dimanche 17 juin 2018

Les soeurs de la lune tome 8: Harvest Hunting de Yasmine Galenorn

RESUME: Delilah d’Artigo, agent qualifié et sexy de la CIA d’Outremonde et chat-garou à la vie sentimentale compliquée, vient de débuter sa formation de « fiancée de la mort ». Mais avec ses sœurs, elle doit aussi faire face à de nouveaux problèmes : mystérieuses disparitions de loups-garous, apparition d’une nouvelle drogue magique utilisée à mauvais escient, sans oublier Stacia la broyeuse d’os, qui a mis leurs têtes à prix

MON AVIS: Et voila encore une aventure des sœurs d'Artigo de fini. Plus je m'approche du tome 10 et plus je me demande est ce que je vais savoir la fin, vu que la suite n'est a priori pas sorti en français.
Bref, dans ce tome on retrouve la 2e sœur celle qui se transforme en chat et en panthère. J'adore ce personnage et depuis le début de la série, je trouve que c'est la sœur qui a le plus évolué et qui en a appris le plus sur elle même. Déjà quand on voit la couverture, on se dit qu'il y'a du changement et on a l'explication dés le début, je vous le laisse découvrir.
Ce tome est haut en couleur avec pleins de rebondissement et de suspens. L'action est omniprésente sur presque tout le livre  et je l'ai dévoré en peu de jour.
On retrouve donc Delilah dans ses démêlés personnel et ses soucis dans sa vie privé. Ce tome commence la ou le tome 7 c'est arrêté, c'est a dire sur le mariage de Camille et Trillian  et on a plusieurs réponses aux questions que l'on avait par rapport a Chase et Delilah a la fin tu tome précédent.
On la suit elle et ses sœurs dans une enquête sur la disparition de loup garou et nos héroïnes vont aller de surprise en surprise et cette intrigue va les emmener dans un monde peuplé de magie noir et de sorcellerie .
j'adore retrouver cette univers ou les personnages prennent de l'importance au fil des tomes. On suit les 3 sœurs mais aussi leur proches qui sont de plus en plus nombreux au fur et a mesure que la série avance. Et j'aime beaucoup tout ses personnages qui ont chacun a leur manière leur place. De plus, au fil des tomes, on en apprend plus sur les pouvoirs des sœurs surtout sur Camille et Delilah. La série évolue plutôt bien et ne s'essouffle pas pour le moment. par contre j'aimerais qu'elle ne dure pas 50 tomes non plus et que l'on en sache enfin un peu plus les sceaux et l'ombre ailée. Si un jour milady se décide a nous sortir la suite en français.
ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne , je lui met 4/5

La mort en tête de Sire Cedric

RESUME: Le duo d’enquêteurs Eva Svärta / Alexandre Vauvert est en bien mauvaise posture…

Ils traquent sans relâche les tueurs psychopathes, mais cette fois ce sont eux les proies d’un criminel sadique. Le suspense est à couper le souffle, le lecteur n’aura pas une seconde de répit.

Tout commence en banlieue parisienne, la séance d’exorcisme d’un enfant de huit ans a tourné au drame. Eva Svärta, policière à la Brigade criminelle, enceinte de quatre mois, se rend sur les lieux. Est-ce un accident ? Comment est vraiment mort cet enfant ?
Sur place, la policière rencontre Dorian Barbarossa. Un journaliste à sensation qui vit depuis des années avec une balle de calibre 22 dans le crâne.

