samedi 16 octobre 2021

Agatha Raisin, tome 3: Pas de pot pour la jardinière de Mc Beaton

 RESUME: De retour dans les Cotswolds après de longues vacances, Agatha Raisin découvre que son voisin James Lacey, objet de tous ses fantasmes, est tombé sous le charme d'une nouvelle venue au village. Aussi élégante qu'amusante, Mary Fortune est une jardinière hors pair, et la journée portes ouvertes des jardins de Carsely s'annonce déjà comme son triomphe. Mais une Agatha Raisin ne s'incline pas avant d'avoir combattu (quitte à se livrer à l'une de ces petites supercheries peu reluisantes dont elle a le secret) ! C'est alors que la belle Mary est retrouvée morte, enfoncée tête la première dans un de ses grands pots de fleurs. De toute évidence, Agatha n'était pas la seule à souhaiter la disparition de sa rivale…


MON AVIS:  Il n'y a pas à dire, quand j'ouvre un livre des aventures d'Agatha raisin, je suis ravi de retrouver les personnages. Celui-ci est le 3e et quand j'en ouvre un, je le lis quasi d'une traite. Bon, c'est vrai que le livre n'est pas très long, mais les situations cocasses qui se déroulent me font bien rigoler. Il est vrai que l'auteur y va assez dans la caricature, mais cela passe quand même et nous fait passer un bon moment.
Je ne peux pas m'empêcher de rire en voyant les singeries de notre chère Agatha, qui se comporte comme une adolescente face à James Lacey, son séduisant voisin.

Après un long voyage, ou elle a tenté d'oublier Lacey, Agatha revient dans son village et apprend qu'une nouvelle est arrivée entre-temps et qu'a priori tout le monde l'adore, tant elle est charmante, adorable etc...

C'en est trop pour Agatha qui ne veut pas se laisser détrôner par la nouvelle venue. S'ensuit toute une série de péripéties qui, comme d'habitude va retomber sur notre héroïne.

Les situations loufoques et imbroglios qui s'ensuivent me font passer un bon moment. Comme dans les précédents, l'enquête sur le meurtre n'est pas au centre de l'histoire, car finalement, il arrive assez tard dans le livre et est résolu en deux temps trois mouvements. 

Pour ma part, c'est vraiment tout ce qui se dégage autour qui me plaît bien. Que ce soit les personnages qui évoluent, comme Agatha et ses pitreries qui la font presque passer pour la folle du coin, James Lacey, dont on ne sait pas s'il apprécie ou non sa voisine et tous les autres qui gravitent autour, il y a de quoi faire.
C'est vrai que si on cherche un bon roman policier So british, il vaut mieux passer son chemin, car ce n'est pas dedans qu'on le trouvera. 

Personnellement, et comme je l'ai dit sur livraddict, dans le book club consacré au premier tome, c'est un livre parfait entre deux polars bien glauques. Cela apporte une petite bouffée de fraîcheur et un petit truc qui ne fait pas de mal au moral et pour moi, c'est le plus important. 





Ce livre a été lu dans le cadre dur challenge LPDA, auquel j'ai participé avec stellade. Merci à elle pour ses choix


vendredi 15 octobre 2021

Le puit des mémoires, tome 1: La traque de Gabriel Katz

 RESUME: Trois hommes se réveillent dans les débris d'un chariot accidenté en pleine montagne. Aucun d'eux n'a le moindre souvenir de son nom, de son passé, de la raison pour laquelle il se trouve là, en haillons, dans un pays inconnu. Sur leurs traces, une horde de guerriers, venus de l'autre bout du monde, mettra le royaume à feu et à sang pour les retrouver. Fugitifs, mis à prix, impitoyablement traqués pour une raison mystérieuse, ils vont devoir survivre dans un monde où règnent la violence, les complots et la magie noire.


MON AVIS: Ce livre me faisait de l'œil depuis un bout de temps, mais je n'avais pas encore franchi le pas. Et puis le mot Mémoire est sorti pour le challenge un mot, un titre. Je me suis dit que c'était le moment et j'ai profité d'une promotion sur kobo, où il était proposé en intégrale.

