vendredi 14 décembre 2018

Criminelle, le mal au féminin de Pierre Bellemare

RESUME: Découvrez les histoires funestes de ces femmes qui ont égalé, et parfois même surpasser, les hommes dans l'horreur.


MON AVIS: Je ne suis pas adepte de nouvelles d'habitude. Mais ce livre n'est pas un recueil de nouvelles a proprement parler! Il raconte les histoires de tueuses en série qui ont sévit pendant des siècles. Je connaissais certaines de ses femmes tel que Aileen wuornos, la marquise de Brinvilliers ou bien Jeanne Weber. D'autre, par contre m'étais complètement inconnu.
Je dois avoué qu'en matière d'horreur, ses femmes n'ont rien a envier a leur homologues masculins tellement leur perversité peut être au dessus de tout.
On a de tout si je puis dire dans ce livre: tueuses d'enfants, des veuves noir, des sadiques, bref de quoi vous glacer le sang a chaque page et vous faire frissonner.
Pourquoi est je lu ce livre me direz vous? tout simplement parce que la psychologie de ses personnes est assez intéressante a savoir. Tout comme les livres de Stéphane Bourgoin! Par contre, rien qu'en lisant les histoires de ses personnes, il y'a de quoi avoir la nausée par moment. Si vous êtes une âme sensible, abstenez vous, car certains passages peuvent être dur.
J'ai apprécié de retrouver la plume de l'auteur pour qui j'ai un profond respect et dont j'aime beaucoup les écrits, en ayant lu pas mal! C'est avec regret que j'avais appris son décès et cela m'a fait quelque chose, lorsque j'ai ouvert se livres.
 Dans ce recueil, on en apprend plus sur ses femmes, leur motivation, le pourquoi de leur crimes et on se dit que le monde regorge de personnes dérangés. Mais pour ma part, je ne pense pas que ce ne soit que ça! Ce livre nous plonge dans l'horreur de ses personnes qui ont décidé par sadisme, plaisir, appât du gain ou autre, de faire le mal de la pire manière qui soit. A lire si vous avez le cœur bien accrocher!

samedi 1 décembre 2018

L'enfant allemand de Camilla Lackberg

RESUME: La jeune Erica Falck a déjà une longue expérience du crime. Quant à Patrik Hedström, l'inspecteur qu'elle vient d'épouser, il a échappé de peu à la mort, et tous deux savent que le mal peut surgir n'importe où, qu'il se tapit peut-être en chacun de nous, et que la duplicité humaine, loin de représenter l'exception, constitue sans doute la règle. Tandis qu'elle entreprend des recherches sur cette mère qu'elle regrette de ne pas avoir mieux connue et dont elle n'a jamais vraiment compris la froideur, Erica découvre, en fouillant son grenier, les carnets d'un journal intime et, enveloppée dans une petite brassière maculée de sang, une ancienne médaille ornée d'une croix gammée. Pourquoi sa mère, qui avait laissé si peu de choses, avait-elle conservé un tel objet ? Voulant en savoir plus, elle entre en contact avec un vieux professeur d'histoire à la retraite. L'homme a un comportement bizarre et se montre élusif. Deux jours plus tard, il est sauvagement assassiné... Dans ce cinquième volet des aventures d'Erica Falck, Camilla Läckberg mêle avec une virtuosité plus grande que jamais l'histoire de son héroïne et celle d'une jeune Suédoise prise dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. Tandis qu'Erica fouille le passé de sa famille, le lecteur plonge avec délice dans un nouveau bain de noirceur nordique.


MON AVIS: C'est toujours un plaisir de retrouver l'auteure avec ses personnages récurent Erica et Patrik. On les avait laisser dans le précédent avec une énigme qui est d'avoir trouver une brassière de bébé taché de sang ainsi qu'une médaille nazi.
Dans celui ci, donc Erica recherche des indices pour essayer de connaitre mieux cette mère décédé prématurément. On plonge tout de suite dans l'ambiance dés les premières pages.
J'ai beaucoup apprécié ce tome même s'il plonge dans les années de la seconde guerre mondiale avec les habituels retour en arrière qui sont un peu la marque de fabrique de l'auteure. J'avoue que personnellement, tout ce qui touche a la guerre ne me passionnent pas plus que ça. Mais l'auteure a su mettre les mots pour que son récit passe sans problème.
Le suspens est mené avec brio et si on se doute un peu passer certaines page de ce qui a pu se produire pour certains fait, la fin laisse sans voix.
L'histoire tient bien en haleine et tout est savamment mené de l'intrigue policière a l'histoire personnelle.
Les personnages évoluent aussi et j'ai adoré voir le personnage de Mellberg être moins égoïste et suffisant, se regardant moins le nombril. ça a rendu ses interventions un peu cocasse et non dépourvu d'humour qui m'ont bien fait sourire. Un nouveau personnage fait aussi son apparition et cela laisse planer un vent de renouveau dans l'équipe de Patrik and Co.
Le style est toujours très accrocheur et captivant et on avale les pages a vitesse grand V.
La fin m'a par contre émue au larme, je vous laisse deviner pourquoi!
En bref, encore un tome qui se lit vite et bien, qui passionne et que l'on a du mal a laisser de coté une fois commencé. Une histoire un peu familial que j'ai plaisir a retrouver au fil des tomes. Plus qu'a se procurer la suite.

ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne

dimanche 25 novembre 2018

waylander de David Gemmel

RESUME: Le Roi de Drenaï a été assassiné. Une armée d’envahisseurs déferle sur le pays, avec pour mot d’ordre de tuer hommes, femmes et enfants. Mais tout espoir n’est pas perdu. Il repose sur les épaules de celui que la nation surnomme Waylander. Seul, il va s’aventurer en territoire nadir pour retrouver la célèbre Armure de Bronze, symbole de liberté.
Mais peut-on faire confiance à ce Waylander ?...
Après tout, c’est lui qui a assassiné le roi.

MON AVIS: Voila un livre qui m'a laissé sans voix. J'avoue qu'avec tout le bien que l'on m'a dit sur la saga Drenaï, j'avais un peu peur de passer a coté de ce roman. De plus, dés le début, il y'a beaucoup de bataille et de guerre qui est quasi omniprésente dans tout le livre. Moi et la guerre, cela fait deux et en règle générale, je fuis ce genre. Mais la, les pages ont tourné a une vitesse folle. Je suis ravie d'avoir lu ce livre car je l'ai trouvé géniale de bout en bout.
Depuis le temps qu'on me disait de le lire sur LA, je regrette juste de ne pas l'avoir fait plutôt mais merci de vos bon conseils amis lecteurs.
On fait connaissance avec Waylander, tueur hors du commun qui arrive a supprimer sa victime, avant que celle ci n'est eu le temps de bouger un cil. Il est fort, rapide, efficace et impitoyable. ça c'est le coté pile, car si on gratte un peu la surface, on apprend que notre héros est un être torturé et qui a un coté vraiment très attachant. La vie l'a rendu comme ça.
Si les batailles sont omniprésente comme je l'ai dis plus haut, les personnages ne sont pas en reste et on a aucun mal a les imaginer tant l'auteur les décrit superbement bien.
De plus, chacun ayant sa facette, on peut sans contexte détester un personnage et vouloir lui enfoncer une épée au travers du corps et a la fin être touché par ce qui lui arrive. ça c'est grand de la part de l'auteur. L'univers est magnifiquement décrite et nous sommes bien dans de la fantasy pur et dur, aucun doute la dessus.
Drenaï est une saga en 11 tomes que l'on peut lire en ordre chronologique des personnages ou par ordre de parution. Personnellement je préfère lire par ordre chronologique.
L'histoire peut paraitre trop simple et rapide mais elle n'en demeure pas moins efficace et ça pour moi c'est le plus important même si certains fait peuvent faire grincer des dents si on est tatillon . Je vais rapidement enchainer avec le tome deux, historie de retrouver je l'espère la magie et la plume de Gemmel
ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne

C'est Dimanche, on visite..

Et voila revenu la fin du mois et un nouveau rendez vous de ma chronique de c'est dimanche, on visite..
Comme vous le savez, ce rendez vous, vous invite a visité un trésor de notre patrimoine aussi bien architectural que historique


Je vous emmène voir le quartier Latin a Paris qui est l'un des quartier les plus connu. Suivez moi, c'est parti..