Eva Svärta ne se doute pas encore de la descente aux enfers qui l’attend…

MON AVIS: C'est avec un grand plaisir que je me suis plongé dans cette nouvelle aventure avec Eva et Alexandre. Et il faut bien le dire, ça ne chôme pas pour eux.  On les retrouve quelques mois après le précédent tome. Eva est enceinte de 4 mois et tout va pour le mieux dans sa vie privée.
Pour ce qui est du boulot, on peut pas en dire autant, car dés les premiers chapitres, on fait connaissance avec un psychopathe dont on connait l'identité dés le début. Dommage me direz vous. Il est vrai que l'on préférait sans doute ne pas connaitre l'identité du tueur, mais j'ai envie de vous répondre que c'est comme Colombo, le génialissime de l'histoire ce n'est pas de découvrir qui est le tueur mais comment Colombo arrive a savoir qui c'est.
Bon ici, rien a voir avec Colombo, je vous rassure (bien que j'adorais cette série). On suit donc notre duo dans leur péripétie face au taré qui leur colle aux basques. Ils deviennent la cible de tout le monde, le fou, la police etc. et sont obligé de fuir constamment. Je vous laisse savoir pourquoi.
Ce livre est une vrai pépite et une petite bombe, tant on a peur que tout nous pette a la figure. On ne sait pas a quoi on va s'attendre et j'ai retenu mon souffle un nombre incalculable de fois tant j'ai eu peur pour nos héros. L'auteur est vraiment machiavélique et un brin sadique avec ses personnages il faut bien le dire. Bon pas trop quand même, mais assez pour nous faire dresser les cheveux sur la tête!
L'auteur ne nous prive pas non plus de suspens, de poursuite et tout cela sans temps mort. Un condensé de 100 a l'heure qui une fois commencé ne s'arrête plus. C'est l'autoroute sur tout le livre ou presque.
Comme vous vous en doutez, j'ai adoré cet opus et je me demande si sire Cédric compte nous en faire un autre. Si c'est le cas, je réserve le mien direct.  

dimanche 3 juin 2018

Le ventre de Paris de Emile Zola

RESUME: C'est dans les Halles centrales de Paris récemment construites par Baltard que Zola situe le troisième épisode des Rougon Macquart.
Après " la course aux millions " décrite dans la Curée, ce sera la fête breughelienne du Ventre de Paris, sa foule fiévreuse, tourbillonnante et bigarrée, ses amoncellements de victuailles, ses flamboiements de couleurs, ses odeurs puissantes de fermes, de jardins et de marées. Florent, arrêté par erreur après le coup d'Etat du 2 décembre 1851, s'est évadé du bagne de Cayenne après 7 ans d'épreuves.
Il retrouve à Paris son demi-frère qui, marié à la belle Lisa Macquart fait prospérer l'opulente charcuterie Quenu Gradelle. Mais la place de Florent est-elle à leurs côtés ? A-t-il renoncé à ses rêves de justice ? Car si l'Empire a su procurer au " ventre boutiquier, au ventre de l'honnête moyenne,... le consentement large et solide de la bête broyant le foin au râtelier ", il n'a guère contenté les affamés

MON AVIS: Je poursuis donc tranquillement mon aventure des  Rougon Macquart. Ce tome ci nous plonge dans la jungle si je puis dire des halles. Mais attention les halles tel quelles étaient en 1858! C'est a dire les halles comme sont Rungis maintenant, a savoir un grand marché. Zola nous plonge dans cet univers riche en couleur, en odeur et en bruit. Les descriptions si cher a Zola qui peuvent être rébarbative sont un moyen de disséquer a la loupe le moindre fait et le moindre geste. Mais aussi a trouver le mot juste pour nous décrire l'ambiance.
Et dans ce tome l'ambiance des halles est le point d'honneur du récit. Ce sont les halles qui sont au premier plan, les personnages et Florent surtout ne sont que secondaire a mon sens. Même si nous suivons Florent, justement qui c'est évadé du bagne après le coup d'état de 1851. Nous le suivons dans son retour chez son frère et qui essaye de se refaire une vie. Point de départ de l'histoire!
Mais nous suivons toute une galerie de personnages qui gravitent dans ses halles. Mais ils font si j'ose dire partie du décors. J'ai bien aimé cette ambiance et je me suis sans peine plonger dans ses halles et ses rues si bien décrite par Zola. Les noms de ses rues existent toujours d'ailleurs et moi en amoureuse de l'histoire de paris, j'ai adoré pouvoir m'imaginer les halles de cet époque. Il faut dire que cela a bien changer ! Je me suis promener dans ses même rues a plusieurs reprise et nombre de parisiens ont marché sur les pas de ses hommes et femmes qui gravitaient dans les halles. Marchands et clients.
Nous plongeons aussi dans l'envers du décors, a savoir les commérages, jalousies ou autre. Pour ce dire que finalement en 2018 ou en 1858, rien ne change. Et c'est cela aussi que décrit Zola: la nature humaine qu'elle soit bourgeoise ou peuple est exactement la même. On complote, on colporte et on fait ses choux gras de la vie des autres. Bien que j'ai aimé ce roman qui nous plongent bien dans le monde du bas peuple, je préfère quand même lorsqu'il nous décrit la bourgeoisie.
Au final, ce tome n'a pas de réel personnages important, mais plutôt toute une galerie qui ont chacun leur importance avec au premier plan, ses halles si vivant