Ce tome commence d'une façon assez originale, puisque l'on assiste au réveil de trois personnages dans les débris de ce qui était une boîte, elle-même mise sur un chariot pénitentiaire. A partir de là, commencent les nombreuses interrogations sur ses personnages. Car il faut se rendre à l'évidence, ceux-ci n'ont aucun souvenir: que ce soit de leur vie, de leur nom, ou ils étaient.. Bref, le néant!

Il faut bien le dire, l'auteur pique notre curiosité à la puissance maximale, car pour une fois, nous sommes égaux avec les héros. Personne ne sait rien!!

Mais des détails sur leur comportement laissent penser qu'ils ne sont pas de simples voyageurs. Car, recherchés, traqués, attaqués, leurs instincts, leurs réflexes vont quand même nous en apprendre un peu plus sur eux au fil de la lecture.

je disais plus haut que de nombreuses interrogations pointent sur nos trois lascars. Mais au fil de l'histoire qui se dévoile peu à peu sous nos yeux, on arrive à avoir quelques bribes de réponses, disséminés un peu partout.

J'avoue que je n'attendais rien de spécial de cette lecture et que je partais sans a priori. Mais je dois dire que ce fut une excellente surprise, car il y a énormément de choses dans ce livre.
C'est très plaisant à lire. Je reconnais qu'au début, je me demandais un peu où se trouvait le côté fantasy, car il n'est pas visible au premier abord. 

Cela partait un peu comme un roman d'aventure dans une époque qui ressemble au moye- âge.  La plume de l'auteur est très agréable, bien écrite, détaillée, mais sans excès à mon sens. On ne s'ennuie pas et les personnages prennent beaucoup d'ampleur au fur et à mesure que l'on avance dans l'histoire. Impossible de se dire que l'on a une préférence pour untel ou un autre, car ils ont tous quelque chose qui apporte un petit truc au récit.
De plus quelques scènes qui nous font rigoler au moment où on ne s'y attend pas, de même que certaines reparties de l'un ou de l'autre apportent un petit plus bienvenu.

1er tome qui a su me convaincre, je pense que je ne vais pas tarder à lire la suite, histoire de savoir si l'auteur réussira à me convaincre avec le tome 2 ou si mon enthousiasme va retomber comme un soufflé qui sort du four. L'avenir le dira !!


ce livre a été lu pour le challenge un mot,

un titre








dimanche 12 septembre 2021

L'oeil du tueur de Anaïs Cros

                                                    SERVICE PRESSE

RESUME: Un psychopathe joue les détectives...


Sociopathe tenté depuis longtemps par le meurtre, Théo Francoeur cherche à fuir ses sombres pulsions en s’offrant des vacances estivales dans la riche station alpine de Val Perrollaz, accompagné de son amant et de sa gouvernante. Mais sur place, malgré un soleil éclatant, tout ne se déroule pas comme prévu.

Alors que Théo a passé la soirée avec une femme rencontrée à Val Perrollaz, la police frappe à sa porte pour lui annoncer que celle-ci a été violée et assassinée juste après qu’il l’ait quittée. Pour les enquêteurs, aucun doute : il fait un suspect idéal. Mais Théo est bien décidé à démontrer son innocence et à trouver le véritable coupable, ne serait-ce que pour pouvoir regarder dans les yeux celui qui a gâché ses vacances !

Si vous avez aimé la série Dexter et son psychopathe justicier, vous devriez être séduit(e) par ce roman qui joue sur les codes du genre. Une enquête prenante, où les personnes les plus dangereuses ne sont pas forcément celles que l’on croit !

