu'elle découvre que son entreprise porte les mêmes initiales que la sienne ! Les choses prennent un tour inattendu lorsque Samson met au jour une série de morts suspectes dont la piste le mène tout droit… à l'agence de rencontres de Delilah.

MON AVIS: Un nouveau genre de policier fleurit un peu partout chez nos libraires: Les policiers "cosy Mystery". Du policier anglais qui se déroule  dans des petits village d'Angleterre et dont les enquêtes sont souvent faites par des detectives plus ou moins amateur . Le genre de livre que tu lis tranquille au coin du feu, un plaid sur les genoux et une tasse de chocolat a porter de la main. On a eu droit a Agatha Raisin, dont j'ai quelques livres en pal et bien d'autre..
Ce livre m'a fait de l'oeil lorsque je l'ai vu sur le blog des copinautes, et lorsque je l'ai vu en magasin, je me suis laisser tenter. Petit policier qui ne manque pas de charme avec une bonne enquête dans une campagne anglaise dont la vie se résume aux cancans et autre potins pour savoir ce que fais son voisin, tout cela agrémenté d'une bonne dose d'humour! J'avoue que j'ai savouré cette lecture qui m'a fait un bien fou.
On suit un duo de personnage pour le moins atypique, a savoir Delilah Metcalfe qui dirige un site de rencontre amoureuse et Samson O'Brien policier de son état qui se reconvertit dans le privé et qui revient s'installer dans le village ou il est né. Voila pour le décors. Mais une vague de morts suspecte de jeune hommes qui tous fréquentait le site de rencontre de Delilah, pose de nombreuse questions a notre duo.
L'histoire est bien mené et le denouement pas si facile a trouver, de plus l'humour british apporte une petite touche fort sympathique a l'histoire.
J'ai savouré cette lecture qui m'a donner un petit coup de frais moi adepte des thrillers sanguinaire avec des tueurs psychopathe. Le charme des paysages que l'on peut sans problème s'imaginer, les personnages qui s'ils sont nombreux ont chacun un petit quelque chose qui les rend sympathique et une enquête bien tourner donne pleins de vie a ce livre. L'auteure tire son épingle du jeu avec cette intrigue qui par sa plume donne un nouveau souffle au policier anglais et donner envie de connaitre la suite des aventures de ses personnages fort intéressant. un régal!

dimanche 27 octobre 2019

Conspiration de Giacometti et Ravenne

RESUME: De nos jours, à Paris, trente hommes, femmes et enfants se jettent d'un immeuble.

Le commissaire franc-maçon, Antoine Marcas, est mis sur l'enquête. Ses recherches France et en Amérique vont le conduire au cœur de la société la plus secrète et élitiste des Etats-Unis, la Skull and Bones. Une organisation qui rassemble des anciens présidents américains et l'aristocratie des affaires. Etrangement, l'un de ses membres, un éminent lobbyiste, vient de se suicider à Washington alors qu'il s'apprêtait à faire des révélations sur une puissante multinationale.

Deux siècles plus tôt, en pleine Révolution, l'inspecteur Ferragus est lancé par Danton sur les traces d'une implacable confrérie. Entre la prison du Grand Châtelet et la basilique Saint-Denis, il va découvrir le plus incroyable secret de la lignée des rois de France.

Quel mystère issu des profondeurs de l'Histoire unit ces deux enquêtes ?

MON AVIS: Enfin je me suis replonger dans l'une de mes series favorite, les aventures de notre Marcas nationale. Et quel aventure mes amis! A dévorer aux petits oignons si j'ose dire. Après le fabuleux l'empire du graal que j'avais adorer, je me suis plongé dans celui ci, avec un vif plaisir. Ici, on se retrouve dans l'univers bien connu des livres de nos auteurs favori avec deux enquêtes qui se recoupent par la suite. A savoir l'enquête de Marcas et une autre enquête qui se situe dans un passé historique. Ici la période choisi est la revolution qui j'avoue n'est pas ma période de predilection, car je trouve qu'il y'a eu trop de morts, de torture. Bref! on retrouve donc notre ami, pas au top de sa forme. Après une décente de police qui a mal tourner pour lui et ou ses chefs veulent son badge, il se fait larguer par sa copine. De quoi bien positiver!
Il est donc mis sur une enquête pas simple dont le point de départ est trente personnes qui se jettent de leur immeuble. Pas mal pour démarrer, n'est ce pas?
Son enquête le mène aux USA ou il va aller de surprise en surprise. Du coté historique, ce n'est rien de moins que le secret des rois transmis de generation en generation qui s'apprête a être lever, que du bonheur.
Comme d'habitude avec Marcas, une fois le nez plonger dedans, on en ressort qu'une fois la dernière page lu. ( Ou dans mon cas, une fois que le metro est arrivé a destination) et sans surprise, j'ai adorer;  c'est enlever, l'intrigue est bien construite et on cherche.. Et comme souvent, le petit coté ésotérique fait toute la difference.
Que rajouter a part que j'ai été ravis de retrouver cette saga chouchou qui le reste encore avec ce livre. Malgré la fin qui reste en point d'interrogation et qui m'a un peu frustrer mais qui est quand même plutôt bien trouver. Est ce le dernier opus de notre commissaire? A voir

Druss la légende, saga drenai tome 4 de David Gemmel

RESUME: Son nom est Druss. Garçon violent et maladroit, il vit dans un petit village de paysans situé au pied des montagnes du pays drenaï. Bûcheron hargneux le jour, époux tendre le soir, il mène une existence paisible au milieu des bois. Jusqu’au jour où une troupe de mercenaires envahit le village pour tuer tous les hommes et capturer toutes les femmes. Druss, alors dans la forêt, arrive trop tard sur les lieux du massacre. Le village est détruit, son père gît dans une mare de sang. Et Rowena, sa femme, a disparu…

S’armant de Snaga, une hache ayant appartenu à son grand-père, il part à la poursuite des ravisseurs. Déterminé à retrouver son épouse, rien ne devra se mettre en travers de son chemin. Mais la route sera longue pour ce jeune homme inexpérimenté. Car sa quête le mènera jusqu’au bout du monde. Il deviendra lutteur et mercenaire, il fera tomber des royaumes, il en élèvera d’autres, il combattra bêtes, hommes et démons. Car il est Druss, et voici sa légende…

MON AVIS: Après la série Waylander que j'avais adorer et qui finalement se suffisait a lui même si jamais on ne voulait pas lire toute la saga, j'attaque la suite avec un autre personnage peut être plus connu, j'ai nommer Druss. Si vous vous souvenez de mes chroniques sur waylander, vous savez que ce personnage était un coup de cœur pour moi, tellement je le trouvais attachant.
Druss, dans un autre registre l'ai tout autant, bien que si j'ai adorer le personnage, ne fut pas un coup de cœur (enfin un peu moins, mais un petit quand même). Il à quelque chose d'entier, il a une ligne de conduite et veut aller au bout et comme dis cassie, sa franchise est magnifique.
L'histoire démarre très vite, dés les premières lignes on est dedans a 100 a l'heure. Pourtant cela reste simple, un homme remue ciel et terre pour retrouver celle qui lui a été enlever. Et pour cela, il n'y va pas de main morte!
Le récit est épique, basé sur les batailles, l'aventure et l'amitié. Mais aussi sur l'amour, celui que porte Druss a sa femme Rowena, pour qui il déploiera toute les stratégies, fera la guerre pour la retrouver. L'histoire est touchante et captivante, dans un autre style que Waylander qui lui n'attendait rien sinon la redemption. Druss ne veut qu'une chose, retrouver son amour perdu. Il a sa propre étique, ses propres code, il est dans le genre "poussez vous de la que je m'y mette" Mais il a quand même un coté attachant sous ses airs de gros ours ma lecher.
L'action est mené tambour battant et ça se bagarre dans tous les coins, mais il y'a un petit coté d'humour en la personne de Sieben, poète que j'ai aussi beaucoup apprécié, car il m'a fait penser a un autre personnage qui est dans les lames du cardinal de pevel (j'ai un doute sur Marciac ou laincourt).
En conclusion, encore un tome haut en couleur que j'ai énormément aimer et dont j'ai hate de découvrir la suite.

LPDA 25e

qu'est ce que c'est le LPDA? c'est le challenge Livra' deux pour pal' Addict organiser par mana sur Livraadict  dont c'est la 25e session qui se finit le 31 janvier, dont voici le principe :
En binôme, chacun choisi dans la PAL de l'autre, trois livres :
* Qu'il a lu et aimerait faire découvrir à son partenaire
* Dont il aimerait avoir l'avis d'un ami
* Des titres qui vous interpellent pour leur résumé…
Sur ces trois livres, vous en choisissez un et dans un délai imparti, vous devez le lire et en faire un avis d'au moins 4-5 lignes.
Ce qu'il faut savoir:*Plus besoin de confirmer votre inscription avec tel ou tel billet, prévenir que vous participez et avec qui sur un post à la suite de ce message suffit.
*Même si ce n'est plus pour valider votre inscription, vous pouvez comme les éditions précédentes faire un billet sur votre blog ou sur le blog LA présentant les trois propositions qui vous seront faites par votre binôme mais sans obligation. Si le choix final n'est pas présent ce n'est pas grave. Une fois ceci fait, je n'ai pas besoin des liens ou vos billets sont juste modifiés, mais si vous souhaitez le signaler, prévenez-moi que c'est une mise à jour. Je me chargerai de collecter les liens comme toujours.
*Le challenge commence dès que vous avez choisi votre livre sur les 3 propositions qui vous auront été faites. Vous n'êtes pas obligé d'attendre la clôture des inscriptions pour le lire.
*Il est toujours possible aussi de faire partager son avis, avis que je collecterai également.

j'ai eu envie de participer a nouveau a ce sympathique challenge, histoire de faire mieux que la dernière fois ou je n'avais lu qu'un seul livre qui ne m'avait d'ailleurs pas plu plus que ça. Cette fois ci je participe avec tautiton
 et voici ce que je lui ai proposer:

que j'ai lu et aimerait faire découvrir à mon partenaire
l'apothicaire de loevenbruck  (auteur que j'adore et que je ne sais pas si tu en a lu de lui )

Dont j' aimerais avoir l'avis d'un ami
blood song de Anthony Ryan  (ce livre me tente mais je n'ai jamais oser le prendre)

Des titres qui  m'interpellent pour leur résumé
la mort entre autre de Philip Kerr ( auteur dont les livres m'attirent mais comme cela se passe pendant la guerre et que je ne suis pas friande d'histoire de cette époque, je n'ai jamais franchis le pas non plus ).

en retour, il m'a proposer:
 que j'ai lu et que j'aimerais faire découvrir à mon binôme : La vérité sur l'affaire Harry Québert de Joël Dicker.
Parce-que ce livre malgré, son épaisseur je l'ai dévoré en deux jours
  - dont j'aimerais avoir l'avis d'une amie :
Cavalier Vert tome 1 de Kristen Britain.
J'avais acheté ce titre sur un coup de tête et depuis il traîne dans les profondeurs insondables de ma PAL.