 
ce livre a été lu dans le cadre du challenge Rougon-Macquart de mypianocanta
je vous rajoute deux photos des halles, a l'époque du livre et maintenant

 


dimanche 27 mai 2018

C'est dimanche, on visite..

Et voici la fin du mois et le rendez vous de c'est Dimanche, on visite.. Comme vous le savez, c'est un rendez vous mensuel ou je vous emmène visité un lieu chargé d'histoire ou d'architecture, un trésor de notre patrimoine.

Ce mois ci je vous emmène visité un des château de la Loire le plus connu et a mon sens l'un des plus beau au niveau architecture, c'est le château de Chambord

Tout d'abord, on le situe : Le château de Chambord est un château français situé dans la commune de Chambord, dans le département de Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire.




Maintenant un peu d'histoire:
je vais vous parler de sa genèse quand même, il faut bien.

François Ier n’a que vingt ans lorsqu’il est couronné Roi de France le 25 janvier 1515. Très vite, il va devenir un roi puissant, notamment grâce à la victoire de Marignan en septembre de la même année.
Dès 1516 il souhaite faire construire un château à sa gloire. Lui qui a grandi près d’Amboise et qui côtoie la cours de son prédécesseur Louis XII à Blois, souhaite bâtir le château dans la région : ce sera à Chambord, au cœur d’une forêt pour assouvir sa passion pour la chasse. Selon ses propres mots, ce sera “un grand, bel et somptueux édifice”.
La construction de Chambord commence en 1519 et ne sera terminée qu’en 1685, sous Louis XIV. François Ier ne verra donc pas son château achevé mais lui-même prétendait que “si l’on se préoccupait de l’achèvement des choses, on n’entreprendrai jamais rien”.
François Ier a été très impliqué dans la construction de Chambord, il n’y résida pourtant que très rarement, seules quelques dizaines de jours dans tout son règne. Le Roi vivait en effet à Fontainebleau qui se trouvait à l’époque à deux journées de voyage de Chambord.
 
voici l'entrée du château
 

 voici deux autres vue sur les cotés
Autant vous le dire, j'adore ce château. Il a un je ne sais quoi qui en jette quand on l'aperçoit.  
 
Bon je continue ma petite description : François Ier souhaitait un château où se mêlent des influences françaises et italiennes. Aussi, on retrouve dans Chambord l’architecture des châteaux forts du Moyen Âge : un bâtiment carré central avec un donjon et quatre tours d’angle massives. Mais à l’intérieur, le château est unique et répond à une géométrie fascinante en forme de croix grecque, à l’image de plusieurs églises italiennes de l’époque. Ci dessous je vous met un plan. Bon pas sur que cela va vous aider mais..
 voici différente vu que je vous ai déniché sur internet. photo du haut: Tour,  tour lanterne et cheminées du château Renaissance, ci dessous les mêmes mais celle du milieu

 photo du haut:  Château Renaissance : tour d'angle du donjon et galeries, photo du bas
Château Renaissance : tour lanterne et tour d'angle du donjon

 

 
photo du haut : 
Façade du château Renaissance
photo du bas :
Partie du château Renaissance
 

 
photo du haut
Château Renaissance : tour lanterne du donjon
 
Poursuivons: Au cœur de Chambord se trouve le célèbre escalier à double révolution. Il est constitué de deux escaliers qui ne se croisent jamais, bien que tournant dans le même sens. Il est ainsi possible de l’emprunter sans croiser ceux qui emprunte l’autre escalier. De part et d’autre de cet escalier central, quatre logis identiques s’organisent sur chaque étage, respectant une symétrie quasi parfaite à l’exception de l’un des logis organisé dans un sens différent des trois autres. Autour du donjon se trouvent deux ailes : l’une accueille le logis royal ; l’autre la chapelle. Le tout est entouré par une enceinte. Pour de nombreuse personnes, Leonard de Vinci que vous connaissez tous, serait a l'origine de l'escalier a révolution mais même si De nombreuses innovations utilisées à Chambord comme l’escalier à double révolution, les latrines à double fosse et conduit d’aération ou le plan centré du donjon, figurent dans les carnets du Maître. il n'y'a aucune certitude qu'il soit intervenu dans la conception du château.
 