MON AVIS: Le moins, que l'on puisse dire en lisant ce thriller, est qu'il ne ressemble à aucun autre. Pensez donc ! Un tueur en puissance qui cherche à démontrer son innocence. De mémoire de lectrice, je n'avais jamais vu ça. 
Et on peut dire que j'ai pris du plaisir à cette lecture. D'abord, parce que comme je l'ai dit plus haut, il est très différent de ce que j'ai pu lire, mais aussi parce que l'histoire en elle-même est géniale. Même si cela commence doucement et que l'histoire prend vraiment son essor au moment où les personnages arrivent à Val Perrolaz, les chapitres qui précèdent ne sont pas dénués d'intérêt.
Déjà, on apprend à connaître les personnages qui jalonnent le récit, en les découvrant petit à petit. Et il y a matière à en parler. 
Tout d'abord, bien sûr, Théo le héros de l'histoire. Et on peut dire que de prime abord, il n'attire pas franchement la sympathie :  C'est un psychopathe et sociopathe de haut niveau. Il est détestable au plus haut point. Pourri jusqu'à la moelle, il n'aime personne, il est égoïste et on a l'impression qu'il n'a aucune humanité. Pourtant, au fur et à mesure que l'on avance dans le livre, on voit une autre facette de sa personnalité qui arrive à nous le rendre plus sympathique, et même à l'apprécier. 
Ensuite, on a Raphael, le petit ami de Théo, jeune garçon que Théo a arraché à la drogue et à la prostitution. Lui d'emblée, je l'ai apprécié, même si des fois, j'avais du mal à le comprendre dans sa relation avec Théo qui a quelque chose de sado-maso.
Puis Hourya la cuisinière de Théo. Femme fragile, mais qui a une grande force intérieure.
Je m'arrête là sur la description des personnages.
On suit donc ce trio improbable dans sa quête pour découvrir qui en dehors de Théo a pu organiser ce meurtre. Et on peut dire que c'est une enquête sacrément complexe que l'auteure nous propose. Car on part pour ainsi dire de rien, au même titre que Théo et c'est en sa compagnie, que l'on essaye de démêler cette pelote de laine, au fur et à mesure des découvertes qu'il fait et des théories qu'il en conclue. 
Au début, je ne voyais pas qui aurait pu être le meurtrier. J'avais même peur que l'auteur soit un brin machiavélique et j'avais imaginé une petite théorie. Mais j'étais à côté de la plaque et c'est lorsque Théo a commencé à y voir plus claire, si j'ose dire que mes soupçons se sont porter sur une personne.
Livre très prenant, on le lit quasi d'une traite, tant on est pris au jeu de l'enquête et de la déduction. Des personnages forts et surprenant, une histoire complexe qui nous fait tourner rapidement les pages, tant on cherche à savoir. Ce thriller vaut son pesant d'or, de par son contenu très original qui casse un peu les codes et les histoires de flics mainte fois revue.
Je le conseille à tous les amateurs du genre.
je remercie l'auteure pour m'avoir fait confiance et pour m'avoir fait découvrir son livre. 


samedi 4 septembre 2021

Le temps est assassin de Michel Bussi

 RESUME: Été 1989, Corse, presqu’île de Revellatta. Un fatal accident de voiture : quatre occupants, une seule survivante, une adolescente de quinze ans. Tous sont morts sous ses yeux.

Été 2016, devenue femme et mère, Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l’accident, avec sa famille, en vacances, pour exorciser le passé…
À l’endroit même où elle passait son dernier été avec ses parents, elle trouve une lettre.
Une lettre signée de sa mère… Vivante ?

MON AVIS: Après ma déception du livre sang famille du même auteur, je n'en avais pas relu de lui. Je repoussais toujours l'idée d'en lire un, car je craignais une nouvelle déconvenue. Ce qui m'a fait le sortir de ma pal, c'est le challenge LPDA que je fais avec stellade et qui me l'avait choisi. Corse, vacance, je me suis décidé à lui donner une chance, pensant que c'était la bonne période. 
Et je peux dire que je suis ravie de l'avoir lu, car c'est du grand bussi que j'ai dégusté. J'ai retrouvé ce style que j'avais aimé dans ses précédents. Plein de suspens, de rebondissements, de fait qui ne sont pas finalement ce que l'on croit.
Bref, j'ai passé un super moment de lecture.
L'histoire nous emmène en corse, à la rencontre de Clotilde qui a perdu toute sa famille dans un accident de la route. Quinze ans plus tard, devenue épouse et mère à son tour, elle décide de revenir sur cette île ou sa vie a été chamboulée. Elle trouve une lettre signée de sa mère... Est-elle vivante, alors qu'elle est censée être morte dans l'accident en même temps que son fils et son mari?
Il y a une chose que l'on peut dire de cet auteur, c'est qu'il adore nous surprendre. Il est quasiment impossible de deviner toutes les ficelles de l'intrigue, car il prend un malin plaisir à disséminer ses indices au gré du vent. Et le puzzle qui en résulte est très compliqué à résoudre. 
Du coup, on tourne les pages avec avidité et appréhension, pour savoir ce qui va se passer à la page suivante. Comme souvent dans les livres de Bussi, le mélange passé et présent est très bien acheminé et vogue en ligne parallèle jusqu'à ce qu'elles se rejoignent à la fin du livre.
Un petit bémol cependant, car l'histoire est quand même assez longue à démarrer. Personnellement, cela ne m'a pas posé trop de problèmes, mais je pense que ça pourrait en gêner plus d'un, du fait, qu'il faut attendre un bon moment avant d'entrer dans le vif du sujet, si je puis dire.
Pour ma part, j'ai beaucoup aimé ce bouquin pour l'histoire bien sûr, mais aussi pour ses descriptions sur le cadre et le paysage de la corse que je ne connais pas du tout. L'auteur les a apparemment bien retranscrits et cela donne envie d'aller y faire un tour.
De plus, la façon dont est tournée l'intrigue, nous fait poser beaucoup de questions qui ne trouvent ses réponses qu'aux dernières pages. 
En bref, une lecture réussit pour un livre à l'intrigue difficile à résoudre, tant c'est empreint de mystère.