   - qui m'intrigue par son résumé : L'aliéniste de Caleb Carr.
J'ai toujours été très attiré par tout ce qui est maladies mentales et folie en tout genre ... Lol
 J'ai donc décidé de commencer par l'aliéniste de Caleb Carr
et j'espère pouvoir lire aussi la vérité sur l'affaire harry quebert. je verrais suivant l'envie


dimanche 13 octobre 2019

L'enfant des cimetières de Sire Cédric

RESUME: Lorsque sa collègue Aurore l'appelle en pleine nuit pour couvrir avec elle un meurtre atroce, David, photographe de presse, se rend sur les lieux du drame. Un fossoyeur pris d'une folie hallucinatoire vient de massacrer sa femme et ses enfants avec un fusil à pompe, avant de se donner la mort. Le lendemain, un adolescent, se croyant poursuivi par des ombres, menace de son arme les patients d'un hôpital et tue Kristel, la compagne de David. Mais qui est à l'origine de cette épidémie meurtrière? Est-ce un homme ou un démon? Le journaliste, qui n'a plus rien à perdre, va se lancer à la poursuite de Nathaniel, l'enfant des cimetières, jusqu'aux confins de l'inimaginable…

MON AVIS:  Il y'a quelques années, j'avais essayer de lire ce livre, mais je l'avais abandonner, n'arrivant pas a rentrer dedans. Pourquoi? bonne question car je n'en sais absolument rien! Et puis je me suis lu la saga de l'auteur sur Eva Svarta et j'ai eu envie de reprendre ce livre, histoire de voir si cela passerait mieux. Bien m'en a pris car j'ai tout simplement adorer l'histoire.
Dés le début, alors que la première fois, je n'étais pas captivé, je me suis plonger dedans pour ne plus le lâcher. (enfin si a certains moment, on est bien obligé). On suit donc un enfant démon qui passe sa vie (enfin façon de parler) dans un cimetière a la recherche de nouvelle victime a qui il fait subir des choses inimaginable.
Parallèlement, on suit aussi David, photographe de son état, dont la compagne est morte dans une tuerie situé dans un hôpital. Voila pour la toile de fond! Et on retrouve Alexandre Vauvert, flic toulousain déjà croiser dans la saga d'Eva Svarta.
On plonge ici dans un thriller fantastique a couper le souffle et l'auteur arrive sans problème a nous faire hérisser les cheveux sur la tête a plusieurs moment. Imaginez vous, un démon qui prend possession de votre vie? quoi de plus perturbant, mais aussi d'être confronter a des phénomènes surnaturel comme l'est David dans cette histoire? Je ne vous en dis pas plus et vous laisse découvrir quoi.
Le livre est passionnant de bout en bout et on se laisse entrainer sans façon dans l'intrigue qui reste haletant du début a la fin. L'auteur mène le scenario d'une main de maitre et le coté fantastique qui peuplent le récit fonctionne a merveille. Moi qui adorent les histoires de démons, phénomènes surnaturel et autre bizarreries (j'adore regarder poltergeist), j'ai été servis et l'écriture très fluide de l'histoire ainsi que les chapitres court, font que cela passe sans problème et que je me suis étonné d'arriver a la fin. Je suis ravie d'avoir pu donner une nouvelle chance a se bouquin, cela aurait été dommage de passer a coté.

Moi serial Killer de Stephane Bourgoin

RESUME: Moi, serial killer réunit pour la première fois en un volume des confessions, des textes autobiographiques, des nouvelles, des dessins, des peintures, inédits ou rares, de tueurs en série, de meurtriers de masse et autres criminels, qu’ils soient français ou étrangers. Ces récits sont rassemblés, traduits, préfacés et commentés par Stéphane Bourgoin.
Expérience terrible et éprouvante, ces « Moi je… » nous plongent au cœur des fantasmes criminels de ces individus qui ne voient dans l’autre qu’un simple objet destiné à assouvir leur goût du meurtre.

MON AVIS: C'est toujours avec un vif plaisir que j'entame un livre de Stephane Bourgoin. Cet homme reconnu comme le spécialiste des tueurs en série dans notre pays, n'a pas son pareil pour nous présenter ses hommes ou femmes qui décident de passer a l'acte, de tuer des personnes suivant un schéma bien precis ou de tuer un nombre de personne consequent. J'avoue que personnellement, j'ai du mal a comprendre ses êtres qui adorent supprimer leur prochain.
L'auteur nous fait voyager au quatre coins du globe, pour nous parler de ses hommes qui tuent, mutilent ou encore pire (eh oui, il y'a pire que tuer et mutiler). Certains sont très connu, d'autre un peu moins et certains m'étaient totalement inconnu! En lisant leur vie, on ne peut qu'être dégouter par leur parcours, que ce soit leur enfance, leur vie en prison.. L'auteur nous livre aussi leur interview, comment a été la fin de leur vie, on a également droit au centre du livre a des archives, tel que des photos des tueurs, des dessins, des lettres.
Ce livre est relativement passionnant pour qui aime se plonger dans le profilage, histoire de comprendre pourquoi ils font ça, pourquoi ils en sont arriver la et qu'a été le facteur déclenchant? Il faut se rendre compte que par moment c'est sordide, car ce n'est pas une simple historie qui fait peur, ou on se dit a la fin du livre, ouf! ce n'est qu'une histoire. Ici tout est réelle et l'on plonge dans le mal absolu, ou on en ressort pas indemne. Ame sensible, s'abstenir!

mardi 1 octobre 2019

Les piliers de la terre de Ken Follet

RESUME: Dans l'Angleterre du XIIème siècle ravagée par la guerre et la famine, des êtres luttent chacun à leur manière pour s'assurer le pouvoir, la gloire, la sainteté, l'amour, ou simplement de quoi survivre. Les batailles sont féroces, les hasards prodigieux, la nature cruelle. Les fresques se peignent à coups d'épée, les destins se taillent à coups de hache et les cathédrales se bâtissent à coups de miracles… et de saintes ruses. La haine règne, mais l'amour aussi, malmené constamment, blessé parfois, mais vainqueur enfin quand un Dieu, à la vérité souvent trop distrait, consent à se laisser toucher par la foi des hommes.

MON AVIS: Depuis le temps que je voulais me lancer dans ce livre, c'est fait! J'avoue j'ai reculer a plusieurs reprise, car c'est quand même un bon bout a lire. Alors avec les vacances d'été, je me suis dis: "aller c'est partis pour un voyage au cœur du moyen age".
On suit l'évolution sur plusieurs années de nombreux personnages qui jalonnent ce récit. Et c'est bien une fresque qui se dépeint sous nos yeux. La vie des personnages est apporté par petite touche de couleur et s'ils sont nombreux a suivre, on arrive a distinguer qui est qui sans trop de soucis, sans se dire "c'est qui lui déjà".
J'ai vraiment adorer ce bouquin dans son ensemble: déjà parce que c'est un livre historique, 1er point et que ceux qui viennent sur le blog savent que j'adore l'histoire et les romans historique. 2e point, cela se situe au moyen age, une de mes période préféré et ensuite parce que cela parle de cathédrale, d'église, d'architecture et de construction. Autant vous dire que j'étais aux anges.
L'auteur m'a passionner de bout en bout avec ses descriptions de la construction de la cathédrale, a tel point que l'on a l'impression d'être transporter dans l'Angleterre du XIIe siècle, au coté de Tom le bâtisseur, d'Aliéna, D'Alfred, de Jack (petit coup de cœur pour lui) de l'infame William que  personnellement j'aurais bien pendu haut et court ou  fait dévorer par les fourmis rouge.
Il va sans dire, que vu la période, ce n'est pas un livre a l'eau de rose et que l'auteur ne nous ménage pas sur la vie a cette époque, il faut être honnête. Cruauté, famine, pouvoir, tout est expliquer! Et on ne se promène pas dans un roman de Barbara Cartland, même s'il y'a quelque scène d'amour.
Chaque personnage est mis sur le devant de la scène et tous les choix qu'il fait a des repercussions sur le reste du roman, dont il est impossible de connaitre le dénouement a moins d'aller regarder vite fait les dernières pages. Même si certaine longueur dans le roman m'ont un peu essouffler par moment, cette fresque magnifique vaut quand même d'être lu, si vous aimer cette période, si les descriptions architectural ne vous rebutent pas et si vous n'avez pas peur de lire ce monumental livre de plus de 1000 pages. Pour moi c'est fait et je suis ravie de vous le faire découvrir.

dimanche 22 septembre 2019

Raison et sentiments de Jane Austen

RESUME: Raison et sentiments sont joués par deux sœurs, Elinor et Marianne Dashwood. Elinor représente la raison, Marianne le sentiment. La raison a raison de l'imprudence du sentiment, que la trahison du beau et lâche Willoughby, dernier séducteur du XVIIIè siècle, rendra raisonnable à la fin. Mais que Marianne est belle quand elle tombe dans les collines, un jour de pluie et de vent.