Le Quartier latin se situe sur la rive gauche de la Seine à Paris dans le 5e arrondissement et dans le nord et l'est du 6e arrondissement, avec pour cœur historique la Sorbonne.
Il tire historiquement son nom de l'usage intensif du latin dans les cours donnés par les écoles et universités médiévales installées dans le quartier.
 Un peu d'histoire.. Le Quartier latin a pour cœur le quartier de la Sorbonne et la montagne Sainte-Geneviève à l'emplacement de la ville gallo-romaine de Lutèce qui s'étendait autour du forum situé sous l'actuelle rue Soufflot. Il est traversé par les « cardos de Paris », axes nord-sud d'origine gallo-romaine correspondant aux actuels rue Saint-Jacques et boulevard Saint-Michel. Les axes perpendiculaires est-ouest, les decumanus correspondent notamment au boulevard Saint-Germain et à la rue des Écoles
Pour commencer cette visite, on démarre par l'ile de la cité ou se situe Notre dame de Paris, l'ancien palais de la cité devenu palais de justice, ainsi que l'ile au oiseaux, bien connu des parisiens ou un marché aux oiseaux ( on y vend aussi des hamsters, cochon d'inde, lapin, poissons et des fleurs. ) sur l'ile de la cité, vous trouverez la ligne 4 cité

 L’Île de la Cité est l’un des endroits les plus historiques de Paris. Outre ses nombreux ponts, on peut y admirer la Cathédrale Notre-Dame-de-Paris. Datant du XIIème siècle, elle séduit aujourd’hui près de 30 000 visiteurs par jour, ce qui fait d’elle le monument le plus visité de France devant la Tour Eiffel. Ce qui fait d’elle un élément important en France est aussi lié à son emplacement. En effet, si vous vous placez à environ 25 mètres de sa façade, vous découvrirez sous vos pieds le kilomètre « O » qui symbolise le point de départ de toutes les routes de France
Sachez qu'a coté de la cathédrale, se trouve le mythique hôpital de l'hôtel dieu. Si vous passez par le square, vous tomberez sur une librairie anglophone rue de la bucherie  la célèbre Librairie anglophone Shakespeare & Co

sur cette photo, les bouquinistes qui longent les quais autour de notre dame

photo ci dessous: la Ste chapelle et le palais de justice.
la librairie Shakespeare and company;

continuons notre chemin et en prenant le pont st Michel  sur la rue de la huchette vous allez tomber sur la place st Michel avec sa célèbre fontaine.
 
Cette place est un lieu de rendez-vous hautement touristique et souvent fréquenté, central au coeur de Paris, sa fontaine est classée monument historique depuis 1926. Elle représente la lutte du Bien contre le Mal, l’archange Michel terrassant le Diable dans un arc de triomphe entouré de chimères ailées.

continuons : ici c'est le quartier ST Michel, bien connu dans Paris aussi. Surtout vous avez la mythique librairie Gibert jeune (photo ci dessus) sur la place st michel

Derrière cette librairie, toujours sur la rue de la huchette, vous trouverez les restaurants, boutique souvenir pub etc. Mais aussi l'atmosphère du vieux paris. Cette rue a garder son charme d'antan.

revenons sur la place st michel et contournons la fontaine. Nous débarquons sur le boulevard St michel avec toute ses boutiques et qui si nous la longeons, vous verrez deux autre librairies mythique Gibert Joseph et boulinier. Celle ci est bien connu pour trouvez des livres d'occasion ou revendre les siens


 continuons dans la même rue et sur votre gauche vous allez apercevoir le musée Cluny qui est un musée du moyen âge. Pour l'avoir visiter, je peux vous dire qu'il vaut le coup d'œil. Initialement Hôtel de Cluny, le musée fut aménagé en 1843. Cet hôtel particulier, édifié à la fin du XVème siècle, fait l’objet d’une inscription aux Monuments Historiques depuis 1846.
Le Musée National du Moyen-Âge – Thermes et Hôtel de Cluny, ou simplement Musée de Cluny, est spécialisé dans l’histoire antique, médiévale et renaissante de la France. Il détient de nombreux objets et d’oeuvres d’art de cette époque.
Englobé dans ces murs se cachent les Thermes de Cluny, des thermes Gallo-Romains datant du IIème siècle.
Après une visite, tournez à gauche sur le Boulevard Saint-Michel, puis à droite sur la rue de Vaugirard, vous arriverez alors au Jardin du Luxembourg et au Sénat
 Ce jardin fut créé en 1612 à la demande de Marie de Médicis. Il se compose de jardins, fontaines et statues que vous pourrez admirer tout en vous promenant à travers le parc. photo ci dessous le plais du Luxembourg avec une vue de ses jardins
 
