dimanche 13 janvier 2019

Autre Monde Tome 7: Genèse de Maxime Chattam

RESUME: Traqués par l'empereur et par Entropia, Matt, Tobias, Ambre et les leurs doivent fuir et rallier des terres inconnues pour s'emparer du dernier Cœur de la Terre avant qu'il ne soit détruit. Mais le monde souterrain qu'ils découvrent ne grouille pas seulement de dangers. Il recèle d'incroyables révélations.
La guerre est proche. Les sacrifices nécessaires.
L'ultime course-poursuite est déclarée. Autre-Monde s'achève et livre enfin tous ses secrets.

MON AVIS: Et voila une saga qui s'achève avec la lecture de ce dernier tome que j'ai attendu pendant un moment. Maxime Chattam a commencé sa saga en 2007 d'après ses notes a la fin. Pour ma part, j'ai commencé l'aventure vers 2008 2009, je pense. Ma première chronique de cette saga, date de 2013, ou j'avais englober les 3 premiers tomes.
Cela me fait bizarre de quitter Matt, Ambre, Tobias et tous les autres. A chaque fois que j'ouvrais un tome, j'avais l'impression de prendre des nouvelles de vieux amis. J'avais déjà dis ça dans autre chronique sur une trilogie il me semble.
L'auteur ne nous épargne pas! La fin est une apothéose et on tremble pour l'alliance des trois et leurs amis. Coté rebondissement, on est pas en reste et on est accroché aux pages qui défile.. Plus vite qu'on ne le voudrait.
J'avoue avoir eu du mal a me replonger dedans, car j'avais lu Neverland en 2015 et j'avais peur d'avoir oublier un peu l'histoire, mais ouf! après quelques pages, tout m'est revenu et j'ai pu apprécié ce tome a sa juste valeur. Car l'auteur nous fait une petite rétrospective des tomes précédents
Nous retrouvons nos amis dans leur quête ou ils rencontrent pleins de personnages qui peuvent être amicaux ou dangereux. Leur vie est en perpétuelle danger et on les sent plus soudé et unis que jamais. Depuis le début de la saga, ils ont pris du galon si j'ose dire. Plus mure, plus mature, tout en restant quand même avec une âme d'enfant.
La bataille final est épique, bien que tout le tome soit une guerre constante. Ambre a besoin plus que jamais de Matt et Tobias avec une devise bien connu "tous pour un, un pour tous".
Nous avons enfin une explication a tout ce qui c'est passé au cour de cette saga et je dois dire qu'elle est magnifiquement trouvé compte tenu de la vie actuelle, ça donne a réfléchir.
 J'ai eu la larme a l'œil plus d'une fois car non content de jouer avec nos nerfs, l'auteur joue aussi avec nos émotions et j'ai été plus d'une fois au bord de l'angoisse pour tous ses personnages auquel on finit par s'attacher. La fin fut a la hauteur de mes attentes et c'est avec une tristesse infinis que j'ai du dire au revoir a Matt, Tobias, Ambre et tous les pans qui m'ont fait vibrer pendant toute ses années. Mais je pense que l'auteur a raison lorsqu'il a dit dans une interview qu'il faut éviter de faire durer une saga trop longtemps, car on finit par tourner autour du pot et cela risque de devenir lassant.
Une saga superbe a la porté de tous, avec des moments de joies, de grande peines et d'angoisses, Une saga qui va rester longtemps dans ma mémoire. Merci Mr Chattam!!

ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne

dimanche 30 décembre 2018

Tréfonds de Thomas Clearlake

RESUME: Luca Ferrand est un jeune lieutenant de police prometteur. Jusqu'au jour où il commet une erreur irréparable. Six mois de mise à pied. Au matin d'une nuit d'errance dans Pigalle, il rencontre une jeune femme, Tanya. Elle lui dit être menacée et le supplie de l'aider. Ils vivent une nuit d'amour qui les marque du fer de la passion. Lorsqu'il lui dit qu'il est policier et qu'il peut l'aider, elle disparaît. Quelques jours plus tard, il apprend qu'un corps a été retrouvé. Le corps d'une jeune femme, décapité, gisant dans un container au fond d'une impasse de Pigalle. L'autopsie révèle que cette jeune femme s'adonnait à des pratiques sexuelles extrêmes et qu'elle appartenait corps et âme à ceux qui lui ont ôté la vie. Une esclave, entièrement soumise à la volonté de ses maîtres. Sur son corps, un tatouage étrange. Le même que portait Tanya. Malgré sa suspension, Luca va se lancer dans une enquête acharnée qui va peu à peu accaparer sa raison. Il va s'enfoncer dans les bas-fonds des nuits parisiennes à la recherche de Tanya. Mais les voies qu'il empruntera seront sans espoir de retour.