MON AVIS: A ma grande déconvenue, moi qui est adorer Orgueil et préjugés et qui est plutôt bien aimer persuasion, je dois avouer que ce 3e titre de l'auteur ne m'a pas fait un grand effet. Est ce que c'est parce que c'est le premier livre de l'auteur? Je ne sais pas! Pourtant le début me paraissait prometteur, mais ensuite.. J'avoue que je ne me suis pas du tout attacher aux personnages quel qu'ils soient.
Elinor, tout d'abord, que je n'ai pas trouver très naturelle. A son age, je l'ai trouver beaucoup trop mure, elle ne se laisse pas démonter par les sentiments qu'elle peut avoir. Bon peut être les femmes étaient comme cela, au XVIIIe siècle, mais je pense plus qu'elles devaient être comme Marianne, surtout quand c'est les premiers amours, c'est a dire un peu fleur bleue! En parlant d'elle, j'avoue ne pas avoir aimer son personnage que j'ai trouvé centrer sur sa personne. Elle ne pense qu'a sa petite vie et a son bonheur et se fiche un peu des autres.
Les autres personnages m'ont semblé assez caricaturaux, mais par contre, le contexte de certains personnages qui ne pensent qu'aux prestiges et a l'argent est assez bien rendu. j'ai l'impression que cela colle assez bien avec ce qui se passait a cette époque.
L'atmosphère de cette période est aussi assez bien décrit et on entre de plein fouet dans la bonne société victorienne.
De plus, j'ai trouvé l'histoire exagérément longue et lente. J'avais l'impression par moment que tout cela vivait au ralenti, ce qui ne m'a pas aider a apprécier ma lecture hélas. Reste quand même la plume magnifique de Jane Austen, qui reste dans sa catégorie, une auteure a découvrir si on aime ce genre de lecture. j'avoue que pour ma part, je reste quand même sur mon favori de l'auteure, a savoir orgueil et préjugés.


ce livre a été lu dans le cadre du challenge Livraadict: LPDA

dimanche 15 septembre 2019

L'homme de Lewis de Peter May

RESUME: En rupture de ban avec son passé, Fin Macleod retourne sur son île natale de Lewis. La mort tragique de son jeune fils a pulvérisé son mariage. Impuissant et résigné, il a quitté la police. La lande balayée par les vents, la fureur de l’océan qui s’abat sur le rivage, les voix gaéliques des ancêtres qui s’élèvent en un chant tribal : il pense pouvoir ici retrouver un sens à sa vie.
Mais, Fin à peine arrivé, on découvre le cadavre d’un jeune homme, miraculeusement préservé par la tourbière. Les analyses ADN relient le corps à Tormod Macdonald, le père de l'amour de jeunesse de Fin, et font de lui le suspect n°1. C’est une course contre la montre qui s’engage alors : l’inspecteur principal est attendu sur l’île pour mener l’enquête et il n’épargnera pas le vieil homme, atteint de démence sénile.
Au rythme des fulgurances qui traversent l'esprit malade de Tormod, le passé ressurgit, douloureux, dramatique, et dévoile le sort que la société écossaise a réservé pendant des décennies aux "homers" : ces enfants orphelins ou abandonnés que l’Eglise catholique envoyait sur les îles Hébrides.
Après "L’Île des chasseurs d’oiseaux", on retrouve ici avec bonheur la figure d’un enquêteur indécis à la croisée des chemins, tenté de construire son avenir sur les cendres du passé. L’Ecosse mystérieuse, majestueuse et sauvage est un écrin de rêve pour ces vies dans la tourmente, magistralement orchestrées par Peter May.


MON AVIS:  Me revoila de nouveau en voyage dans ce paysage aride qu'est l'écosse pour un nouveau roman de Peter May. Après l'excellent l'ile des chasseurs d'oiseaux, j'ai été ravie de me replonger dans cet univers a la fois hostile, inhospitalière, trouble et j'en passe.
On poursuit donc notre voyage en compagnie de Fin qui après son divorce a décidé de quitter la police et de retourner sur son ile natal.
Même s'il a tourner le dos a son métier, il est quand même rester flic dans l'âme  puisque il prend en charge l'enquête pour disculper le père de son amour de jeunesse, accuser d'un meurtre après la découverte d'un corps dans une tourbière et dont les analyses ADN vont relier le corps au vieil homme.
Au cours de la lecture, nous passons du récit a la 3e personne avec l'intervention de Fin, a un récit a la première personne avec les souvenirs de Tormod. J'ai beaucoup aimer alterner ses deux points de vue car nous partageons les souvenirs du vieux monsieur a l'enquête mener par Fin ainsi qu'a sa nouvelle vie sur l'ile.
L'intrigue est parfaitement maitrisé et l'univers qui entoure l'histoire nous prend aux tripes, puisque au delà du meurtre, c'est la vie de Tormod qui nous est conté. L'auteur ne nous épargne rien, mais malgré tout c'est avec une grande pudeur et a petit pas que l'on accède a cette partie de l'histoire. l'auteur nous le décrit avec un brio certain, tout comme ses fabuleux paysage battu par le vent, la pluie que l'on s'imagine sans peine et que j'avoue je rêve de visiter.
L'auteur nous raconte un pan de vie qui peut rester méconnu pour nous, a savoir la vie de ses orphelins appeler "homers" qui serve quasiment d'esclaves dans leur famille d'accueil.
L'intrigue en elle même est bien ficeler et si j'ai eu des doutes sur les protagonistes assez tôt mais cela ne m'a pas empêcher de dévorer ce livre et de passer par toute une palette d'émotion: tristesse, joie, peur avec une fin magnifique qui nous fait renifler du nez ou nous donne la petite larme suivant les émotions de chacun. Un livre que je vous recommande. Je vais pour ma part pas tarder a me jeter sur le 3e tome histoire de voir comment cela va se finir.

samedi 14 septembre 2019

Salem de Stephen King

RESUME: Comment une petite bourgade du Maine peut elle, du jour au lendemain, devenir une ville fantôme ? Jerusalem's Lot - Salem - n'avait pourtant pas de caractéristiques particulières sinon, sur la colline, la présence de cette grande demeure - Marsten House - inhabitée depuis la mort tragique de ses propriétaires, vingt ans auparavant. Et lorsque Ben mears y revient, c'est seulement pour y retrouver ses souvenirs d'enfance. Mais très vite, il devrait se rendre à l'évidence : il se passe des choses très étrange à Salem. Un chien est immolé, un enfant disparaît et l'horreur s'infiltre, s'étend, se répand, aussi inéluctable que la nuit qui descend sur Salem …

MON AVIS: Décidément, depuis que je me suis réconcilié avec l'auteur, je prend de plus en plus de plaisir a découvrir ses livres. J'ai lu que ce livre était un plagiat reconnu par l'auteur du livre de Bram Stoker, Dracula! N'ayant jamais lu cette oeuvre, je ne peux pas me prononcer.
Comme toujours avec King, ses livres commencent d'une certaine façon, au point que l'on se dit qu'il en manque un bout, car l'auteur démarre pratiquement tout le temps ses livres avec un fait bien précis et dont on comprend la signification que bien plus tard! De plus, il prend toujours le temps de planter son décors et cela peut paraitre longuet. Moi perso, cela ne m'a pas gêner, car une fois passer les 50 premières pages qui pourrait s'avérer rebarbative, tout s'envole et on ne lâche plus le bouquin avant la fin.
Pour beaucoup, l'histoire est un livre d'horreur qui a apparemment fait flipper plus d'un. J'avoue que si je n'ai pas eu peur au sens classique du terme, l'auteur arrive quand même a nous faire regarder par dessus notre épaule si jamais on entend un bruit suspect. Le climat de terreur est bien rendu et l'atmosphère pesante et stressante va crescendo au fur et a mesure que les pages défilent. Super angoissant et super efficace!
J'ai eu la même impression que lorsqu'on est a fond dans un film, qu'on en oublie presque ce qui se passe autours de nous et qu'une porte claque ou que quelqu'un pose une main sur votre épaule. Vous imaginez le genre? C'est le ressentis que j'ai eu pendant une grande partie du livre, quand je sursautais a certains moment clé.
Cette histoire est diablement efficace et on reste scotché pendant tout le livre. De plus, les personnages touchant et originaux nous font dire" oh non pas lui" quand il leur arrive quelque chose. L'auteur a su retranscrire les peurs de beaucoup de personnes, bon peut être pas les vampires mais après tout, qui somme nous pour dire que tout ça n'existe pas? Ce soir, on va bien fermer porte et fenêtres et glisser une chaise derrière la porte au cas ou...

 

vendredi 23 août 2019

La france mystérieuse de David Galley

RESUME: Un tour de France du mystère et de l'étrange
"L'imagination est plus importante que le savoir" Albert Einstein

Phénomènes étranges, lieux hantés, cryptes secrètes, manifestations inexpliquées, trésors dissimulés, chapelles enfouies, cimetières oubliés, secrets codés... David Galley a sillonné les routes de France pour en exhumer les énigmes les plus extraordinaires ! Les 55 histoires rassemblées pour la première fois sont absolument passionnantes.

Avec le témoignage de grands spécialistes des phénomènes inexpliqués, David Galley mène ses enquêtes en rencontrant les principaux témoins, historiens et scientifiques. Toutes les régions de France sont concernées par ces vestiges d'un passé mystérieux et passionnant. Au fil des pages, vous serez projeté dans une autre dimension et ouvrirez des dossiers incontournables : la tombe secrète de Jeanne d'Arc, le peuple disparu des Cagots, le phare damné de Tevennec, le château hanté de Fougeret, le trésor de Rennes-le-Château, le sarcophage d'Arles-sur-Tech, le village maudit d'Uruffe, le monastère de Carol, la fosse Dione, le mage de Marsal, la crypte des Brotteaux, le souterrain de Léonard de Vinci…

MON AVIS: Moi qui adore l'histoire, l'architecture et le patrimoine, je peux vous dire que j'ai été emballé a l'idée de lire se livre. En feuilletant les pages, on sillonne la France a la recherche de mystère et de phénomènes inexpliquées. Certaine histoire sont connu, d'autre beaucoup moins. Certaine histoires ont vraiment des phénomènes inexpliquées, d'autre comme le souligne l'auteur, sont juste du a l'imagination trop fertile de certaines personnes ou bien ont une explication tout ce qu'il y'a de plus logique.
j'ai adoré parcourir la France en lisant ce bouquin. j'avoue que je suis assez curieuse par rapport a des phénomènes soit disant inexpliquées sans pour autant être crédule.
De plus, l'auteur nous explique les légendes qui entourent ses mystères, le pourquoi de ses légendes et enfin l'explication quand il y'en a une car certaine, n'ont apparemment pas d'explication logique. Ce bouquin est a lire si on est passionné de légendes! De  plus l'auteur a apriori fait un sacré travail de recherche et les images qui peuplent le livre en fin de gros chapitres nous permettent de visualiser les endroits évoqués.
Deux petits bémols sont quand même a signaler: Tout d'abord, certaines histoires sont traité en 3 pages, donc sont pour moi plus des anecdotes qu'autre chose, par rapport a des histoires qui en contiennent trois fois plus et ne sont pas a mon sens les plus passionnantes. Et enfin, les interviews retranscris m'ont semblé longue et rebarbative a lire. j'avoue les avoir plus survoler que réellement lu.
A part ses petits travers, j'ai globalement aimer ce bouquin même si j'avoue que certaines histoires comme celle sur les extraterrestres, ne m'ont pas passionner. Un livre a lire si vous êtes adeptes des légendes et autres phénomènes inexpliquées; sinon passez votre chemin, vous risquez de vous ennuyer.  