Voici le grand escalier.  À chaque étage, l'escalier se déploie en quatre vestibules formant une croix. À son sommet, il donne accès à la grande terrasse - elle aussi inspirée par Léonard - qui fait le tour du donjon et offre une vue sur les cheminées monumentales. Cet escalier est surmonté d'une tour-lanterne bien reconnaissable de l'extérieur, évoquant le clocher d'une chapelle.
 
 A l'intérieur, j'ai été étonné par la grandeur. Tout est grand: les portes, les fenêtres.. il n'y'a pas a dire, c'est majestueux.
Parlons des pièces:
Avec pas moins de 426 pièces, 77 escaliers et 282 cheminées, l’ensemble est monumental ! Mais au-delà de son architecture, Chambord surprend par ses décorations. Notamment au deuxième étage avec les 80 caissons sculptés aux symboles du Roi : le monogramme “F” de François Ier ; son emblème, la Salamandre, animal qui illustrait sa devise “nutrisco et extinguo” (je nourris le bon feu et j’éteins le mauvais) ; mais aussi le nœud de huit, symbole de concorde qui était aussi l’emblème de sa mère, Louise de Savoie.
Par contre, beaucoup de pièces sont quand même assez vide, il faut bien le dire!
ci dessous, une autre vue de l'escalier.
bon montons et allons voir les pièces
Commençons par la chambre et le cabinet de François Ier
 en haut la chambre de François 1er et en bas voici son cabinet, c'est a dire son bureau pas sa salle de bain.
Je vous montre les photos que j'ai déniché car quand j'y suis allé, le numérique n'existait pas, du coup les photos sont toute d'internet. Ci dessous, chambre de François 1er, détail du lit.
 petit détail que vous pourrez voir les initiales de François 1er gravé un peu partout. En haut de cette fenêtre, les initiales FRF sont surement en latin et veulent dire " Franciscus Rex Franciae " La salamandre est l'emblème du roi. Comme vous pouvez le constaté, très modeste François 1er



allons voir d'autres pièces. Comme vous le savez, a l'époque la cour n'était pas sédentaire et allaient de château en château. Du coup il ne reste pas grand chose de cette époque. Sachant qu'en plus François 1er est très peu venu dans ce château.
et voici la chambre de Marie Thérèse d'Autriche épouse de Louis XIV et la chambre du monarque en bas. Il est  très peu venu lui aussi a Chambord, encore moins que François 1er, mais il a quand même fait aménager

En fin de compte, très peu de personne sont venu habiter au château car il était trop grand, donc difficile a chauffer et pleins de moustique en été au cause des marécages environnant. En gros, très beau mais pas très confortable
Poursuivons l'histoire de ce château. A l'époque de Louis XV, un maréchal habitat le château du nom de Maurice de saxe (photo ci dessous)


C'est le roi Louis XV qui lui offrit ce château pour service rendu. Jolie cadeau!
Il y'a vécu pendant deux ans avec sa suite (régiment et  cavalerie). Puis le château a été habité par des soldats et a été un peu laisser a l'abandon.
Puis un nouveau "roi" Henri V y a séjourné. Vous allez me dire que je suis a coté de mes chaussures, vu que le dernier Henri était Henri IV. Et bien non figurez vous!
En 1870, les français n' étaient pas content du gouvernement actuel. Après avoir essayé la monarchie, l'empire, la république, ils ont décidé de retenter la monarchie et sont allé chercher le comte de Chambord, Henri, petit fils de Charles X pour le nommer roi. Tout était prévu, le lit de parade, les carrosses pour entrer dans paris. Au dernier moment, Le futur Henri V a voulu revenir au drapeau blanc de la royauté plutôt que notre drapeau bleu, blanc et rouge. A priori les français ne devaient pas aimer ce drapeau blanc, car finalement nous sommes resté en république.