MON AVIS: Lorsque j''ai commencé ce livre, j'avais dans la tête une chanson tout a fait de circonstance: "le diable ne s'habille plus en prada" de Soprano. Vous allez me dire quel rapport avec ce thriller. Et bien lisez le livre en écoutant les paroles et je peux vous dire que cela prend tout sons sens. On assiste a l'activité du mal avec  un M majuscule.
On suit Lucas flic a Paris qui après une bourde qui a couté la vie a son collègue, essaye de meubler sa vie comme il peut. En rencontrant une jeune femme au hasard d'une ballade, il ne se doute pas qu'en essayant de la retrouver il va plonger dans des méandres que personne n'osent imaginer.
Ce livre est une véritable claque au propre comme au figuré. Je me suis retrouvé sonné comme un boxer après un combat acharné. Personnellement, pour moi c'était un combat pour avancer le plus rapidement possible et connaitre le dénouement de l'histoire, tant jusqu'à la fin, on se pose des questions. L'auteur nous emmène dans ce que l'âme a de plus vil et de plus noir. Je me demande même si ça existe! De plus, il ne nous épargne rien: esclaves sexuelles, orgie, torture et j'en passe. J'en profite pour dire que ce livre n'est pas a mettre entre toute les mains et que ceux qui ne  sont pas adepte du gore, évite ce livre, car en parcourant les pages, on passe par toute une palette d'émotion: dégout, espoir, colère etc..
L'histoire est  passionnante et les pages se tournent a une vitesse folle. On va de surprise en surprise au fil des pages et on espère a fond jusqu'au bout. Le style percutant et fort, n'a rien a envier  aux auteurs du genre plus aguerris. J'ai été happé par l'histoire qui si elle est un condensé d'horreur, de terreur, de noirceur a vous en faire des cauchemars, ou vous donner la frousse, c'est aussi une œuvre magistrale que Thomas a écrite avec des personnages fort comme un roc, une histoire géniale qui vous fera dresser peut être les cheveux sur la tête mais si vous êtes adepte du genre, vous fera passer un excellent moment de lecture , que je suis ravie d'avoir eu l'opportunité de faire. Pour conclure, je me permet de reprendre une phrase que Thomas m'a dit au cour d'un échange "il y a la lumière de la flamme entre Luca et Tanya qui est là pour éclairer le récit.


ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne auquel je met un 5/5

je remercie l'auteur thomas clearlake et les éditions moonlight  pour m'avoir permis de découvrir ce livre

samedi 29 décembre 2018

Les anonymes de R.J. Ellory

RESUME: Washington. Quatre meurtres. Quatre modes opératoires identiques. Tout laisse à penser qu'un serial killer est à l'œuvre. Enquête presque classique pour l'inspecteur Miller. Jusqu'au moment où il découvre qu'une des victimes vivait sous une fausse identité, fabriquée de toutes pièces. Qui était-elle réellement ? Ce qui semblait être une banale enquête de police prend alors une ampleur toute différente et va conduire Miller jusqu'aux secrets les mieux gardés du gouvernement américain.

MON AVIS: Un nouveau livre de cet auteur que j'ai englouti avec grand plaisir. En plus le thème de l'histoire parle a beaucoup de monde. En le lisant, on reste dubitatif au début et puis après on s'interroge sur le pouvoir de certains haut placé.
L'auteur  nous embarque dans sa toile de machination ou tout n'est pas ce qui semble être. On a l'impression d'avoir un tueur qui se fait plaisir si j'ose dire, mais si on gratte bien on a beaucoup plus que ça. Je ne vais pas en dire plus pour ne pas spoiler, mais on peut se demander ou est la frontière entre la fiction et la réalité.
A mon avis, la frontière doit être bien mince! L'auteur nous signe là un excellent roman ou l'on reste captivé du début a la fin. Il faut par contre rester assez attentif, car il y'a une profusion de détails et d'information qui peut rapidement nous perdre.
L'histoire si elle peut être dur a suivre, n'en ai pas moins passionnante a lire.
L'auteur sait ou nous emmener et je pense qu'il a du faire un long travail pour nous concocter ce livre génial. Il nous décortique a merveille le système américain et le pouvoir de la politique.
Les questions se bousculent au portillon jusqu'à la fin et on englouti les 730 pages en une goulée, tellement l'histoire est captivante. Le génie de l'auteur est de nous prendre dans sa toile dés les premières pages et de nous lâcher qu'a la toute fin et on ne peut que rester scotché aux pages et en le fermant siffler un coup et se dire qu'on est bluffé.



ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne et je lui donne un 5/5

dimanche 16 décembre 2018

Waylander 2 : Dans le royaume du loup de David Gemmel

RESUME: Il venait d'un enfer de souffrance et entra dans un monde de mort.
Dans les monts Sklen, Dakeyras l'homme des bois et sa ravissante fille Miriel vivent dans la solitude et l'harmonie. Ils ne savent pas qu'un groupe de guerriers sanguinaires rôde dans les montagnes. Des hommes qui n'ont jamais connu la défaite, pour qui la vengeance et la torture sont comme la viande et la boisson. Pour dix milles pièces d'or, ils sont prêts à tuer l'homme des bois. Ces combattants endurcis n'ont pas peur de cette mission...
Ils devraient.
Car Miriel est une fille de feu et d'acier, maitrisant l'arc et l'épée grâce à l'enseignement du plus mortel assassin qui ait jamais vécu: son père, mieux connu sous le nom de... Waylander!

MON AVIS: Et encore un tome de lu de cet auteur et je suis de nouveau conquise. J'avoue que j'avais hâte de  retrouver Waylander, voir ce qu'il était devenu après la fin du tome 1. La on fait un bon de 10 ans en avant et on retrouve notre héros avec sa fille avec qui il vit dans la solitude la plus totale.
Mais le passé rattrape notre ami et sa tête est mise a prix. Le pourquoi de cette épée de Damoclès au dessus de sa tête va nous occuper une bonne partie du livre, mais lorsque l'on sait le fin mot de l'histoire, tout le reste prend son sens.
Je suis de nouveau conquise par cet opus et je me sens de tout cœur avec Waylander. Car même s'il est un tueur, j'ai une petite faiblesse pour lui, car il a vraiment un coté attachant. La on sent qu'il est proche de sa fille et qu'il donnerait sa vie pour elle.
Les autres personnages sont de nouveau pas en reste et l'auteur arrive a nous faire apprécié un personnage a qui au début, on aurait bien mis une rouste, voir plus!! J'ai beaucoup aimer Angel, qui sous ses airs bourru et antisociale, a un vrai cœur.
Dans ce tome, comme dans le précédent, la guerre et les morts sont quasi omniprésente mais je m'y suis faite et j'avoue que cela ne m'a pas déranger plus que ça, moi qui ai horreur de la guerre. Mais dans les livres de fantasy souvent, il est un peu question de ça.
L'auteur décrit a merveille toute les scènes et aucun détails n'est futile. Que se soit les passages des batailles, ou les scènes entre les personnages, leur rêves etc.. C'est a mon avis, le point fort de Gemmel. Ce livre tient suffisamment en haleine, avec les nombreux rebondissement qui engendre ce récit. Pire qu'un thriller!! Car au vu du début, on peut se demander ce qui va bien pouvoir se passer a part, cette chasse a l'homme.. Et bien on est servie!!
L'histoire est passionnante et les pages se tournent vite et on a qu'une envie: Avoir le tome 3 sous la main pour savoir la suite, ouf c'est mon cas!!
 ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne

vendredi 14 décembre 2018

Criminelles, le mal au féminin de Pierre Bellemare

RESUME: Découvrez les histoires funestes de ces femmes qui ont égalé, et parfois même surpasser, les hommes dans l'horreur.