lundi 19 août 2019

La rivière noir de Arnaldur Indridason

RESUME: Dans un appartement à proximité du centre-ville, un jeune homme gît, mort, dans un bain de sang. Pas le moindre signe d’effraction ou de lutte, aucune arme du crime, rien que cette entaille en travers de la gorge de la victime, entaille que le légiste qualifie de douce, presque féminine. Dans la poche de sa veste, des cachets de Rohypnol, la drogue du viol… Il semblerait que Runolfur ait agressé une femme et que celle-ci se soit ensuite vengée.
Un châle pourpre trouvé sous le lit dégage un parfum puissant et inhabituel d’épices, qui va mettre Elinborg, l’adjointe d’Erlendur et cuisinière émérite, sur la piste d’une jeune femme. Mais celle-ci ne se souvient de rien, et bien qu’elle soit persuadée d’avoir commis ce meurtre rien ne permet vraiment de le prouver. Des indices orientent les inspecteurs vers d’autres sévices soigneusement tenus secrets.
En l’absence du commissaire Erlendur, parti en vacances, toute l’équipe va s’employer à comprendre le fonctionnement de la violence sexuelle, de la souffrance devant des injustices qui ne seront jamais entièrement réparées, et découvrir la rivière noire qui coule au fond de chacun.

MON AVIS: Cela faisait un bon moment que je n'avais rien lu de cet auteur que j'apprécie pourtant beaucoup. Ses histoires savamment orchestré, tiennent en haleine jusqu'à la fin et le coupable est difficile a trouver. Ce que j'adore!
Ici on retrouve, ou plutôt découvre, le personnage de Elinborg qui fait partie du trio d'enquêteur si cher a l'auteur. A savoir Sigurdur Oli, Erlendur  et Elinborg. Si d'habitude, c'est Erlendur le personnage central, l'auteur a eu la bonne idée de faire partir en vacance son personnage fétiche et de plus mettre en avance ses deux adjoints. Si Sigurdur est sur le devant de la scène dans la muraille de lave (le suivant dans la liste et que j'ai déjà lu), ici c'est Elinborg qui tient la première place et c'est une bonne chose d'en apprendre plus sur elle.
On la suit donc dans une histoire de viol qui a apparemment mal tourner pour le violeur. Les chapitres sont court, très intéressant et cela démarre très vite sans attendre une plombe pour qu'il se passe quelque chose.
J'ai beaucoup aimer l'histoire qui nous plonge quand même dans les bas fonds de la vie nocturne et des viols qui peuvent en découdre, avec le nouveau procédé qu'utilise les violeurs a savoir la drogue du viol.
J'ai trouvé l'histoire moins sombre que les autres, peut être parce que ce n'est pas Erlendur qui est en 1er ligne et qui est un flic assez noir il faut bien le dire! L'histoire n'est pas cousu de fil blanc et on cherche en même temps que Elinborg. cela fait du bien de lire de temps en temps un bon polar qui nous épargne le coté glauque avec hémoglobine et tout le toutim (bon la victime a quand même eu la gorge tranché, mais ça reste propre si je puis dire). La on a un bon polar avec une petite enquête qui n'a rien de pépère, du suspens jusqu'au bout et une histoire que j'ai eu plaisir a suivre car elle n'est pas dénué d'intérêt. Bref ! un livre ou j'ai passé un très bon moment et que je vous invite a découvrir

Harry potter, tome 5: Harry Potter et l'ordre du phoenix de J.K. Rowling

RESUME: A quinze ans, Harry s'apprête à entrer en cinquième année à Poudlard. Et s'il est heureux de retrouver le monde des sorciers, il n'a jamais été aussi anxieux. L'adolescence, la perspective des examens importants en fin d'année et ces étranges cauchemars… Car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom est de retour et, plus que jamais, Harry sent peser sur lui une terrible menace. Une menace que le ministère de la Magie ne semble pas prendre au sérieux, contrairement à Dumbledore. Poudlard devient alors le terrain d'une véritable lutte de pouvoir. La résistance s'organise autour de Harry qui va devoir compter sur le courage et la fidélité de ses amis de toujours..

MON AVIS: Je poursuis ma découverte des livres de Harry potter. Je dois avoué que je n'ai pas autant été emballé dans celui ci par rapport aux 4 premiers que j'ai lu d'une traite. Ici, j'ai un peu trainer la patte pour le finir. Attention! je ne dis pas qu'il est mauvais ou que je ne l'ai pas aimer. Je dis juste que j'ai été moins passionné de l'histoire. Pourquoi? pour plusieurs raisons. Deja parce que je me suis un peu spoiler toute seule, car je sais comment cela allait finir (je n'en dis pas plus pour ceux qui ne connaissent pas l'histoire de  ce tome), ensuite parce qu'il faut bien l'avouer, harry est une tête a claque dans ce tome et on a bien envie de lui coller un coup de pied aux fesses, histoire de le secouer un peu, car il a tendance a envoyer un peu balader tout le monde en se prenant pour le grand incompris solitaire que personne n'aime. Et ça je dois avouer que cela m'a bien agacer. Mais bon, c'est l'âge! De plus, j'ai particulièrement détester Ombrage. Enfin il y'a eu quelques longueurs que j'aurais bien passer.
A part ça, c'est quand même un bon tome qui est plus sombre et plus mature que les autres. J'ai bien aimer les courts secret et on voit que Harry devient un pilier de Poudlard et non plus un élève comme les autres (pour tout les enseignants de Poudlard et les élèves). De plus, bon nombre de personnages gagnent en épaisseur, tel que Neville qui n'est plus considéré comme un élève médiocre qui n'arrive a rien faire de ses dix doigts. Et ses cours font augmenter "l'armée" qui ne tournait jusque la qu'autour du trio. On apprend aussi pourquoi Rogue déteste Harry et on en sait plus sur ce personnage aux milles facettes.
L'histoire a perdu son coté "jeune" et devient plus aboutis, plus sombre voir malfaisant avec le retour de Voldemort. Le livre devient aussi plus complexe et tourmenté, on se demande ce qui se passe dans la tête de Harry. Est il possédé? Que lui arrive t'il avec ses rêves qui semble prémonitoire? Les réponses arrivent et s'emboitent parfaitement dans le puzzle compliqué qui jalonnent cette saga. Le résultat est la revelation que tout le monde attend (je vous laisse deviner laquelle) et une bataille, première de la fameuse guerre qui s'annonce. L'avenir s'annonce donc comme je l'ai dis, plus sombre et on a hate de savoir la suite. N'ayant pas vu les films, bien que je sache quand même le gros de l'histoire, je n'ai pas chercher a en savoir plus pour ne pas me spoiler comme je l'ai été pour ce tome!
Un tome donc charnière, car j'ai trouvé qu'il marquait vraiment la frontière, entre le livre pour ado et le livre pour adulte. L'histoire y est bien mené et tout est cohérent. Nous avons bon nombre de réponses aux questions qui nous taraudait depuis un moment et la suite qui s'annonce difficile, nous donne envie de le découvrir très vite.

dimanche 18 août 2019

LPDA 24


Qu'est ce que c'est le LPDA? c'est le challenge Livra' deux pour pal' Addict organiser par mana sur Livraddict  dont c'est la 24e session qui se finit le 31 octobre, dont voici le principe :

En binôme, chacun choisi dans la PAL de l'autre, trois livres :
* Qu'il a lu et aimerait faire découvrir à son partenaire
* Dont il aimerait avoir l'avis d'un ami
* Des titres qui vous interpellent pour leur résumé…
Sur ces trois livres, vous en choisissez un et dans un délai imparti, vous devez le lire et en faire un avis d'au moins 4-5 lignes.
Ce qu'il faut savoir:*Plus besoin de confirmer votre inscription avec tel ou tel billet, prévenir que vous participez et avec qui sur un post à la suite de ce message suffit.
*Même si ce n'est plus pour valider votre inscription, vous pouvez comme les éditions précédentes faire un billet sur votre blog ou sur le blog LA présentant les trois propositions qui vous seront faites par votre binôme mais sans obligation. Si le choix final n'est pas présent ce n'est pas grave. Une fois ceci fait, je n'ai pas besoin des liens ou vos billets sont juste modifiés, mais si vous souhaitez le signaler, prévenez-moi que c'est une mise à jour. Je me chargerai de collecter les liens comme toujours.
*Le challenge commence dès que vous avez choisi votre livre sur les 3 propositions qui vous auront été faites. Vous n'êtes pas obligé d'attendre la clôture des inscriptions pour le lire.
*Il est toujours possible aussi de faire partager son avis, avis que je collecterai également.


J'ai eu envie de participer a se sympathique challenge qui me permet de sortir des livres de ma pal qui y sont depuis un moment. j'ai donc demandé a mypianocanta du blog Les iles de My si elle voulait faire ce challenge avec moi .
voici ce que je lui ai proposer:

livre que j'ai lu et dont je voudrais ton avis
Les dossiers Dresden tome 1: avis de tempête de Jim butcher
c'est avec se livre que je suis vraiment entré dans la fantasy. j'ai adoré le personnage qui même s'il est magicien a des problèmes humain comme tout le monde… et d'autre mais j'ai vraiment passer un bon moment avec cette série

livre dont j'aimerais avoir ton avis
la louve et la croix de S.A. Swann

livre qui m'interpellent pour son résumé
l'affaire Baskerville: tome 1: une etude en soie de Emma jane Holloway

Après un moment de réflexion, elle a choisit les dossiers Dresden de Jim Butcher

Et voici ce qu'elle a choisit pour moi:
* un livre que j'ai lu et aimerais te faire découvrir  (en fait il y en a peu dans ta PAL mis à part les Arsène Lupin et les Zola) j'ai donc choisi
Raison et sentiments de Jane Austen parce que c'est un de mes chouchous depuis très longtemps

* un livre dont j'aimerais avoir ton avis
Cavalier Vert de Kristen Britain  - il a été dans ma wish list pendant un temps puis je l'ai enlevé mais il m'intrigue quand même

* livre qui m'interpelle pour son résumé
Whitechapel de Sarah Pinborough
J'ai décidé de lire raison et sentiments de Jane Austen. Coincidence amusante, c'est My qui m'avait offert ce livre avec un concours qu'elle avait fait sur son blog voila quelque temps. Je l'avais gagné avec persuasion du même auteur
je lirais aussi surement whitechapel de  Sarah Pinborough qui m'intrigue pas mal.

dimanche 21 juillet 2019

Piège Conjugal de Michelle Richmond

RESUME: Le jour de leur mariage, Alice et Jake reçoivent un cadeau hors normes : une adhésion au Pacte. Le rôle de ce club étant de veiller au bon fonctionnement de l'union à travers le respect de règles précises, le couple accepte avec plaisir. Mais lorsque l'un des deux contrevient au règlement, le rêve vire au cauchemar.