 
Aller encore quelque photos
ci dessous, un poêle en faïence


 ci dessous intérieur du château
 une chambre avec un lit a baldaquin
 intérieur du château ci dessous, style empire. Vous pouvez voir des portraits des rois, tel que Louis XV, XVI, XIV ainsi que marie Leszczyńska,
ici trophée de chasse. Pas la meilleur pièce!


 et voici deux autres pièces

Je ne peux pas vous faire visiter Chambord sans vous parler des jardins: les jardins a la française

Comment peut-on imaginer Chambord sans ses jardins ? Ces derniers avaient pourtant disparu. Imaginés sous Louis XIV, ils ont existé pendant plus de deux siècles avant d’être laissés à l’abandon. Depuis la Révolution, le jardin manquait d’entretien : les arbres n’étaient plus taillées et l’herbe avait envahi les allées. Si bien qu’après une première simplification de l’aménagement pendant l’entre-deux guerres, on décida finalement en 1970 de ne garder que des parterres engazonnés.
Après 16 années de recherches pour retrouver les tracés des jardins tels qu’ils existaient au milieu du XVIIIe siècle, six hectares et demi ont pu être réaménagés au pied du château. Un chantier titanesque, le plus grand projet de restitution de jardins connu en France depuis plus de 20 ans, avec 600 arbres, 800 arbustes, 200 rosiers, 15 250 plantes et 18 874 m² de pelouses


Adresse

Château de Chambord
41250 Chambord

Horaires

Ouvert toute l’année sauf le 1er janvier, le dernier lundi de janvier et le 25 décembre
D’avril à octobre : de 9h à 18h
De novembre à marrs : de 9h à 17h

Site internet


Tarifs

Tarif plein : 13 €
Réduit : 11 €
Gratuit pour les moins de 26 ans

c'est sur ses magnifiques images des jardins de Chambord et sur les infos pratiques au cas ou je vous ai donner envie de venir visiter ce château, que s'achève ce c'est dimanche on visite. Je vous dis au mois prochain

samedi 26 mai 2018

N'eteins pas la lumière de Bernard Minier

RESUME: Tu l'as laissée mourir... » Christine Steinmeyer croyait que la missive trouvée le soir de Noël dans sa boîte aux lettres ne lui était pas destinée. Mais l'homme qui l'interpelle en direct à la radio, dans son émission, semble persuadé du contraire... Bientôt, les incidents se multiplient, comme si quelqu'un avait pris le contrôle de son existence. Tout ce qui faisait tenir Christine debout s'effondre. Avant que l'horreur fasse irruption. Martin Servaz, de son côté, a reçu par la poste la clé d'une chambre d hôtel. Une chambre où une artiste plasticienne s'est donné la mort un an plus tôt. Quelqu'un veut le voir reprendre du service... ce qu'il va faire, à l'insu de sa hiérarchie et de ses collègues. Et si nos proches n'étaient pas ce que nous croyons ? Et si dans l'obscurité certains secrets refusaient de mourir ? Non, n'éteignez pas la lumière, ou alors préparez-vous au pire...