MON AVIS: Je ne suis pas adepte de nouvelles d'habitude. Mais ce livre n'est pas un recueil de nouvelles a proprement parler! Il raconte les histoires de tueuses en série qui ont sévit pendant des siècles. Je connaissais certaines de ses femmes tel que Aileen wuornos, la marquise de Brinvilliers ou bien Jeanne Weber. D'autre, par contre m'étais complètement inconnu.
Je dois avoué qu'en matière d'horreur, ses femmes n'ont rien a envier a leur homologues masculins tellement leur perversité peut être au dessus de tout.
On a de tout si je puis dire dans ce livre: tueuses d'enfants, des veuves noir, des sadiques, bref de quoi vous glacer le sang a chaque page et vous faire frissonner.
Pourquoi est je lu ce livre me direz vous? tout simplement parce que la psychologie de ses personnes est assez intéressante a savoir. Tout comme les livres de Stéphane Bourgoin! Par contre, rien qu'en lisant les histoires de ses personnes, il y'a de quoi avoir la nausée par moment. Si vous êtes une âme sensible, abstenez vous, car certains passages peuvent être dur.
J'ai apprécié de retrouver la plume de l'auteur pour qui j'ai un profond respect et dont j'aime beaucoup les écrits, en ayant lu pas mal! C'est avec regret que j'avais appris son décès et cela m'a fait quelque chose, lorsque j'ai ouvert se livres.
 Dans ce recueil, on en apprend plus sur ses femmes, leur motivation, le pourquoi de leur crimes et on se dit que le monde regorge de personnes dérangés. Mais pour ma part, je ne pense pas que ce ne soit que ça! Ce livre nous plonge dans l'horreur de ses personnes qui ont décidé par sadisme, plaisir, appât du gain ou autre, de faire le mal de la pire manière qui soit. A lire si vous avez le cœur bien accrocher!

samedi 1 décembre 2018

L'enfant allemand de Camilla Lackberg

RESUME: La jeune Erica Falck a déjà une longue expérience du crime. Quant à Patrik Hedström, l'inspecteur qu'elle vient d'épouser, il a échappé de peu à la mort, et tous deux savent que le mal peut surgir n'importe où, qu'il se tapit peut-être en chacun de nous, et que la duplicité humaine, loin de représenter l'exception, constitue sans doute la règle. Tandis qu'elle entreprend des recherches sur cette mère qu'elle regrette de ne pas avoir mieux connue et dont elle n'a jamais vraiment compris la froideur, Erica découvre, en fouillant son grenier, les carnets d'un journal intime et, enveloppée dans une petite brassière maculée de sang, une ancienne médaille ornée d'une croix gammée. Pourquoi sa mère, qui avait laissé si peu de choses, avait-elle conservé un tel objet ? Voulant en savoir plus, elle entre en contact avec un vieux professeur d'histoire à la retraite. L'homme a un comportement bizarre et se montre élusif. Deux jours plus tard, il est sauvagement assassiné... Dans ce cinquième volet des aventures d'Erica Falck, Camilla Läckberg mêle avec une virtuosité plus grande que jamais l'histoire de son héroïne et celle d'une jeune Suédoise prise dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. Tandis qu'Erica fouille le passé de sa famille, le lecteur plonge avec délice dans un nouveau bain de noirceur nordique.


MON AVIS: C'est toujours un plaisir de retrouver l'auteure avec ses personnages récurent Erica et Patrik. On les avait laisser dans le précédent avec une énigme qui est d'avoir trouver une brassière de bébé taché de sang ainsi qu'une médaille nazi.
Dans celui ci, donc Erica recherche des indices pour essayer de connaitre mieux cette mère décédé prématurément. On plonge tout de suite dans l'ambiance dés les premières pages.
J'ai beaucoup apprécié ce tome même s'il plonge dans les années de la seconde guerre mondiale avec les habituels retour en arrière qui sont un peu la marque de fabrique de l'auteure. J'avoue que personnellement, tout ce qui touche a la guerre ne me passionnent pas plus que ça. Mais l'auteure a su mettre les mots pour que son récit passe sans problème.
Le suspens est mené avec brio et si on se doute un peu passer certaines page de ce qui a pu se produire pour certains fait, la fin laisse sans voix.
L'histoire tient bien en haleine et tout est savamment mené de l'intrigue policière a l'histoire personnelle.
Les personnages évoluent aussi et j'ai adoré voir le personnage de Mellberg être moins égoïste et suffisant, se regardant moins le nombril. ça a rendu ses interventions un peu cocasse et non dépourvu d'humour qui m'ont bien fait sourire. Un nouveau personnage fait aussi son apparition et cela laisse planer un vent de renouveau dans l'équipe de Patrik and Co.
Le style est toujours très accrocheur et captivant et on avale les pages a vitesse grand V.
La fin m'a par contre émue au larme, je vous laisse deviner pourquoi!
En bref, encore un tome qui se lit vite et bien, qui passionne et que l'on a du mal a laisser de coté une fois commencé. Une histoire un peu familial que j'ai plaisir a retrouver au fil des tomes. Plus qu'a se procurer la suite.

ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne

dimanche 25 novembre 2018

waylander de David Gemmel

RESUME: Le Roi de Drenaï a été assassiné. Une armée d’envahisseurs déferle sur le pays, avec pour mot d’ordre de tuer hommes, femmes et enfants. Mais tout espoir n’est pas perdu. Il repose sur les épaules de celui que la nation surnomme Waylander. Seul, il va s’aventurer en territoire nadir pour retrouver la célèbre Armure de Bronze, symbole de liberté.
Mais peut-on faire confiance à ce Waylander ?...
Après tout, c’est lui qui a assassiné le roi.

MON AVIS: Voila un livre qui m'a laissé sans voix. J'avoue qu'avec tout le bien que l'on m'a dit sur la saga Drenaï, j'avais un peu peur de passer a coté de ce roman. De plus, dés le début, il y'a beaucoup de bataille et de guerre qui est quasi omniprésente dans tout le livre. Moi et la guerre, cela fait deux et en règle générale, je fuis ce genre. Mais la, les pages ont tourné a une vitesse folle. Je suis ravie d'avoir lu ce livre car je l'ai trouvé géniale de bout en bout.
Depuis le temps qu'on me disait de le lire sur LA, je regrette juste de ne pas l'avoir fait plutôt mais merci de vos bon conseils amis lecteurs.
On fait connaissance avec Waylander, tueur hors du commun qui arrive a supprimer sa victime, avant que celle ci n'est eu le temps de bouger un cil. Il est fort, rapide, efficace et impitoyable. ça c'est le coté pile, car si on gratte un peu la surface, on apprend que notre héros est un être torturé et qui a un coté vraiment très attachant. La vie l'a rendu comme ça.
Si les batailles sont omniprésente comme je l'ai dis plus haut, les personnages ne sont pas en reste et on a aucun mal a les imaginer tant l'auteur les décrit superbement bien.
De plus, chacun ayant sa facette, on peut sans contexte détester un personnage et vouloir lui enfoncer une épée au travers du corps et a la fin être touché par ce qui lui arrive. ça c'est grand de la part de l'auteur. L'univers est magnifiquement décrite et nous sommes bien dans de la fantasy pur et dur, aucun doute la dessus.
Drenaï est une saga en 11 tomes que l'on peut lire en ordre chronologique des personnages ou par ordre de parution. Personnellement je préfère lire par ordre chronologique.
L'histoire peut paraitre trop simple et rapide mais elle n'en demeure pas moins efficace et ça pour moi c'est le plus important même si certains fait peuvent faire grincer des dents si on est tatillon . Je vais rapidement enchainer avec le tome deux, historie de retrouver je l'espère la magie et la plume de Gemmel
ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne

C'est Dimanche, on visite..

Et voila revenu la fin du mois et un nouveau rendez vous de ma chronique de c'est dimanche, on visite..
Comme vous le savez, ce rendez vous, vous invite a visité un trésor de notre patrimoine aussi bien architectural que historique


Je vous emmène voir le quartier Latin a Paris qui est l'un des quartier les plus connu. Suivez moi, c'est parti..

Le Quartier latin se situe sur la rive gauche de la Seine à Paris dans le 5e arrondissement et dans le nord et l'est du 6e arrondissement, avec pour cœur historique la Sorbonne.
Il tire historiquement son nom de l'usage intensif du latin dans les cours donnés par les écoles et universités médiévales installées dans le quartier.
 Un peu d'histoire.. Le Quartier latin a pour cœur le quartier de la Sorbonne et la montagne Sainte-Geneviève à l'emplacement de la ville gallo-romaine de Lutèce qui s'étendait autour du forum situé sous l'actuelle rue Soufflot. Il est traversé par les « cardos de Paris », axes nord-sud d'origine gallo-romaine correspondant aux actuels rue Saint-Jacques et boulevard Saint-Michel. Les axes perpendiculaires est-ouest, les decumanus correspondent notamment au boulevard Saint-Germain et à la rue des Écoles
Pour commencer cette visite, on démarre par l'ile de la cité ou se situe Notre dame de Paris, l'ancien palais de la cité devenu palais de justice, ainsi que l'ile au oiseaux, bien connu des parisiens ou un marché aux oiseaux ( on y vend aussi des hamsters, cochon d'inde, lapin, poissons et des fleurs. ) sur l'ile de la cité, vous trouverez la ligne 4 cité