MON AVIS: Ce livre prêté par ma collègue de travail qui l'avait adorer. Comme je suis assez curieuse sur les lectures des autres, je me suis empressé de le lire. On assiste donc a la vie de Jack et Alice qui le jour de leur mariage se voit proposer un cadeau assez inattendu: l'adhesion a un pacte. Qu'est ce que c'est? un club qui veille au bon fonctionnement de l'union  de ceux qui ont signer. Le pacte vise a ce que les relations des couples restent au beau fixe. Ils doivent par exemple s'offrir des cadeaux tous les mois, partir ensemble trois fois par an, répondre quand le conjoint appelle.. Que ça me direz vous? Mais c'est génial!! Oui mais..
Que se passe t'il quand plus ils avancent dans se pacte et plus on leur sort des contraintes a respecter, des punitions par ce que l'un d'eux a fait soit disant quelque chose qui ne va pas dans le sens de se pacte, comme par exemple bosser tard, ne pas venir a une injonction parce qu'on est pris par son boulot?
La tout devient vite moins rose, limite acharnement.
Je vais m'arrêter la car je risque de trop vous en dévoiler sur l'intrigue. Mais se livre fut quand même une bonne surprise, mais j'avoue qu'il y'a un coté malsain dans cette histoire, car j'ai eu l'impression que se pacte faisait un peu secte. J'ai eu beaucoup de peine pour les personnages que sont Jack et Alice, car finalement en signant se pacte, ils voulaient le meilleur pour leur couple. L'histoire est savamment dosé et l'angoisse monte au fur et a mesure que les pages se tournent. On tremble pour les personnages, on se demande comment tout cela va se finir. Ce thriller psychologique est très efficace pour ce qui est de mettre le lecteur dans tous ses états, a savoir : l'angoisse, le stress,  aussi. Bref, toute une palette d'émotion qui ne vous quitte pas jusqu'à la fin. En parlant de la fin, j'avoue l'avoir trouver un peu simpliste a mon gout, j'aurais preferer un truc plus rock and roll, mais bon, cela reste quand même efficace.   

W3, tome 1: le sourire des pendus de Jerome Camut et nathalie Hug

RESUME: Lara Mendès, jeune chroniqueuse télé, enquête sur le marché du sexe et ses déviances. Elle disparaît sur un parking d’autoroute…

Désemparés par la lenteur de l’enquête, ses proches reçoivent le soutien de Léon Castel, fondateur d’une association de victimes.
Sa fille Sookie, policière hors norme, a enquêté sur une triple pendaison qui semble liée à cette affaire.

Qui a enlevé Lara ? Pourquoi ? Où sont passés ces enfants et ces jeunes femmes dont les portraits s’affichent depuis des mois, parfois des années, sur les murs des gares et des commissariats ? Réseaux criminels ou tueurs isolés ?

Partout, le destin d’innocents est broyé sans pitié.
Ils auront bientôt une voix : W3.

MON AVIS: Quel pavé ce livre! Mais un pur bonheur de lecture. Un thriller comme je les aime, qui entre directement dans le vif du sujet dés les premières pages. Et ça j'adore. Rien de plus embêtant, que de lire un thriller qui met 100 pages avant qu'il ne se passe quelque chose.
On suit deux histoires en parallèle, deux personnages très différentes, mais qui, on se doute bien vont se rejoindre. Il y'a Lara qui est journaliste et qui enquête sur le marché du sexe et ses déviances. Se rapprochant trop près de choses dont personne ne devrait  être au courant, disparait un soir.
Et Sookie, policière de son état, qui enquête sur une triple pendaison. Meurtre? Suicide? .
Malgré qu'il y'est beaucoup de personnages, les chapitres court apportent un rythme qui s'étend sur tout le livre. L'enquête est complexe et on plonge vite dans l'horreur. Au début, on pense trouver tout de suite le méchant de l'histoire, mais dans se livre, rien n'est ce qui semble être. On suit plus la perversion de l'âme humaine, sur ce qu'il a de plus vil: la bestialité!
Je pense que se livre n'est pas a mettre entre toute les mains, car certaine âmes sensible pourront ne pas apprécier se coté qui peut virer au glauque a certain moment. Pour moi, ce fut un livre passionnant, avec des personnages attachant et un régal de lecture. Ouf, j'ai les deux autres tomes dans ma pal, cela me permettra de savoir ce que ses deux auteurs ont concocté pour la suite. Mais une chose est sure je suis séduite par l'écriture et l'histoire de ses auteurs dont je suis ravie d'avoir découvert la plume.

dimanche 7 juillet 2019

Le testament des siècles de Henri Loevenbruck

RESUME: Installé aux États-Unis depuis la mort de sa mère, Damien Louvel, scénariste d'une série télévisée à succès, doit rentrer en France à la suite du décès tragique de son père. Il découvre que celui-ci menait des recherches autour d'un mystérieux objet - la pierre de Iorden -, qui semblent lui avoir coûté la vie.

Aidé de Sophie, une journaliste dont il tombe amoureux, Damien décide de poursuivre les étranges investigations de son père, et se lance dans une course effrénée, de bibliothèques en sociétés secrètes, de Gordes à Londres et au cœur de Paris.

Traqués, menacés, Sophie et Damien n'auront de cesse de mettre au jour le plus vieux secret de l'Humanité : le dernier message laissé par le Christ. Mais à quel prix…

MON AVIS: En lisant les commentaires de se livre sur les différents sites consacré a la lecture ou sur la blogosphère, j'ai vu que beaucoup avait adorer se livre et qu'il le trouvait meilleur que le Da Vinci code de Dan brown qui a été publié après celui ci. Il est vrai qu'il est dans la même veine et qu'il vaut son pesant d'or. Il y'a tout ce qu'il faut dans se livre pour passer un excellent moment. Il n'y'a pas a dire, la plume de l'auteur est très addictive! On suit Damien dans sa recherche, qui après la mort de son père essaye de comprendre ce qu'il recherchait. Ses pas le mène de Paris a Gordes en passant par Londres. Une traque sans merci se déroule alors pour Damien qui aidé par Sophie, une journaliste qui avait été contacter par son père.
Se livre est un condensé d'action, de recherche, d'histoire mystérieuse, d'un peu d'amour, de course poursuite. On arrive a la fin tout essoufflé, mais avec du baume au cœur et une certaine nostalgie sur les dernières pages.
L'histoire tient magnifiquement la route et j'adore ses livres ou l'histoire se mêlent a l'action et a la recherche pour découvrir un secret.
Bon on pourrait se dire qu'il n'y' a pas de grande revelation, mais ceux qui disent ça, n'ont pas pris la peine de lire entre les lignes ou d'apprécier vraiment se livre. Personnellement, je suis resté scotché du début a la fin et je ne me suis pas ennuyé une seule seconde. L'auteur nous livre ici un thriller haletant, ou les personnages sont bien décrit et m'ont plu par leur authenticité , leur doute, leur fragilité. L'histoire est bien documenté et on sent que l'auteur a fait des recherches importante pour créer se roman cohérent.
En conclusion, un bon thriller qui vous plonge dans l'histoire avec un grand H, que je prend plaisir a vous livrer. Sachez que le personnage de Damien réapparait  dans un autre roman de Loevenbruck, le syndrome Copernic. Pour la petite anecdote sur se sujet, pendant tout le livre, le nom de se personnage me disait quelque chose et ce n'est qu'en le rangeant a coté de l'autre que cela m'est revenu!!

lundi 24 juin 2019

Arsène Lupin contre Herlock Sholmes de Maurice Leblanc

RESUME: Arsène Lupin contre Herlock Sholmès!
L'homme qui défie toutes les polices françaises contre l'as des détectives anglais. « C'est justement quand je ne comprends plus que je soupçonne Arsène Lupin », avoue le célèbre limier.
Quand deux hommes aussi intelligents s'affrontent, leur duel est un grand spectacle. Qui a subtilisé le petit secrétaire d'acajou contenant un billet de loterie gagnant? Qui a volé la lampe juive, le diamant bleu, joyau de la couronne royale de France? Qui joue les passes-murailles en plein Paris? Arsène Lupin, toujours lui, l'éternel amoureux de la Dame Blonde, plus insolent, plus ingénieux que jamais, déjouant une à une toutes les ruses de l'Anglais par d'autres ruses plus étonnantes encore.

MON AVIS: Et c'est partis pour une nouvelle lecture des aventures de notre gentleman cambrioleur favori. Cette fois ci, il lutte contre quelqu'un d'aussi intelligent que lui, herlock Sholmès, un célèbre limier anglais.
Il y'a pas a dire, j'adore l'écriture de Maurice Leblanc. Et j'adore le personnage d'Arsène. Il peut être tour a tour charmant, bourreau des cœurs, et aussi énervant contre Sholmès. Pour ceux qui ont lu Conan Doyle, on ne peut pas, ne pas faire le rapprochement avec Sherlock Holmes. On peut même qualifier ce livre de parodie. Mais une parodie humoristique, car l'auteur s'en donne a cœur joie. Et les faces a faces entre les deux protagonistes sont jubilatoire. Rien n'est gagné et on se prend a trembler pour notre héros, tellement Sholmès est fort et que ses déductions sont juste.
L'auteur tire bien son épingle du jeu, et on enchaine les chapitres sans s'arrêter ou presque. Tout est parfaitement orchestrer et Maurice Leblanc maitrise tel un chef d'orchestre, ses chapitres qui sont cohérent et cela coule tout seul.
Les deux personnages sont très intéressant et on pourrait penser qu'une sorte d'amitié pourrait naitre entre eux. En tout cas, un profond respect mutuel c'est déjà noué. Je vais en redemander, cela est certain

ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne

dimanche 16 juin 2019

Anno Dracula de kim Newman

RESUME: Londres, 1888. La reine Victoria s'est remariée avec le comte Dracula, qui entend répandre le vampirisme dans tout le royaume. Chaque soir, au crépuscule, les non-morts poursuivent les sang-chauds pour leur donner " le baiser des Ténèbres " et boire le sang qui leur assure l'immortalité. La terreur règne, toute révolte est impitoyablement réprimée, mais un mystérieux tueur au scalpel d'argent, en s'attaquant aux prostituées vampires, menace la stabilité du nouveau régime.