A 5 minutes à pied de là, au n°1 de la rue Victor Cousin, vous pourrez découvrir la Sorbonne,
A l’origine Collège pour les étudiants en Théologie, la Sorbonne est aujourd’hui rattachée à l’Université de Paris (fondée en 1200 sous le Roi Philippe-Auguste).
A savoir : Richelieu en a notamment été le Proviseur, et elle fut le centre des fameuses révoltes de Mai 68.
photo ci dessus, la plus connu des université de paris: la Sorbonne. Elle fut fondé au 13e siècle . Vous êtes ici vraiment dans le quartier latin a proprement parler chef lieu de la vie estudiantine . C'est ici que vous trouverez toute les plus grandes écoles tel que le collège de France, le mythique lycée Henri IV
un mot sur la Sorbonne qui a été créée en 1253 par Robert de Sorbon, le confesseur du Roi de France Saint Louis. C'est alors un Collège pour les étudiants en Théologie. Il est intègré à l'Université de Paris qui avait été fondée dès 1200 par le Roi de France Philippe-Auguste. La Sorbonne participe activement aux épisodes de l'Histoire de France. Elle condamne les Templiers à la demande de Philippe IV le Bel et pendant la Guerre de Cent Ans elle est du parti Bourguignon et reconnait Henri V d'Angleterre comme Roi de France. Au moment des Guerres de Religion elle est du coté de la Ligue et combat les Protestants. Richelieu devient Proviseur de la Sorbonne et la fait reconstruire de 1624 à 1642. En 1792 l'Université de Paris et la Sorbonne sont supprimés mais Napoléon I les rétablit en 1806.
La Sorbonne est reconstuite et agrandie entre 1885 et 1900 afin de répondre au développement de l'enseignement supérieur.
 Plus loin, voici le collège de France dont voici deux photos . Le Collège de France a été créé par le Roi François I, à la demande de Guillaume Budé, en 1530. Il s'appelle d'abord le Collège des Lecteurs Royaux puis pendant les XVII et XVIIIème siècles, Collège Royal. C'est lors de la Révolution Française qu'il prend le nom de Collège de France. Guillaume Budé et ses confrères y ont développé un enseignement humaniste, les cours sont publics et gratuits. Cet enseignement est éloigné du dogmatisme et de l'intolérance de celui diffusé par l'Université dans la Sorbonne voisine

 
.
Allons vers le lycée Henri IV avec sa tour ci dessus

 
 

 
Le lycée Henri-IV est un établissement d'enseignement secondaire et supérieur public, situé au 23, rue Clovis dans le 5e arrondissement de Paris, dans le Quartier latin. Il accueille plus de 2 600 élèves, du collège aux classes préparatoires. Il est également classé monument historique pour certains de ses bâtiments hérités de l'ancienne abbaye Sainte-Geneviève, qui datent du XIIe au XVIIIe siècle : cloître, tour Clovis (ancien clocher), chapelle (ancien réfectoire), cabinet des Médailles (ancien cabinet de curiosités). Des travaux de rénovation effectués vers 1996 ont mis au jour des vestiges de l'époque carolingienne.
 
 
 
 
 
 
 
continuons notre chemin. Reprenez la rue Victor Cousin, et tournez à gauche sur la rue Cujas, puis prenez à droite sur la Place du Panthéon. En 5 minutes, vous y êtes. Là devant vous, l’un des plus beaux monuments du monde et un joyau de l’histoire de notre pays.
 Le Panthéon dans l'axe de la rue Soufflot et de la Place Edmond Rostand. ci dessus
ci dessous Paris : le Panthéon vu du Sud-Ouest
En 1755, le Roi de France Louis XV échappe à une maladie grave, pour exaucer un vœu il fait reconstruire l'Eglise de l'Abbaye Sainte Geneviève qui est alors en très mauvais état. Le Marquis de Marigny est chargé de l'opération et il choisit l'Architecte Jacques-Germain Soufflot pour conduire les travaux qui débutent en 1764 et s'achèvent en 1790. Le bâtiment est imposant, il mesure 110 mètres de long sur 80 m de largeur et de hauteur et la crypte est particulièrement vaste.
En 1791, le Gouvernement Révolutionnaire décide de transformer l'église en Panthéon pour rendre hommage aux hommes illustres de la Nation, ce bâtiment devient leur dernière demeure. Temporairement, il redevient une église de 1806 à 1831 puis de 1852 à 1885.

La phrase Aux Grands Hommes La Patrie Reconnaissante est inscrite sur le frontispice du monument qui a été sculpté par David d'Angers.
Il abrite, parmi bien d'autres, les cendres de Mirabeau, Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Victor Hugo, Emile Zola, Pierre et Marie Curie, Malraux, jean moulin... Leurs tombes sont installées dans la crypte de l'édifice.

Son architecture est inspirée de celle du Panthéon de Rome, la façade comporte un ensemble de 22 colonnes Corinthiennes. Le Dôme s'élève à 83 mètres (au sommet de la lanterne), il est composé de trois coupoles et s'inspire du Dôme des Invalides. La base du dôme est entourée d'une colonnade qui, en plus son aspect décoratif, permet de supporter son poids.