MON AVIS: Avec bonheur, je me suis plongé dans ce nouveau Minier que j'ai lu avec licorne pour son challenge. Et quelle lecture! J'ai adoré retrouver Servaz, bien qu'il ne soit pas au top de sa forme et pas aussi présent dans le livre que je l'aurais voulu mais bon.
On suit donc Christine, une animatrice radio qui trouve dans sa boite au lettre une lettre anonyme qui l'accuse d'avoir laisser une personne mourir. Elle pense au début que cette missive ne la concerne pas, mais n'arrive pourtant pas a l'oublier. S'ensuit alors une traque dont elle se retrouve la victime. Cauchemar ? réalité? ou hallucination ? D'un autre coté, Servaz reçoit une clef de chambre d'hôtel. Après une petite enquête, il découvre qu'une artiste c'est suicidé dans cette chambre. Est ce que les deux affaires
sont liés?
Lorsque j'ai démarré ce livre, j'ai eu un peu l'impression de relire "juste une ombre" de Karine Giebel, qui est un thriller basé sur le harcèlement. Heureusement, cette sensation ne dure pas car la suite est bien différente pour mon plus grand plaisir. Quelle œuvre que nous sert Bernard Minier! Un condensé d'angoisse, de suspens et j'en passe.. C'est captivant, haletant et très intriguant .
De plus, psychologiquement, cela atteins un paroxysme qui est dur a supporter. Mais c'est génial du coup. On sens monter le stress de Christine au fur et a mesure que les pages se tournent et on attend qu'une chose, arriver a la dernière page pour savoir. Avec licorne, on a fait toute sorte d'hypothèse en se disant nos points de vue pour connaitre la fin. Et j'avoue que comme elle me l'a dit en message c'est "une fin au petit oignon" que l'auteur nous livre. Une fin qui ne m'a pas déçue outre mesure et qui met bien le mot fin a tout ça.
le seul bémol que je pourrais avoir sur ce livre c'est la présence trop peu importante de Servaz que j'ai trouvé un peu relégué au rang de second rôle. Mais cela ne m'a pas empêcher de me régaler avec cette opus. Plus qu'une hâte, c'est de lire "nuit" qui s'il est aussi bien que celui ci me promet un bon moment de lecture.


ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne et je lui met un 5/5

dimanche 13 mai 2018

Shining de Stephen King

RESUME: Situé dans les montagnes Rocheuses, l'Overlook Palace passe pour être l'un des plus beaux lieux du monde. Confort, luxe, volupté... L'hiver, l'hôtel est fermé. Coupé du monde par le froid et la neige. Alors, seul l'habite un gardien. Celui qui a été engagé cet hiver-là s'appelle Jack Torrance : c'est un alcoolique, un écrivain raté, qui tente d'échapper au désespoir. Avec lui vivent sa femme, Wendy, et leur enfant, Danny. Danny qui possède le don de voir, de ressusciter les choses et les êtres que l'on croit disparus. Ce qu'il sent, lui, dans les cent dix chambres vides de l'Overlook Palace, c'est la présence du démon. Cauchemar ou réalité, le corps de cette femme assassinée ? ces bruits de fête qui dérivent dans les couloirs ? cette vie si étrange qui anime l'hôtel ?

MON AVIS: Me voila réconcilié avec Stephen King pour de bon avec cette œuvre magistral! Je ne vais pas vous raconter l'histoire car je pense que presque tout le monde la connait au moins dans les grandes lignes, ne serait ce que grâce au film de Kubrick .

Ce livre est construit comme un roman ou on suit a tour de rôle 3 personnages principaux. Un 4e se rajoute ensuite. Cette histoire est remarquablement bien amené car cela commence tranquille ou un monsieur (jack) va jouer les gardiens avec sa famille dans un hôtel coupé du monde pendant les mois d'hiver. Jusque la rien de bien méchant! Mais au fur et a mesure que l'on avance, le rythme va crescendo et cela devient angoissant au possible. Le lecteur est pris dans les ficelles de l'histoire et est happé aussi par ce petit coté terrifiant qui nous fait sursauter au moindre signe extérieur. Inutile de dire que ce n'est pas le moment que quelqu'un vous mette une main sur l'épaule ou fasse tomber un truc a coté de vous car vous ferez un bond de 4 mètres. ( bon j'exagère un peu)!!

L'auteur a su bien rendre la lente descente en folie de Jack qui est pris par ses démons (au propre comme au figuré), on aurait presque pitié de lui a certains moment et a d'autre, il nous fiche carrément la frousse!!. Bien que je n'ai pas vu le film, j'ai eu des images de jack Nicholson dans le rôle pendant presque toute ma lecture. Bon je n'ai vu que la bande annonce, mais les affiches du regard de fou de l'acteur on hanté les mémoires de beaucoup. Une autre image m' a passer dans l'esprit, c'est celle du film la chambre 1408 avec Samuel L Jackson et John Cusack (si vous l'avez pas vu, dépêchez vous, il est génial) qui parle d'une chambre hanté par un démon. Et devinez, c'est tiré d'une nouvelle de stephen King!
L'histoire est hyper bien construite et l'auteur prend vraiment son temps pour nous mettre la pression tranquille, mine de rien! un peu comme un détonateur ou un bâton de dynamite. Les personnages ne sont pas en reste et outre jack, il y'a son épouse et surtout Dany qui est quand même un des personnages de l'histoire. Je pense que si quelqu'un vivait ce que l'enfant vit dans le livre, il serait candidat au suicide ou pour l'asile dans le meilleur des cas. Bref. Ce livre se décrit comme une lente descente au enfer, sans jeu de mot et c'est terrifiant et angoissant mais diablement efficace. Un huit clos, psychologique tout en nuance qui restera gravé dans ma mémoire pendant un bon moment.