MON AVIS:  Que vous dire de ce livre? Je crois bien que c'est la première fois que je ne sais quoi dire dans un avis sur un bouquin que j'ai lu. J'hésite entre pleins de mots, mais celui qui me vient est mitigé. Pourquoi, parce que déjà j'ai mis trois semaines a le lire, alors qu'il ne fait pas temps de pages que ça! Et en plus, même si l'idée de départ est bonne, je n'ai pas été attiré plus que ça par l'histoire, moi qui m'attendait a un truc sympa.
On plonge donc dans le Londres de 1888. 1888? cela ne vous rappelle rien? Bon nous sommes en plein règne de la reine Victoria. Mais si je vous parle de Whitechapel?  Oui c'est bien de Jack l'éventreur dont il est question. L'auteur a eu la bonne idée de faire revisiter le mythe de Jack l'éventreur a la sauce vampire. Pourquoi pas, cela aurait pu être très intéressant a voir.j'avoue que ses parties fussent assez intéressant a lire d'ailleurs. Ce que je n'ai pas aimer c'est le style de l'auteur. Un peu trop lourd, avec une écriture lente et une galerie de personnages qui arrivent en masse et dont on a du mal a savoir qui est qui au début. De plus, j'ai eu des moments ou j'étais perdu car on suit certains personnages dans un endroit, un fiacre par exemple et d'un seul coup, l'auteur nous rajoute des personnages dont on ne sait pas comment ils arrivent la. Il faut comprendre qu'en faite ce sont des souvenirs. Je me demandais si je n'avais pas louper quelque chose et je revenais en arrière, ce qui ne m'a pas aider pour avancer.
Bref, je trouve cela dommage, car comme je l'ai dis, l'idée de départ est très bonne. De plus on rencontre pleins de personnages connu tel que Oscar Wilde, devenu vampire, Lestrade qui a le même statut. On nous parle de Bram Stocker, l'auteur de Dracula, qui d'ailleurs n'apparait que tardivement. On nous parle de Sherlock Holmes, on rencontre les victimes de Jack l'éventreur qui sont aussi devenu des vampires. Bref, tout une panel de personnages qui ont été revisité.
Je pense que ce roman a été un peu noyé dans la masse des rues sombre de Londres et qu'il manque un gros quelque chose. Quoi? un peu d'action peut être, car si on assiste aux meurtres des victimes de l'éventreur, il ne se passe pas non plus grand chose et on est assommé de détails et de relation entre les personnages qui je pense n'apporte pas grand chose a l'histoire. De plus, le faite que l'on ne voit quasiment pas Dracula, ne fait pas pour avancer les choses. Ce qui est assez dommage, vu que pour ma part, j'ai cru qu'il serait le héros de ce livre. Je pense que ce livre est plutôt une réflexion sur comment serait le monde s'il était peuplé de vampire? Il y'a une chose pourtant que l'on ne peut pas enlever a l'auteur, c'est qu'il c'est bien documenté sur son sujet. A savoir Le mythe jack l'éventreur et Dracula, ainsi que sur le Londres de 1888 avec Whitechapel en toile de fond.
ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne

samedi 1 juin 2019

Derniers verres de Andrew Mc Gahan

RESUME: A l'écart de Brisbane, George, alcoolique repenti, mène une vie tranquille, mais son passé est trouble, son nom fut associé dix ans plus tôt à un scandale qui bouscula la politique de l'Etat du Queensland. Des politiciens véreux, des policiers de haut rang, des patrons de restaurants, un bon nombre de pourris maniant la corruption, la licence trafiquée, l'alcool et la prostitution y ont laissé des plumes. Coup de téléphone dans la nuit, un crime vient d'être commis à proximité du village. Le mort s'appelle Charlie. A la grande époque où l'alcool coulait à flots, George était son ami, son associé et l'amant de sa femme. Descendu à Brisbane pour l'incinération de Charlie - après tout, May ayant disparu, il est son seul "proche" -, George ne reconnaît plus la ville. Partout des bars, des terrasses de cafés... l'ère prohibitionniste est révolue. Suivi de près par les inspecteurs chargés de l'enquête, George va retrouver les acteurs de l'association criminelle d'autrefois. Jeremy, le notable qui gravitait dans les hautes sphères, est invalide mais séduit encore les femmes en les poussant à boire, Marvin, le ministre qui couvrait les affaires, a l'air d'un homme traqué, Lindsay, supposé en cavale, est peut-être resté planqué... Petit à petit, George avance vers la solution, mais le passé qui resurgit se complique et, au lieu de remonter dare-dare dans ses montagnes, George s'approche du précipice au fond duquel coule l'eau de feu.

MON AVIS:  Trouvé par hasard a mon travail, je ne connaissais ni l'auteur ni le titre. Autant dire que je n'attendais rien de particulier de se livre. Et pourtant... Je me suis laissé embarqué dans l'histoire de Georges, ce journaliste alcoolique repentis qui pendant une décennie, n'a quasi pas dessaoulé. Il a été embarqué avec ses potes de beuveries dans la corruption, la magouille et les passes droits qui ont fait le lot du Queensland a la fin des années 80. Passant entre les mailles du filet par rapport a ses comparses, il a tenté de se racheter une conduite ailleurs dans une petite ville de montagne loin de Brisbane, capitale du Queensland et capitale de tout ce qui peut paraitre louche a cette époque.
Nous rencontrons Georges, donc, qui apprend le meurtre sordide de son ancien meilleur ami, Charlie, qui a trouvé la mort de façon sordide et qui apparemment, essayait de le retrouver. Point de départ de cette histoire qui fut une formidable surprise de lecture. j'ai beaucoup aimé ce livre avec pour toile de fond, cette histoire de grande enquête, ou beaucoup de politiciens véreux et pleins d'abus de pouvoir ont sauté. De plus l'auteur alterne avec succès les chapitres au présent et les flash back, mais toujours a la première personne. On rentre de plein fouet dans une société ou le gouvernement n'avait pas les mains blanches et profitait allègrement de tout ce qu'il pouvait, a savoir alcool, sexe, luxure et tout le reste. L'histoire est très intéressante, bien  développé et avec un suspens certains. Jusqu'au bout, on se pose des questions et s'il y'a quand même une certaine lenteur dans l'histoire, cela ne m'a pas gêner plus que ça, tellement j'étais prise dans le bouquin. De plus ne connaissant rien sur cette histoire de grande enquête, cela m'a permis d'en savoir un peu plus, ce qui ne fut pas dénuer d'intérêt, bien au contraire. Si le héros n'est pas forcément le plus agréable (a savoir tout beau et tout gentil, voir trop lisse), il n'en reste pas moins quelqu'un comme Mr tout le monde, ce qui le rend très sympathique et nous permet de faire en sa compagnie, un bout de chemin et de découvrir ce polar, assez déroutant et ne manquant pas de surprises.
 ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne

dimanche 26 mai 2019

c'est dimanche, on visite..

Et voila revenu la fin du mois et un nouveau rendez vous de ma chronique de c'est dimanche, on visite..
Comme vous le savez, ce rendez vous, vous invite a visité un trésor de notre patrimoine aussi bien architectural que historique


Comme je vous l'ai dis le mois dernier, ce mois ci, je vais vous parler du Grand Trianon de Versailles, histoire de faire la continuité de la visite précédente.
C'est partis...


Avant le Trianon actuel, il y avait un bâtiment construit par l'architecte Le Vau sur ordre de Louis XIV que l'on appelait «le Trianon de porcelaine». Ses murs étaient recouverts de plaques de faïence de Delft. Détruit en 1687, il fut remplacé dès l'année suivante par le «Trianon de marbre». L'architecte en était Jules Hardouin-Mansart. C'est le palais que l'on voit aujourd'hui. Le Roi le réservait aux fêtes, aux concerts, aux collations au milieu du repos. Son jardin était couvert de fleurs, spécialement choisies pour leurs couleurs et leurs odeurs. Les pièces du Grand Trianon sont toutes marquées par l'Histoire. Les rois et l'empereur qui l'ont habité y ont laissé leur marque. Les plus visibles sont celles de Napoléon Ier et de Louis-Philippe. L'aile de Trianon-sous-Bois fut un temps réservée au président de la République française. Après la visite du château, la visite du Grand Trianon est indispensable. Hormis l'architecture, le mobilier et quelques pièces de porcelaine, on peut y admirer des dizaines de très belles toiles du Grand Siècle, dont les œuvres de Charles De la Fosse (1666-1716) et de Jean Jouvenet (1644-1717)