En vous parlant du lycée Henri IV, je ne vous ai pas parler de l'église st Etienne du mont
L'église Saint Etienne du Mont se situe sur la Place Sainte Geneviève, c'est l'église où cette sainte, qui est la patronne de Paris, est vénérée.
Jusqu'en 1210, les serviteurs de l'Abbaye Sainte Geneviève et les habitants du petit bourg attenant assistent aux offices dans la crypte de l'église Abbatiale. Leur nombre croissant finit par nécessiter la construction d'une nouvelle église qui est dédiée à saint Etienne. A la fin du XVème siècle, l'édifice est devenu trop petit, elle est reconstruite. Les travaux vont durer plus d'un siècle, de 1492 à 1626, date à laquelle l'église est consacrée. Elle a beaucoup souffert lors de la Révolution Française, elle a été restaurée sous le Second Empire par Baltard, les statues et sculptures de la façade datent de 1862.

Au plan architectural la façade comporte trois frontons superposés (cf photo ci dessous). Le chœur est de style Gothique flamboyant avec des baies en arc brisé. L'intérieur est de style Gothique, il est éclairé par de grandes baies lumineuses. L'élément le plus original est le Jubé qui a été achevé en 1545, c'est une galerie transversale au bâtiment, il est destiné à la lecture des écritures aux fidèles.
Les restes de Sainte Geneviève étaient déposés dans une chasse dans la crypte, ils ont été brûlés en Place de Grève en 1793.
 
En 510 le Roi Franc Clovis, le fondateur de la dynastie Mérovingienne, fait construire au sommet de la Montagne Sainte Geneviève une Basilique des Saints Apôtres, dédiée aux saints Pierre et Paul. Il y est inhumé en 511.
En janvier 512, c'est au tour de Sainte Geneviève (qui a sauvé Paris assiégé par le Hun Attila) de décéder à l'âge de 89 ans. Elle est inhumée dans la crypte de la Basilique. Cette église prend son nom et des religieux viennent s'établir autour d'elle. Ils fondent l'Abbaye Sainte Geneviève qui disparait en 857, à la suite des invasions Normandes. Mais elle est reconstituée en 1148 et tenue par les Génovéfains, qui suivent la règle de Saint Augustin, ils dépendent directement du Pape. En 1619 le Cardinal de La Rochefoucauld fait de l'Abbaye Sainte Geneviève la maison mère des Génovéfains, elle est restaurée dans la deuxième partie du XVIIème siècle avec, en particulier la réalisation de l'Escalier des Prophètes et celui de la Vierge à l'Enfant.
L'Abbaye Sainte Geneviève a été fermée à la Révolution Française et déclarée Bien National. Une bonne partie de ses bâtiments conventuels est attribuée à un établissement d'enseignement, l'Ecole Centrale du Panthéon créée en 1796. Il devient ensuite Lycée Napoléon de 1804 à 1815, Collège Henri IV avec la Restauration, puis à nouveau Lycée Napoléon sous le Second Empire, Collège Corneille de 1870 à 1872 et à partie de là jusqu'à nos jours, Lycée Henri IV.
Le clocher de l'église date de 1180 avec des remaniements au XVème siècle, il est à l'intérieur du Lycée, on le voit à droite sur la photo ci-dessus.
photo ci dessous, image d'archive de l'abbaye Ste Geneviève

 voici maintenant la bibliothèque Ste Geneviève
La Bibliothèque Sainte Geneviève a été construite entre 1844 et 1850 par Labrouste qui y a réalisée une belle architecture métallique. La bibliothèque elle-même a été constituée à partir du fonds d'ouvrages de celle de l'ancienne Abbaye Sainte Geneviève. Ceci représentait 80000 volumes et 2000 manuscrits accumulés pendant des siècles. A l'heure actuelle elle compte prés de 3 millions de volumes. Elle est devenue la principale bibliothèque des étudiants du quartier.

Collège de Montaigu
La Bibliothèque Sainte Geneviève a été installée sur l'emplacement de l'ancien Collège de Montaigu qui avait été fondé en 1314, à la fin du règne de Philippe IV le Bel. Le régime scolaire établi à partir de 1502 par Jean Standouth était terrible. Eté comme hiver, les élèves dormaient à même le sol, ils se levaient à 4 heures du matin aprés avoir été réveillé pour les offices de la nuit, ils passaient leur journée à accomplir des exercices intellectuels de toute sorte et se couchaient à 9 heures du soir. Leur alimentation était faite juste pour qu'ils ne meurent pas de faim et les punitions étaient trés rigoureuses. Pour autant le Collège avait de trés bons résultats scolaires. Il a été supprimé lors de la Révolution Française.