 L’Île de la Cité est l’un des endroits les plus historiques de Paris. Outre ses nombreux ponts, on peut y admirer la Cathédrale Notre-Dame-de-Paris. Datant du XIIème siècle, elle séduit aujourd’hui près de 30 000 visiteurs par jour, ce qui fait d’elle le monument le plus visité de France devant la Tour Eiffel. Ce qui fait d’elle un élément important en France est aussi lié à son emplacement. En effet, si vous vous placez à environ 25 mètres de sa façade, vous découvrirez sous vos pieds le kilomètre « O » qui symbolise le point de départ de toutes les routes de France
Sachez qu'a coté de la cathédrale, se trouve le mythique hôpital de l'hôtel dieu. Si vous passez par le square, vous tomberez sur une librairie anglophone rue de la bucherie  la célèbre Librairie anglophone Shakespeare & Co

sur cette photo, les bouquinistes qui longent les quais autour de notre dame

photo ci dessous: la Ste chapelle et le palais de justice.
la librairie Shakespeare and company;

continuons notre chemin et en prenant le pont st Michel  sur la rue de la huchette vous allez tomber sur la place st Michel avec sa célèbre fontaine.
 
Cette place est un lieu de rendez-vous hautement touristique et souvent fréquenté, central au coeur de Paris, sa fontaine est classée monument historique depuis 1926. Elle représente la lutte du Bien contre le Mal, l’archange Michel terrassant le Diable dans un arc de triomphe entouré de chimères ailées.

continuons : ici c'est le quartier ST Michel, bien connu dans Paris aussi. Surtout vous avez la mythique librairie Gibert jeune (photo ci dessus) sur la place st michel

Derrière cette librairie, toujours sur la rue de la huchette, vous trouverez les restaurants, boutique souvenir pub etc. Mais aussi l'atmosphère du vieux paris. Cette rue a garder son charme d'antan.

revenons sur la place st michel et contournons la fontaine. Nous débarquons sur le boulevard St michel avec toute ses boutiques et qui si nous la longeons, vous verrez deux autre librairies mythique Gibert Joseph et boulinier. Celle ci est bien connu pour trouvez des livres d'occasion ou revendre les siens


 continuons dans la même rue et sur votre gauche vous allez apercevoir le musée Cluny qui est un musée du moyen âge. Pour l'avoir visiter, je peux vous dire qu'il vaut le coup d'œil. Initialement Hôtel de Cluny, le musée fut aménagé en 1843. Cet hôtel particulier, édifié à la fin du XVème siècle, fait l’objet d’une inscription aux Monuments Historiques depuis 1846.
Le Musée National du Moyen-Âge – Thermes et Hôtel de Cluny, ou simplement Musée de Cluny, est spécialisé dans l’histoire antique, médiévale et renaissante de la France. Il détient de nombreux objets et d’oeuvres d’art de cette époque.
Englobé dans ces murs se cachent les Thermes de Cluny, des thermes Gallo-Romains datant du IIème siècle.
Après une visite, tournez à gauche sur le Boulevard Saint-Michel, puis à droite sur la rue de Vaugirard, vous arriverez alors au Jardin du Luxembourg et au Sénat
 Ce jardin fut créé en 1612 à la demande de Marie de Médicis. Il se compose de jardins, fontaines et statues que vous pourrez admirer tout en vous promenant à travers le parc. photo ci dessous le plais du Luxembourg avec une vue de ses jardins
 