Ce livre a été lu dans le cadre du challenge LPDA sur Livraddict

Merci stellade pour me l'avoir choisit 



dimanche 29 août 2021

L'urne de xalanor, tome 2: l'incursion du roi de Vincent Mc Phordyne

                                 SERVICE PRESSE

RESUME: Ce que tous craignaient est arrivé : le roi Légirède a déclaré la guerre au roi Ollon. Persuadé de son génie militaire, le roi d’Édorianne a envahi le royaume d’Élikasar avec des armées constituées au pied levé, privant son royaume des ressources nécessaires à la préparation des moissons. Le roi Ollon, qui ne désirait pas entrer en guerre, est forcé de répondre à cette incursion. Il doit en parallèle contrer la propagande de la flèche noire, fronde qui le dénigre, qui ronge son règne, qui voudrait sa couronne. Cette guerre risque d’attiser un jeu d’alliance dangereux risquant d’enflammer tout le continent de Koldanie. Les ordres magiques koldaniens, observateurs de ce conflit, attendent beaucoup des pourparlers religieux qui ont mal commencé. Si ces derniers venaient à échouer dans leur mission, les ordres magiques seraient contraints de s’emmêler pour prévenir un embrasement du continent, pour veiller à ne pas ressusciter le spectre de la guerre des déchus. Seront-ils obligés d’en arriver là ?


MON AVIS: Il y a une chose que l'on peut dire au sujet de ce 2e tome, c'est qu'il est beaucoup plus sombre que le 1er. 

Une autre chose par rapport au 1er tome, c'est que la plume de l'auteur a pris plus d'assurance et cela se sent dans la fluidité de l'histoire. De plus, il y a beaucoup plus d'action dans celui-ci. Pourquoi, parce que la guerre a été déclarée par le roi Legirède contre le roi Ollon.
On peut dire sans risque de se tromper que ce tome va voir beaucoup de sang versé au fil de ce tome. (Normal me direz-vous, vu qu'il y a de la bataille) .

J'ai beaucoup apprécié ce second tome, car d'une part, il y a plus d'action comme je le disais plus haut, mais aussi l'auteur maitrise mieux son sujet. On sent qu'il a pris "du galon" et qu'il est plus sûr de lui. 

De plus, l'auteur nous fait sortir, par rapport au 1er ou tout se déroulait ou presque dans les châteaux. Ici, on suit les personnages et cela nous permet d'élargir notre champ d'horizon. Et que dire des batailles ou des créatures horribles jalonnent le récit.

Par contre je dois avoué qu'il y a certaines petites choses qui m'ont moins plu. Le principal est le nombre de personnages qui peuplent l'histoire m'ont donné le tournis. A tel point que je m'y suis perdue plus d'une fois et que j'ai dû faire des retours en arrière pour me rappeler qui était qui. Pas évident lorsqu'on lit sur une liseuse !. De plus, quelques longueurs, principalement au niveau de certaines batailles, m'ont un peu fait lire quelques passages en diagonale.

Pour ce qui est des personnages, j'apprécie toujours la reine que j'ai trouvée très courageuse dans ce monde où le mâle domine. Et son mari est toujours complètement cinglé entre ce qu'il descend en alcool, plus ses colères qu'ils passent sur ses pauvres serviteurs, on peut dire que l'auteur les a savamment bien travaillés.