Partons pour le versant sud de la montagne Ste Geneviève et allons vers la rue Mouffetard


La Place de la Contrescarpe et la rue Mouffetard se situent sur le versant sud de la Montagne Sainte Genevieve. EIles ont conservé un aspect traditionnel et typique de Paris.
La Place de la Contrescarpe est l'endroit ideal pour flaner, prendre une consommation dans les Cafés.... Des écrivains connus, comme Hemingway, ont résidé à cet endroit.
La site tire son nom du remblai des murs de l'enceinte de Philippe-Auguste, il était juste à la limite extérieure de cette enceinte. La place a été créée en 1852 sur l'emplacement d'un carrefour trés fréquenté. On y trouvait le Cabaret de la Pomme de Pin qui a accueilli Rabelais, mais aussi les poëtes de la Pléïade: Ronsard, du Bellay, ... La rue Mouffetard est une des plus anciennes rues de Paris, elle suit le tracé d'un chemin Gaulois et dès l'époque Gallo-Romaine elle est le point de départ de la route vers Lyon et Rome. Son aspect n'a guère changé depuis le Moyen-Age.

En la descendant, une fois passée la Place de la Contrescarpe, on peut observer de nombreuses maisons typiques qui rappellent l'origine ancienne de cette voie. Les rues qui la croisent ont conservé leur noms originaux: rue de l'Arbalète, du Pot de fer, .... La Fontaine de la rue du Pot de Fer a été installée à l'initiative de la Reine Marie de Médicis quand elle s'est installée au Palais du Luxembourg au début du XVIIème siècle, elle aété remaniée sur des dessins de Le Vau en 1674.

L'aspect le plus remarquable de la rue Mouffetard est le marché et l'étalage des commerces (fruits, légumes,...) vers le bas de la rue, comme le montre la photo ci-dessus.

Je vais finir cette ballade dans le quartier latin et aux abord en vous montrant les arènes de Lutèce dont grâce a la bêtise humaine, il ne reste hélas plus grand chose

 Les Arènes ont été redécouvertes en 1869 lors de la construction de la Rue Monge, les fouilles les mettant à jour datent de 1883 et leur restauration a été finalisée en 1915.
Elles ont été édifiées entre le Ier siècle et la fin du IIème siècle après JC et pouvaient contenir plus de 10000 personnes sur 35 rangs de sièges. Elles sont composées d'un amphithéatre en pierre de forme circulaire, avec des gradins, il a environ 100 mètres de diamètre. A l'intérieur de cet amphithéatre se trouvent les arènes elles-meme. Elles servaient aux Jeux du cirque mais aussi aux représentations Théatrales. Dés le IVème siècle la fonction des Arènes change, elles deviennent une nécropole.
Les Arènes de Lutèce ont été sérieusement endommagées au moment des Invasions Barbares, car les pierres ont été utilisées dans les remparts de l'Ile de la Cité. Les ruines qui subsistaient au XIIème siècle ont servi à la construction de l'enceinte de Philippe Auguste dans cette partie de Paris. Ce sont les seuls restes Parisiens de la période Gallo-Romaine.

 C'est avec cette photo que s'achève notre périple a travers ce quartier mythique. J'espère qu'un jour vous y viendrez flâner. Je vous dis au mois prochain pour un nouveau rendez vous de c'est dimanche, on visite.

jeudi 15 novembre 2018

Avec tes yeux de Sire Cédric

RESUME: Thomas ne croit que ce qu'il voit, mais personne ne le croit. Depuis quelque temps, Thomas fait des rêves atroces. D'épouvantables rêves qui le réveillent en sursaut et morcellent son sommeil qu'il a déjà fragile. Si ce n'était que ça ! Après une séance d'hypnose destinée à régler ses problèmes d'insomnie, il est en proie à des visions. Il se voit, à travers les yeux d'un autre, torturant une jeune femme... Persuadé qu'un meurtre est effectivement en train de se produire, il part à la recherche de la victime. Le cauchemar de Thomas ne fait que commencer.