Le Grand Trianon tel qu'il apparaît en venant du château ci dessus
 Le péristyle fut utilisé par Louis XIV pour offrir des collations aux gens de la Cour.
À cause du vent, Napoléon Ier le fit fermer par des vitrages mobiles en 1810.
Ces vitrages furent supprimés en 1910, photo ci dessus et ci dessous même en droit avec les jardins
 Le Grand Trianon et ses jardins, ci dessous
 Architecture classique d'époque Louis XIV du Grand Trianon (Jules Hardouin-Mansart) photo ci dessous
 Petit palais de marbre rose et de porphyre avec des jardins délicieux », selon la description de Jules Hardouin-Mansart qui respecte à la lettre les indications d’un Louis XIV suivant la construction de très près au point de décider lui-même de la construction du Péristyle
Très influencé par l’architecture italienne, ce palais s’étend sur un seul niveau, placé entre cour et jardin, recouvert d’un toit plat, dissimulé par une balustrade, autrefois agrémentée de groupes d’enfants, de vases, de figures sculptées. Un historien de l’architecture a souligné avec une grande justesse l’originalité du bâtiment en écrivant que « l’élévation est d’une orangerie, le plan d’un terrier et le matériau d’une maison royale ».
Renommé pour ses jardins réguliers, « rempli de toutes sortes de fleurs d’orangers et d’arbrisseaux verts », rapporte Félibien, le Trianon de marbre est environné, dès sa construction, de parterres et de terrasses ornés de plusieurs dizaines de milliers de fleurs les plus odorantes. Enterrées en pots afin de pouvoir être changées tous les jours et créer ainsi un spectacle fleuri et embaumé, ces plantes offrent un décor vivant qui anime la perfection de cette architecture tout entière ouverte sur les jardins.
Occupé par Louis XIV qui y accueille sa famille, le Grand Trianon est ensuite fréquenté par Marie Leszczynska qui y réside à la belle saison et y loge son père Stanislas lorsque celui-ci vient en visite à Versailles. Marie-Antoinette lui préfère le séjour Petit Trianon que lui avait offerte Louis XVI. Napoléon
, après en avoir ordonné la restauration, y fait quelques séjours.
Le général De Gaulle prend, en 1963, l’initiative de remettre en état les lieux pour y accueillir les hôtes de la République et y organiser dans l’Aile nord dite de « Trianon-sous-bois », une résidence présidentielle.
Et maintenant entrons..
Découvrons les appartements de l'impératrice:

Au Grand Trianon, l’appartement des souveraines dans l’aile gauche est relié aux appartements des souverains dans l’aile droite par le Péristyle, à l’instar du château de Versailles où le Grand Appartement de la Reine au sud est relié au Grand Appartement du Roi au nord par la galerie des Glaces.
Le mobilier originel de Trianon ayant été dispersé à la Révolution, l’aménagement actuel est, à quelques exceptions près, celui du premier Empire. Napoléon remeuble entièrement Trianon et y vient quelquefois avec l’impératrice Marie-Louise.


voici deux vues de l'appartement de l'impératrice. En bas, vous pouvez admiré la partie de gauche de l'appartement.

cette appartement, Ancienne chambre de Louis XIV, elle a conservé son décor caractérisé par la présence de colonnes corinthiennes partageant la pièce en deux espaces distincts et par l’admirable qualité de ses boiseries. Sous l’Empire, elle fut divisée pour former une chambre plus petite et un salon (ou antichambre) qui servit à l’impératrice Marie-Louise qui le remeubla dans son état actuel ; le seul meuble qui fait exception est le lit, qui fut celui de Napoléon aux Tuileries et dans lequel mourut Louis XVIII, frère de Louis XVI, en 1824.
 Sur ses deux images, vous pouvez admiré en haut: Vase étrusque à fond vert en porcelaine de Sèvres avec figure de Flore, Chambre de l'Impératrice
           et ci dessous: Lavabo athénienne en acajou et bronze doré avec cuvette
en porcelaine de Sèvres Chambre de l'Impératrice.
           
passons au salon des glaces,
 
Avec sa belle vue sur le Grand Canal et son décor de miroirs, ce salon est le plus beau de l’aile sud. C’était la dernière pièce de l’appartement que Louis XIV occupa dans cette partie du château de 1691 à 1703, là où il tenait conseil. Comme la plupart des espaces de Trianon, il a conservé son décor d’origine mais non ses meubles, vendus à la Révolution et remplacés par Napoléon. De 1810 à 1814, il servit de grand cabinet à l’impératrice Marie-Louise, l’archiduchesse d’Autriche et petite-nièce de Marie-Antoinette. ci dessous, même endroit prise sous un autre angle
 
allons voir maintenant, le salon de la chapelle avec deux prise de vue différente
 
 
Dès l’origine, cette salle fut une chapelle. Transformée en antichambre en 1691, lors de l’installation de Louis XIV dans cette partie du palais, elle conserva cependant sa destination primitive : en effet, la porte du fond ouvre sur un renfoncement qui abrite un autel ; la messe dite, la porte était refermée. Mais le décor rappelle encore aujourd’hui cet usage : corniche où alternent les grappes de raisin et les épis de blé évoquant le vin et le pain eucharistiques, et tableaux représentant les évangélistes saint Marc et saint Luc.
Les portraits de Louis XV et de Marie Leszczynska, par Jean-Baptiste Van Loo (link is external), rappellent les séjours de la reine à Trianon.

Poursuivons notre visite: Nous voici dans les appartements du grand Trianon
Symétrique à l’appartement de l’Impératrice par rapport au Péristyle, le Grand Appartement se trouve dans l’aile droite du Grand Trianon. Cette aile a par la suite été complétée par l’aménagement du Petit Appartement de l’Empereur (link is external) et l’aile de Trianon-sous-Bois.
Le mobilier originel de Trianon ayant été dispersé à la Révolution, l’aménagement actuel est, à quelques exceptions près, celui du premier Empire. Napoléon remeuble entièrement Trianon et y vient quelquefois avec l’impératrice Marie-Louise.
 
voici ci dessus le salon rond, Ce vestibule donnait accès au premier appartement que Louis XIV n’occupa que trois ans, de 1688 à 1691. Son décor de colonnes corinthiennes ainsi que son dallage de marbre et les tableaux qui l’ornent datent de cette période. À droite de la cheminée, un tambour de menuiserie dissimule l’escalier qu’empruntaient les musiciens pour accéder à la tribune qui donnait dans la pièce suivante, où avait lieu le souper du roi. Je ne sais pas vous, mais j'adore le sol!! Sous Louis XV, ce salon disposait d'un autel et pouvait être aménagé en chapelle.
La pièce devint salle des Gardes sous l'Empire, puis salon des Huissiers sous Louis-Philippe
ici, je vous montre le salon de musique,
C’est l’ancienne antichambre du premier appartement de Louis XIV, où avait lieu le souper du roi. Les boiseries comptent parmi les plus anciennes du palais, et l’on remarque, au-dessus des portes, les volets des tribunes où prenaient place les musiciens qui jouaient pendant le repas.
Napoléon fit de cette pièce le salon des Officiers, et Louis-Philippe une salle de billard. Les chaises recouvertes de tapisserie de Beauvais ont été exécutées pour cette pièce ; le beau guéridon et la fontaine à thé ne sont entrés à Trianon que sous le Second Empire
Les tableaux représentant Mars et Pallas  proviennent de l’antichambre des Jeux et de la chambre du Sommeil.
Passons au salon de Famille de Louis Philippe, que je trouve magnifique
 
Ce grand salon fut créé par Louis-Philippe à partir de deux pièces existantes. Le roi et sa famille, qui aimaient séjourner à Trianon, se retrouvaient le soir dans cette pièce meublée dans l’esprit du temps : tables à jeu et à ouvrage, sièges et canapés capitonnés couverts de cannetille jaune à motif bleu.
 ci dessus Un coin du salon de famille de Louis-Philippe
La table dite «de famille» en acajou date de 1837. ci dessous Console en bois doré avec candélabre et vases de Sèvres
(Salon de famille de Louis-Philippe)
 
et voici le salon des malachites
C’est dans le grand salon à l’Empereur que l’on plaça les présents en malachite du tsar Alexandre Ier  à Napoléon, qui donnèrent leur nom à la pièce.
 continuons notre progression avec une pièce que je ne trouve pas génial mais bon;
c'est le salon Frais. La pièce est pas mal, mais c'est les tabourets mauve que je trouve pas top

Il doit son nom à son exposition au nord. Il servit de cabinet du Conseil à Napoléon, et Charles X  y prit congé de ses ministres, le 31 juillet 1830. Les magnifiques boiseries, sculptées de cassolette et guirlandes de fleurs, datent de Louis XIV ainsi que les tableaux : sur la cheminée, Flore et Zéphyr par Jean Jouvenet qui a peint également les dessus-de-porte représentant le Printemps et l’Hiver ; entre les fenêtres, Vertumne et Pomone par Nicolas Bertin  ; et, sur les murs latéraux, quatre Vues de Versailles par Jean-Baptiste Martin .
Le mobilier date du Premier Empire : meubles « serre-papiers », par Jacob-Desmalter , régulateur par Lepaute, baromètre-thermomètre par Bailly et sièges recouverts en tapisserie de Beauvais.
 
et voici la galerie des cotelles.
 
Judicieusement édifiée pour abriter les parterres de Trianon des rigueurs de l’hiver, cette galerie compte onze portes fenêtres du côté du midi, et cinq fenêtres seulement du côté du nord. Elle est ornée de vingt-quatre tableaux, dont vingt-et-un dus à Jean Cotelle d’où son nom, qui représentent les bosquets de Versailles et de Trianon à l’époque où ils furent commandés, en 1687. C’est un précieux témoignage sur les jardins tels qu’ils étaient au XVIIe siècle. Les niches abritaient à l’origine des canapés, Louis-Philippe y fit placer les deux rafraîchissoirs en marbre du Languedoc provenant des buffets de Louis XV.
Une exposition a eu lieu à l'été 2018 dans cette galerie sur le peintre Jean Cotelle : Jean Cotelle (1646-1708) Des Jardins et des Dieux.

et enfin pour finir cette partie du grand appartement du grand Trianon (qui, il faut bien le dire, vue la grandeur porte bien son nom) le salon des jardins
À l’extrémité de la galerie des Cotelle, le salon des Jardins ouvre sur la salle des Marronniers de Trianon et, au-delà du parterre haut, sur le bras transversal du Grand Canal. Sous Louis XIV, il offrait en son centre un jeu de portique qui fit place, par la suite, à un billard De 1750 jusqu'au Premier Empire. Au XXe siècle, elle a été aménagée comme salle de réception de la résidence présidentielle, à proximité de l'aile de Trianon-sous-Bois.

Passons maintenant au petit appartement de l'empereur
Composé de cinq pièces, dont les portes fenêtres ouvrent sur l’ancien jardin du Roi, il a été formé par la réunion d’une partie de l’ancien appartement de Mme de Maintenon et du Petit Appartement aménagé en 1750 pour Louis XV. Napoléon l’occupa pour la première fois en décembre 1809, dans les jours qui suivirent son divorce d’avec Joséphine. Sous Louis-Philippe, il était habité par les filles cadettes du Roi, les princesses Marie et Clémentine.
voici le cabinet topographique de l'empereur
 l’origine, ce cabinet ouvrait sur le bosquet des Sources, un petit bois parcouru de ruisseaux qui serpentaient à travers les arbres, dernière création de Le Nôtre, disparue sous Louis XVI. Il conduisait alors à l’appartement de Mme de Maintenon, et dans ses boiseries datant de 1713 ont été encastrées les vues des jardins de Versailles où est représenté Louis XIV âgé, se promenant en roulette. En 1810, Napoléon fit de cette pièce son cabinet topographique et utilisa l’enfilade voisine comme petit appartement.