mardi 8 mai 2018

La trilogie du Magicien noir tome 1 : La guilde des magiciens de Trudi Canavan

RESUME: Cette jeune fille est plus puissante que la moyenne de nos élèves, peut-être même plus que nos mages ! Elle est un danger. Il faut la trouver et l'arrêter. Si c'est une renégate, la loi nous oblige à l'amener devant le roi. Sinon, nous sommes tenus de lui enseigner le Contrôle. C'est encore une enfant, probablement une voleuse ! Mais elle pourrait devenir une grande magicienne... Comme chaque année, les magiciens d'Imardin se réunissent pour nettoyer la ville des indésirables. Protégés par un bouclier magique, ils avancent sans crainte au milieu des vagabonds, des orphelins et autres malandrins qui les haïssent. Soudain, une jeune fille ivre de colère leur jette une pierre... qui traverse sans effort le bouclier magique dans un éclair bleu et assomme l'un des mages. Ce que la Guilde des magiciens redoutait depuis si longtemps est arrivé : une magicienne inexpérimentée est en liberté dans les rues ! Il faut la retrouver avant que son pouvoir incontrôlé la détruise elle-même, et toute la ville avec elle. La traque commence...

MON AVIS: Lorsque j'évoque ce livre, le premier mot qui me vient a l'esprit est long. Je rajouterais ennuyeux. Pourtant, le fond de l'histoire est quand même intéressante. D'ailleurs, il y'a certains passages qui le sont.
On suit Sonea, jeune fille qui vit dans les bas fond et qui se découvre avec des pouvoirs. Voila pour la trame! s'ensuit une longue traque de la part des mages qui veulent la retrouver avant que ses pouvoirs ne la consume et qu'elle devienne incontrôlable.
Le sujet aurait pu me plaire, mais hélas la mayonnaise n'a pas pris avec moi. Déjà, comme je l'ai dis plus haut, cette traque est longue et ennuyeuse. Il ne se passe quasi rien. Il y'a juste cette recherche et on tourne autour du pot jusqu'à la moitié du livre. On croit qu'elle va être enfin trouvé et pouf, elle réussit a leur passer entre les doigts.
Je dois reconnaitre que la 2e partie est un poil plus intéressante, mais pas génial non plus. Sonea doit apprendre a maitriser ses pouvoir avec l'aide des mages, cette partie était pas mal, mais je dois avoué que la fin, je l'ai lu un peu en diagonale.
Les personnages sont quand même assez bien travaillé: Notre héroïne est pour une fois pas une petite écervelée qui arrive a tout, tout de suite et les personnages qui gravitent autour d'elle ont quelque chose de sympathique, tel que Rothen et Dannyl. La seconde partie est plus remuante si je puis dire et il se passe quelque chose. Mais j'avoue que je n'ai pas plus apprécier que ça. En même temps, je l'ai mis plusieurs fois en pause. Une première fois car je ne rentrais pas dans l'histoire et une seconde pour lire les lames du cardinal. Est ce pour cela que je n'ai pas réussis a rentrer dedans par la suite. Je ne sais pas. Je vous laisse juge et de découvrir ce livre et me dire ce que vous en penserez. J'ai le tome 2 et 3 dans ma pal mais je ne sais pas encore si je le lirais ou pas. on verra bien

 ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne. Je lui met un 2,5/5

Les lames du Cardinal, tome 1 de Pierre Pevel

RESUME: Paris, an de grâce 1633. Louis XIII règne sur la France et Richelieu la gouverne. Le Cardinal, l'une des personnalités les plus puissantes et les plus menacées de son temps, doit sans cesse regarder des ennemis de la Couronne. L'espionnage, l'assassinat, la guerre, tout est bon tour parvenir à leurs fins... et même la sorcellerie, qui est l'œuvre des plus fourbes adversaires du royaume: les dragons! Ces redoutables créatures surgies de la nuit des temps ont en effet survécu et se dissimulent parmi les humains, ourdissant de sombres complots pour la reconquête du pouvoir. Déjà la cour d'Espagne est tombée entre leurs griffes... Alors, en cette nuit de printemps, Richelieu décide de jouer sa carte maîtresse. Il reçoit en secret un bretteur exceptionnel, un officier dévoué que la trahison et le déshonneur n'ont pourtant pas épargné : le capitaine La Fargue. Car l'heure est venue de reformer l'élite secrète qu'il commandait jadis, une compagnie d'aventuriers et de combattants hors du commun, rivalisant d'élégance, de courage et d'astuce, ne redoutant nul danger: les Lames du Cardinal!


MON AVIS: Ah la plume de Pevel! A chaque fois que je commence un de ses livres, je suis plongé au cœur d'une aventure extraordinaire. Que ce soit le Paris des merveilles ou le haut Royaume. Deux séries que j'ai vraiment adoré!
On entre donc dans le Paris de 1630, celui de Richelieu et de Louis XIII. Cela commence plutôt lentement, car il y'a la présentation des personnages et croyez moi, il y'en a un paquet! Difficile au début de s'y retrouver. Mais il faut s'accroché car la suite en vaut vraiment la peine . On a entre autre, Marciac que j'ai immédiatement apprécié de même que Leprat et St Lucq pour ne citer qu'eux. Je ne veux pas trop en dévoiler sur eux préférant laisser la surprise.
L'action va doucement d'abord et monte d'un cran au fur et a mesure que les chapitres avancent. Le coté fantasy est au début assez léger et d'ailleurs, je me demandais comment l'auteur allait réussir a nous mettre ce genre dans un livre de cape et d'épée, mais il s'avère qu'il s'en sort avec brio et que tout est parfaitement orchestré pour avoir juste ce qu'il faut et que l'on sache que nous ne sommes pas dans un roman de cape et d'épée a la Dumas mais bien a un très bon livre de Pierre Pevel.
Il ne faut pas penser en lisant le résumé que l'auteur aurait copié un roman de Dumas en le mettant a la sauce fantasy. Si certains personnages de Dumas apparaissent effectivement dans ce livre, je le vois plutôt comme a un clin d'œil a l'auteur des 3 mousquetaires tel que la présence d'Athos et de Tréville et bien entendu  de Richelieu et de Rochefort.
Non l'auteur écrit bien un roman qui lui est propre même s'il a pris la même trame d'histoire, tout est différent. Le style d'écriture est fluide, les chapitres sont court ce qui permet d'avancer rapidement dans l'histoire et de plus, tout est extrêmement bien documenté. L'auteur nous décrit les rues de Paris, leur nom, un peu l'histoire. J'ai appris par exemple que l''hôpital St Louis qui est a coté de chez moi a été crée par Henri IV pour désengorger l'hôtel dieu qui se trouve sur l'ile de la cité lors de l'épidémie de peste. Rien que ça!
 L'action est certes bien présente mais sans être en continue non plus, ce qui nous permet de bien apprécié l'histoire en elle même mais aussi les personnages qui je suis sur vous raviront aussi. Et cerise sur le gâteau,  on a même droit au vocabulaire des combats d'épée: estoc, parade entre autre.  Condensée de nostalgie. Ah Mr Dumas, vous avez fait des émules, mais pas de copycat , ouf!
Je dois avoué que ce livre fut un énorme coup de cœur et cela fera le 3e avec cet auteur qui va finir par devenir un auteur chouchou pour moi. J'ai les tomes deux et trois pour enchainé rapidement et satisfaire ma curiosité sur ses personnages qui comme l'histoire m'a enchanté du début a la fin. Mr Pevel, décidément, vous êtes sacrément doué.

ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne et en LC avec maman tortue. Je lui met un 5/5