MON AVIS: Je pense que ce livre va longtemps me hanter. Me hanter par son histoire incroyable qui m'a plu dés le début et dont je n'ai pu lâcher le livre avant la fin. Me hanter car, il faut bien le dire, certaine scènes sont sans équivoque. Dés le début le ton est donné et vu le détail des crimes, je n'ai eu aucun mal a me les imaginer.
Ce livre devient vite addictif et lorsqu'on le commence, il nous faut absolument le finir. Voila ou se trouve le génie de Sire Cédric. Il nous prend dans sa toile et nous lâche qu'a la toute dernière page. On suit donc Thomas qui pour soigner ses insomnies, va tenter une séance d'hypnose qui va le plonger dans une horreur sans nom.
J'ai adoré ce livre qui nous plonge donc dans la vie de Thomas, personne lambda qui cherche le pourquoi de ses visions et qui va essayer d'arrêter ce tueur psychopathe.
L'auteur nous avait habituer a un coté plus fantastique, dans ses livres. Ici rien de tout ça. Les personnages sont plus terre a terre et on pourrait plus s'identifier a eux! Quoi que.. Imaginez vous avec ce genre de vision vous?

Le livre démarre sur les chapeaux de roue et rien ne s'arrête plus pratiquement jusque a la fin. Tel un chef d'orchestre, l'auteur bat la mesure tout au long du livre, nous imposant le rythme qui peut être tantôt rapide, tantôt plus lent pour nous permettre de réfléchir en même temps que les personnages et d'essayer de comprendre.

Au fur et a mesure que l'histoire avance, cela devient plus angoissant, plus perturbant aussi. Tout a long du livre, les questions se posent et les réponses a la fin laissent pantois. C'est magistral, prenant, diabolique et passionnant. Que demandez de plus pour ce thriller, pour qui l'auteur a mit la barre très haut.
 ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne.
 

samedi 10 novembre 2018

Nous revions juste de Liberté de Henri Loevenbruck

RESUME: Hugo, dit Bohem, et ses amis Freddy, le Chinois et le Fouine, rencontrés dans un lycée de Providence, prennent la route à moto. Au fil des années, leurs idéaux de fraternité et de liberté perdent de leur force.


MON AVIS: J'ai lu en critique sur ce livre qu'il ne faut pas s'arrêter a la formule sexe, drogue, moto, rock pour décrire ce livre et c'est exactement ça. Ce livre est bien autre chose que cette caricature. On y parle d'amitié, de trahison, de confiance, de liberté.
Le style d'écriture peut surprendre, car l'auteur fait parler son héros, Hugo et Hugo parle comme un jeune. Avec des termes parfois cru, parfois dur, parfois attendrissant avec des mots vrai.
Ce livre est un vrai road-movie avec une bande pote qui rêve d'autre horizon que leur petite ville. Ils se battent pour leur liberté mais cela ne va pas sans conséquence pour nos personnages.
Globalement, j'ai beaucoup aimer ce livre, car il montre une vérité qui prend aux tripes. Mais j'avoue qu'a certains moment, j'avais envie de décrocher complet sur certains passage. Je me suis accrocher et j'ai bien fait car la suite est tout simplement grandiose. Et la fin m'a littéralement laisser pantoise et m'a arracher des larmes. C'est beau c'est dur aussi par moment, car plus on avance dans le livre, plus on sent que bohem et ses potes ne sont plus sur la même longueur d'onde et on se demande comment cela va finir.
Comme je l'ai dis plus haut, ce livre a des moments vraiment dur et on s'inquiète pour les personnages qui pour certains ont quelque chose d'attachant. J'avoue que pour d'autre, je n'ai pas eu cette empathie.
Mais ce livre a quelque chose qui fait que l'on ai obliger de continuer même si certaine longueur peuvent donner envie de le lâcher. Ce livre est une ode a l'amitié mais aussi a sa face caché. Une histoire qui émeut et qui fait que l'on ne reste pas insensible, lorsque la dernière page est tourné.

lundi 5 novembre 2018

Les lames du cardinal, tome 3: Le dragon des Arcanes de Pierre Pevel

RESUME: Paris brûle-t-il ? On pourrait le croire, si l'avenir funeste dont Soeur Béatrice a eu un aperçu prophétique se réalise.
Déjà un dragon a survolé Paris et est passé à l'attaque. Face à lui, un homme a péri dans un dernier acte de bravoure et de sacrifice : Almadès, le maître d'armes espagnol des Lames du Cardinal. La bande de Lafargue est en deuil et la colère appelle la vengeance.
L'action reprend très vite ses droits. Agnès et Ballardieu veulent en savoir plus sur la vision de Béatrice et la menace qui pèse sur la capitale.
Direction : le Mont Saint-Michel, repaire des Châtelaines, où Béatrice est cloîtrée...