En conclusion, une bonne lecture où j'ai quand même par moments perdu le fil, mais que j'ai apprécié et que je suis ravie d'avoir découvert.

Merci à Vincent pour sa confiance et de m'avoir permis de découvrir la suite de son livre. 

samedi 7 août 2021

Le passager de Jean Christophe Grangé

RESUME:  Je suis l'ombre.

Je suis la proie.
Je suis le tueur.
Je suis la cible.

Pour m'en sortir,
Une seule option: Fuir l'autre.

MON AVIS: Cela faisait un long moment que je n'avais pas lu un Grangé. Il faut dire que le dernier en date La foret des mânes, ne m'avait pas laissé un bon souvenir puisque je l'ai abandonné. Celui-ci m'attirait par son résumé qui pour une fois n'en dit pas trop. Et c'est très bien ainsi. Il est vrai que lire un bouquin, dont le 4e de couverture a pratiquement tout spoiler est un poil énervant.
A force de lire ce genre de bouquin, on sait s'il va nous plaire ou pas, une fois passé les 60 premières pages. Il faut que dès le début, ça accroche, qu'il se passe quelque chose qui aiguise l'intérêt, sinon, pour ma part, c'est au revoir et au suivant.
Et là, l'auteur m'a bien surprise ! Il est vrai que j'y allais un peu à l'aveugle, car je ne savais pas trop à quoi m'attendre. 
Au début, on peut se demander où l'auteur veut en venir, mais une fois dépasser ses fameuses 60 premières pages, il est difficile de lâcher le bouquin. L'auteur a encore fait preuve d'originalité dans la construction de son histoire. C'est un véritable compte à rebours à l'envers que nous propose l'auteur . 
En effet, on suit donc Mathias Freire, dans sa quête (je ne dirais pas de quoi) et plus on avance et plus on remonte le temps pour partir à la recherche de la vérité.
Le style très accrocheur et la plume addictive de l'auteur, font de ce thriller, un livre efficace qui vaut son pesant d'or.
Le livre a pour principal sujet la mémoire et le souvenir. Et l'intrigue tisse sa toile que l'on essaye de démêler pendant toute notre lecture.
Dans les commentaires, j'ai lu que beaucoup de personnes n'avaient pas aimé la fin. Personnellement, si elle n'a rien d'exceptionnel dans sa terminaison, elle reste quand même très plausible et ne m'a absolument pas déçue.
Ce livre et l'auteur s'en sortent honorablement pour ce qui est de l'intrigue, de la construction ou du final et vont me rester un moment en mémoire.

  

vendredi 6 août 2021

une page d'amour d'Emile Zola

 RESUME: Rédigée entre L'Assommoir et Nana, en 1878, Une page d'amour d'Émile Zola correspond à une période de répit dans les turbulences des Rougon-Macquart, formidable tableau de la société française d'un XIXe siècle finissant. C'est l'histoire d'Hélène Grandjean, veuve, retirée avec sa fille Jeanne, aux portes de Paris, à Passy. Prise de convulsions, Jeanne est traitée par le docteur Deberle. Entre le médecin et la mère, un coup de foudre réciproque va bouleverser les habitudes des uns et des autres. Des bouleversements que Jeanne ne pourra longtemps supporter. Elle succombe d'une phtisie cependant que sa mère est en compagnie de son amant. C'est bien assez pour développer un sentiment de culpabilité maternelle. Rongée par le remords, Hélène préfère rompre pour se marier quelque temps plus tard (non sans regrets) avec un vieil ami de la famille. La rupture avec Deberle est aussi celle du sentiment amoureux dans cette vie sans éclat.

MON AVIS: Ayant sauté deux livres de la saga pour lire en LC pot bouille et au bonheur des dames, je me fais un petit retour en arrière pour lire celui-ci. Et je dois dire que si les deux cités précédemment m'ont enchanté, il n'en va pas de même pour celui-là. Je m'explique :

Dans chaque roman de Zola, il y a toujours soit un personnage fort qui mène le front si je puis dire, ou bien un endroit emblématique qui prend bien la place. Ici, il n y a rien de tout ça ! Je dois avouer que je me suis bien ennuyé pendant une grande partie de ma lecture, tant j'ai trouvé ça fade. Il ne se passe quasi rien, si ce n'est le jeu amoureux du Dr Deberle et d'Hélène et les crises de jalousie de Jeanne. 