C’est l’ancien cabinet du Levant, qui servait de grand cabinet à Mme de Maintenon. Au XVIIe siècle, la pièce servit de chambre à Mme de Pompadour puis, à quelques reprises, à Marie-Antoinette. La seconde fille de cette dernière, la princesse Sophie-Béatrice, y mourut en 1787, âgée de onze mois. En 1812, la pièce fut diminuée en profondeur pour loger un escalier conduisant à l’entresol : elle devint alors le cabinet du secrétaire de l’Empereur.
et maintenant l'anti chambre : C’est l’ancien cabinet du Levant, qui servait de grand cabinet à Mme de Maintenon. Au XVIIe siècle, la pièce servit de chambre à Mme de Pompadour puis, à quelques reprises, à Marie-Antoinette. La seconde fille de cette dernière, la princesse Sophie-Béatrice, y mourut en 1787, âgée de onze mois. En 1812, la pièce fut diminuée en profondeur pour loger un escalier conduisant à l’entresol : elle devint alors le cabinet du secrétaire de l’Empereur. Les murs sont tendus d’un damas de couleur « terre d’Égypte » avec une bordure ponceau et vert, sur lequel sont accrochés les tableaux suivants  : Junon et Flore par Bon de Boulogne, Zéphyr et Flore, représentés deux fois, par Noël Coypel et par Michel Corneille, et Apollon reçoit son carquois et ses flèches de Mercure, par Noël Coypel.
le cabinet particulier, que personnellement, je trouve magnifique: C’est l’ancien cabinet du Repos, qui servait de chambre à coucher à Mme de Maintenon. Divisée au XVIIIe siècle en plusieurs cabinets, cette pièce a été rétablie en 1813 dans ses dimensions ; elle a pris alors l’aspect qu’elle présente aujourd’hui. Les meubles « serre-papiers » ont été livrés par Jacob-Desmalter  et la pendule par Bailly. Les sièges ont servi au premier consul au château de Saint-Cloud, et le guéridon provient du palais de l’Élysée. Sur le tenture de damas vert enrichie d’une bordure en brocart d’or, sont accrochés les tableaux suivants : Apollon et la Sibylle et Apollon et Hyacinthe par Louis de Boulogne, Apollon chez Thétys par Jean Jouvenet, Apollon couronné par la Victoire et le Repos d’Apollon, par Noël Coypel.

malgré les apparences, cette pièce est la salle de bain, Ici commence le Petit Appartement aménagé en 1750 pour Louis XV, dont cette pièce était le cabinet de retraite. Napoléon en fit une salle de bains. Les murs sont tendus de basin blanc, qui recouvre également les sièges gondoles. La baignoire est dissimulée par une banquette en drap vert. Je trouve qu'elle ressemble a celle de fontainebleau de part ses couleurs.
vous l'aurez deviné, nous sommes dans la chambre de l'empereur. La chambre de l’Empereur avait été décorée sous Louis XV de boiseries qui existent toujours. C’est l’ancienne chambre de Louis XV, créée en 1750 à l’emplacement d’un escalier et d’une partie de la salle suivante. Elle a été remeublée dans son état Empire et l’on a restitué les belles étoffes de moire « bois de citron » à bordure de brocart lilas et argent, qui avaient été tissées à Lyon pour Joséphine en 1807 et qui furent réutilisées ici pour Napoléon en 1809. C’est en décembre de cette année-là que Napoléon séjourna pour la première fois dans ce petit appartement, juste après son divorce d’avec Joséphine. La fille de cette dernière, la reine Hortense, a raconté comment l’Empereur les reçut cependant le 25 de ce mois : « [Il] alla à Trianon et nous engagea à venir lui faire une visite. J’y accompagnai ma mère. Cette entrevue fut touchante. L’Empereur voulut la garder à dîner. Comme à l’ordinaire il se trouva placé en face d’elle. Rien ne paraissait changé […]. Il régnait un profond silence. Ma mère ne pouvait rien prendre et je la voyais prête à s’évanouir. L’Empereur essuya deux ou trois fois ses yeux sans rien dire et nous partîmes immédiatement après dîner. »

Le salon de dejeun:
À l’origine, cette pièce et la moitié de la pièce précédente formaient la salle des Buffets, communiquant avec l’antichambre (actuel salon de Musique) où soupait Louis XIV ; elle était surmontée de la tribune des musiciens. Ses dimensions actuelles datent de Louis XV, dont c’était le grand cabinet. Son décor et son mobilier ont été réalisés pour Napoléon , qui en avait fait son salon du Déjeun, c’est-à-dire la pièce où il prenait son petit déjeuner.
La tenture murale est un « damas économique » bleu et blanc, encadré d’une bordure aurore ; il recouvre également les sièges de Jacob-Desmalter. La pendule en forme de temple, en différents marbres, jaspe et lapis-lazuli, a été réalisée avec des éléments du surtout de Charles X. Elle est encadrée de deux vases en porcelaine de Sèvres, à décor de paysages. La coupe en albâtre oriental est une saisie d’émigré ; sous l’Empire, elle était placée sur une des consoles de la galerie. Le guéridon, dont la ceinture est ornée d’une farandole de muses, a été apporté pour la princesse Marie .
Le tableau, par Noël Coypel , représente Des nymphes présentant une corne dabondance à Amalthée ; il provient de Trianon-sous-Bois.
Le salon du Déjeun communique avec le salon de famille de l’Empereur, ancien salon des Jeux de Louis XV

ci dessus Le SALON DES SEIGNEURS
Sous Louis XIV, cette pièce était l'antichambre des seigneurs. En 1810, c'était une salle à manger pour la suite de l'Empereur et de l'Impératrice


ci dessus
SALON DE FAMILLE DE L'EMPEREUR
Au XVIIIe siècle et sous le Premier Empire, cette pièce était utilisée comme salon des jeux.
Sous Louis-Philippe, elle faisait partie de l'appartement alloué à Louise, fille du roi, et à son époux Léopold Ier, roi des Belges.

Passons a la dernière partie du Trianon: l'aile de Trianon-sous bois
Vingt ans après sa construction, Trianon était devenu trop petit pour loger toute la famille de Louis XIV. Pour satisfaire le roi, Jules Hardouin-Mansart, peu avant sa mort en 1708, construisit cette aile de Trianon-sous-Bois dont la sobriété et l’élégance annoncent le style du XVIIIe siècle.

Ce corps de bâtiment, le seul du château à offrir un véritable étage et non un entresol, offre un ensemble d’appartements qui furent d’abord affectés à la famille royale. Madame Palatine, belle-sœur de Louis XIV, parlant de son logement de Trianon, écrivait : « Je suis très bien logée ; j’ai quatre chambres et un cabinet dans lequel je vous écris. Il a vue sur les sources, comme cela s’appelle. Les sources sont un petit bosquet si touffu qu’en plein midi le soleil n’y pénètre pas. Il y sort de terre plus de cinquante sources qui font de petits ruisselets larges d’un pied à peine, et que, par conséquent, l’on peut tous enjamber ; ils sont bordés de gazons et forment de petites îles suffisamment larges pour y mettre une table et deux chaises, de façon à pouvoir y jouer à l’ombre. Des deux côtés, il y a de larges degrés, car tout est en un peu en pente (je ne saurais pas dire cela en allemand) ; l’eau court aussi sur ces degrés et fait de chaque côté une cascade. C’est, comme vous voyez, un endroit très agréable. »

et maintenant la chapelle
 
C’est Louis-Philippe qui fit transformer ce qui était l’ancien salon du billard de Louis XIV en chapelle. Le 17 octobre 1837, on y célébra le mariage de sa deuxième fille, la princesse Marie, avec le duc Alexandre de Würtemberg. Les colonnes qui encadrent l’autel proviennent du bosquet des Dômes, le vitrail fut commandé à la Manufacture de Sèvres et représente L’Assomption de la Vierge d’après Pierre-Paul Prud’hon
 
 
CHAMBRE DE LA REINE DES BELGES
Cette pièce, autrefois salle à manger de Louis XV; fut transformée par Louis-Philippe en chambre
pour sa fille Louise-Marie d'Orléans. Celle-ci avait épousé en 1832 Léopold Ier de Saxe-Cobourg, roi des Belges.
 
je ne résiste pas a l'envie de vouloir vous montrer ça et la quelques tableaux de se magnifique Trianon



 

Vénus et Adonis» par François Verdier (1651-1730)
Salon des seigneurs
Toile commandée en 1695 pour le salon des Cascades à Trianon-sous-Bois.
 
Naissance d'Adonis» par François Verdier (1651-1730)
Salon des seigneurs
Toile commandée en 1695 pour le salon des Cascades à Trianon-sous-Bois.
 
«Portrait Marie Leszcinska, reine de France»
par François Siemart (1680-1740) salon de la chapelle

           

 
Portrait de Louis XV, roi de France»
d'après Jean-Baptiste van Loo
(Salon de la chapelle)
 ci dessus Diane et ses nymphes» par Charles de la Fosse (1666-1716)
(Salon des Malachites)
Junon va trouver Thétis»
de François Verdier (1651-1730)
(Salon rond)

c'est avec ses tableaux que se termine notre visite du domaine de Trianon
comme toujours, je vous mets les infos pratique s'il vous prend l'envie de le visiter



Passeport

Ce billet donne accès à l'ensemble du domaine de Versailles et de Trianon.
20 € sans les grandes eaux musicales ou jardins musicaux

        

27 € avec les grandes eaux musicales ou les jardins musicaux
 

Billet Domaine de Trianon

Ce billet donne accès au domaine de Trianon, aux expositions temporaires, à la galerie des Carrosses, aux Jardins et au Parc.
12 €
 
visite guidé
 

Louis-Philippe et sa famille à Trianon

Louis-Philippe fut le dernier souverain à se consacrer à l’aménagement du Grand Trianon afin d’y installer sa nombreuse famille.
10 €
Je vous dis au mois prochain pour une nouvelle visite