MON AVIS: que je suis triste!! Triste de quitter encore une fois, une excellente saga qui m'a entrainer dans un monde fantastique pendant trois tomes.
Comme toujours, j'ai été emporté par la plume de Pevel qui a si bien rendu le coté historique de l'histoire que je me suis laisser a penser "et si ça c'était passer comme ça?"
Eh oui, j'ai l'imagination très fertile. Sinon, on retrouve tous les personnages des tomes précédent sauf Almadès qui c'est sacrifié a la fin du tome précédent (je ne spolie  pas, c'est écrit dans le résumé) ah Leprat, Maciac, St Lucq, et Laincourt, mes chouchous!! Qu'est ce que j'ai pu trembler pour eux, a chaque fois que l'un deux avait une difficulté ou mettait sa vie en péril! J'en serrais les dents en retenant mon souffle.
Je serais bien en peine de vous dire lequel est mon favori, tellement chacun a sa façon a quelque chose qui fait que je l'apprécie.
De plus, dans ce tome, nous croisons la route de D'Artagnan et Athos qui m'ont encore charmer par leur droiture .
Ce tome clôture a merveille cette saga qui est haut en couleur avec une fin.. j'en suis toute retourné!! Ce final est un véritable feu d'artifice ou le coté fantasy est vraiment omniprésent. Les dragons sont plus a l'honneur et domine la situation. Pourtant le coté cape et d'épée n'est absolument pas en reste et les duels se poursuivent.
Je ne vous cache pas que j'ai versé quelques larmes a la fin, car ce tome est aussi chargé en émotion.
Nous avons aussi de nombreuse réponse a nos questions et les rebondissements qui jalonne l'histoire font que nous restons scotché aux pages. Le final en apothéose n'est pas en reste et je n'ai qu'un bémol, c'est d'avoir le mot fin écrit au bas de la page. Je vous laisse découvrir cette saga riche en couleur, en rebondissement mais aussi en émotion. Je vais de ce pas me procurer le spin off, histoire de voir ou ça nous mène

ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne

dimanche 28 octobre 2018

Metronome 2 de Lorant Deutsch

RESUME: Tout a commencé rue Saint-Jacques. Puis, à chaque siècle, une nouvelle voie fondatrice a matérialisé le développement de la ville, s'éparpillant bientôt en un maillage de rues, carrefours et ruelles où le temps nous échappe dans un flot de souvenirs... La chambre de François Villon à l'arrière de la Sorbonne, Ravaillac en embuscade rue de la Ferronnerie, la Pompadour enterrée place Vendôme, les fripes du Carreau du Temple, des homosexuels brûlés vifs place de Grève, l'invention des champignons de Paris, du baba au rhum et des godillots ! Et tout un monde qui frissonne de créativité pour modeler l'avenir. Ici on crée l'art de demain, là on fomente une révolution. Des mots naissent sur le trottoir, " guillemet ", " argot ", " bistro " ; des petits métiers s'y installent : premiers marchands de lunettes, claqueurs de théâtre ou ramasseurs de mégots. Notre
Paris intime, c'est celui des poètes et des chiffonniers, des artisans et des inventeurs. Le Paris de tous ceux qui ont fait sa magie et son âme

MON AVIS: 2e livre après métronome que j'avais lu il y'a un moment. Je suis de nouveau tombé sous le charme de l'écriture de l'auteur. Ce monsieur a un vrai talent de conteur! J'aime beaucoup la passion qu'il a pour nous raconter l'histoire de Paris. Histoire qui est a mon sens passionnante. Bon il est vrai que si la ville en elle même me tape parfois sur le système, le patrimoine, l'architecture me fascine.
Ce livre vous fait passer dans différentes quartier, au hasard des rues et nous apprenons une foule de choses au gré des pages.
De plus, parmi les pages, certains passages dans des cases nous renseignent sur les métiers d'autrefois, les mots qui naissent sur le trottoir.
J'ai adoré me promener en compagnie de l'auteur au fil des pages, des quartiers ou l'histoire est encore bien présente. De quoi alimenter mon c'est dimanche!!
Il est vrai que l'auteur a un talent fou pour nous faire partager sa passion. Bon il n'est pas historien, et ses livres font polémique. Mais même si ce qu'il dit contient des erreurs il n'en reste pas moins que ce livre est une source de richesse pour qui aime l'architecture, l'histoire de la ville qui somme toute a un superbe passé patrimonial et historique. De quoi vous faire écarquillé les yeux lorsque vous vous baladé.