Pour ce qui est des personnages d'ailleurs, aucun de m'a plu. Que ce soit Hélène avec ses airs effacés, Jeanne avec sa jalousie insupportable et ses airs de petite fille capricieuse qui veut régenter la vie de sa mère ou le docteur que j'ai trouvé insignifiant, je n'en ai pas trouvé un qui sort du lot.

Pour ce qui est de l'histoire d'amour entre les deux personnages, qui est quand même le sujet du livre, je me suis attendu à quelque chose qui soit décrite avec plus d'ampleur, mais non, c'est à peine survolé. On le sait plus à travers les pensées, les regards . 

Une chose que j'ai aimée cependant, c'est la description de Paris depuis la fenêtre de l'appartement d'Hélène . 

Finalement, ce qui sauve le roman et c'est horrible à dire, c'est la fin qui est bien triste, comme beaucoup des livres de la série. Mais la plume de l'auteur la rendre très vivante à nos yeux, au point que l'on ne peut pas s'empêcher de plaindre Hélène.
Pour moi, c'est pour le moment celui que j'ai le moins aimé de la saga et celui qui est le plus faible concernant l'intrigue.
Je dois lire Nana à la fin du mois. A voir ce que j'en penserais



ce livre a été lu dans le cadre du challenge de Mypianocanta sur la série Rougon Macquart.

Ce livre a été lu en LC avec ilonaireading.

mercredi 4 août 2021

Le jour du chien de Patrick Bauwen

 RESUME: Les ténèbres sont mon domaine. Le métro, ma cité des morts. La souffrance de mes victimes, mon plaisir. Je suis le Chien. Inquisiteur ou Guerrier Saint, comme vous voudrez. Dieu est avec moi. Djeen, je croyais l’avoir tuée. C’était il y a trois ans. Déchiquetée par les roues du métro. Et voilà qu’elle me menace… Je dois la retrouver avant que Kovak ne le fasse. Et ce jour-là signera l’apogée du mal


MON AVIS: Ayant lu le 2e tome, à savoir la nuit de l'ogre, je ne pouvais pas ne pas lire celui-là, histoire de prendre les aventures de Chris Kovak au début. Et je ne suis pas déçue du tout de cette découverte. 

Dans ce tome-ci, on fait la connaissance du chien, personne inconnu qui arpente le métro et ses souterrains. Mais on rencontre aussi Chris Kovak, médecin urgentiste auquel le chien est profondément lié, car nous apprenons qu'il est l'auteur du meurtre de son épouse Djeen. 

Mais alors pourquoi suite à une agression dans le métro, Chris croit voir Djeen ?

Si l'histoire peut sembler banale au premier abord, l'auteur nous entraîne dans une course-poursuite avec pour toile de fond les souterrains de Paris. Que ce soient ceux du métro ou les catacombes. On assiste à un véritable contre la montre pour tenter de démêler cette toile d'araignée que représente cette intrigue efficace. C'est un véritable défilé d'adrénaline, de suspens, de scènes un peu glauque qui vous laissent pantois. 

L'histoire tient bien la route, le fait que ce soit raconté à la 1ere personne et que l'auteur s'adresse littéralement au lecteur, nous donne l'impression d'être dans l'histoire au côté de Chris Kovak , de partager ses interrogations et ses doutes.

L'auteur réussit le tour de force de nous plonger direct dans l'action et d'arriver à nous présenter ses personnages en quelques lignes sans qu'on ne perde le rythme pour autant. 

Si Chris est le personnage principal qui paraît être celui décrit, au fur et à mesure que l'on avance dans l'intrigue et que l'on creuse la surface, on se rend compte que tout n'est pas ce qu'il parait. Et je pense que c'est aussi ça la force du roman. Rien n'est ce qu'il parait.

De même que ses nombreux coups de théâtre qui jalonnent le récit nous laissent scotchés aux pages. 
Un seul petit bémol toutefois, les explications fournies par Chris manque un peu de crédibilité, mais cela n'entache en rien tout le reste du roman qui se lit quasi d'une traite, tant le rythme est effréné et le suspens haletant. De plus, la toute fin est absolument génial.

  J'attends que le 3 sorte en poche, histoire de voir comment cela se finit.