A 5 minutes à pied de là, au n°1 de la rue Victor Cousin, vous pourrez découvrir la Sorbonne,
A l’origine Collège pour les étudiants en Théologie, la Sorbonne est aujourd’hui rattachée à l’Université de Paris (fondée en 1200 sous le Roi Philippe-Auguste).
A savoir : Richelieu en a notamment été le Proviseur, et elle fut le centre des fameuses révoltes de Mai 68.
photo ci dessus, la plus connu des université de paris: la Sorbonne. Elle fut fondé au 13e siècle . Vous êtes ici vraiment dans le quartier latin a proprement parler chef lieu de la vie estudiantine . C'est ici que vous trouverez toute les plus grandes écoles tel que le collège de France, le mythique lycée Henri IV
un mot sur la Sorbonne qui a été créée en 1253 par Robert de Sorbon, le confesseur du Roi de France Saint Louis. C'est alors un Collège pour les étudiants en Théologie. Il est intègré à l'Université de Paris qui avait été fondée dès 1200 par le Roi de France Philippe-Auguste. La Sorbonne participe activement aux épisodes de l'Histoire de France. Elle condamne les Templiers à la demande de Philippe IV le Bel et pendant la Guerre de Cent Ans elle est du parti Bourguignon et reconnait Henri V d'Angleterre comme Roi de France. Au moment des Guerres de Religion elle est du coté de la Ligue et combat les Protestants. Richelieu devient Proviseur de la Sorbonne et la fait reconstruire de 1624 à 1642. En 1792 l'Université de Paris et la Sorbonne sont supprimés mais Napoléon I les rétablit en 1806.
La Sorbonne est reconstuite et agrandie entre 1885 et 1900 afin de répondre au développement de l'enseignement supérieur.
 Plus loin, voici le collège de France dont voici deux photos . Le Collège de France a été créé par le Roi François I, à la demande de Guillaume Budé, en 1530. Il s'appelle d'abord le Collège des Lecteurs Royaux puis pendant les XVII et XVIIIème siècles, Collège Royal. C'est lors de la Révolution Française qu'il prend le nom de Collège de France. Guillaume Budé et ses confrères y ont développé un enseignement humaniste, les cours sont publics et gratuits. Cet enseignement est éloigné du dogmatisme et de l'intolérance de celui diffusé par l'Université dans la Sorbonne voisine

 
.
Allons vers le lycée Henri IV avec sa tour ci dessus

 
 

 
Le lycée Henri-IV est un établissement d'enseignement secondaire et supérieur public, situé au 23, rue Clovis dans le 5e arrondissement de Paris, dans le Quartier latin. Il accueille plus de 2 600 élèves, du collège aux classes préparatoires. Il est également classé monument historique pour certains de ses bâtiments hérités de l'ancienne abbaye Sainte-Geneviève, qui datent du XIIe au XVIIIe siècle : cloître, tour Clovis (ancien clocher), chapelle (ancien réfectoire), cabinet des Médailles (ancien cabinet de curiosités). Des travaux de rénovation effectués vers 1996 ont mis au jour des vestiges de l'époque carolingienne.
 
 
 
 
 
 
 
continuons notre chemin. Reprenez la rue Victor Cousin, et tournez à gauche sur la rue Cujas, puis prenez à droite sur la Place du Panthéon. En 5 minutes, vous y êtes. Là devant vous, l’un des plus beaux monuments du monde et un joyau de l’histoire de notre pays.
 Le Panthéon dans l'axe de la rue Soufflot et de la Place Edmond Rostand. ci dessus
ci dessous Paris : le Panthéon vu du Sud-Ouest
En 1755, le Roi de France Louis XV échappe à une maladie grave, pour exaucer un vœu il fait reconstruire l'Eglise de l'Abbaye Sainte Geneviève qui est alors en très mauvais état. Le Marquis de Marigny est chargé de l'opération et il choisit l'Architecte Jacques-Germain Soufflot pour conduire les travaux qui débutent en 1764 et s'achèvent en 1790. Le bâtiment est imposant, il mesure 110 mètres de long sur 80 m de largeur et de hauteur et la crypte est particulièrement vaste.
En 1791, le Gouvernement Révolutionnaire décide de transformer l'église en Panthéon pour rendre hommage aux hommes illustres de la Nation, ce bâtiment devient leur dernière demeure. Temporairement, il redevient une église de 1806 à 1831 puis de 1852 à 1885.

La phrase Aux Grands Hommes La Patrie Reconnaissante est inscrite sur le frontispice du monument qui a été sculpté par David d'Angers.
Il abrite, parmi bien d'autres, les cendres de Mirabeau, Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Victor Hugo, Emile Zola, Pierre et Marie Curie, Malraux, jean moulin... Leurs tombes sont installées dans la crypte de l'édifice.

Son architecture est inspirée de celle du Panthéon de Rome, la façade comporte un ensemble de 22 colonnes Corinthiennes. Le Dôme s'élève à 83 mètres (au sommet de la lanterne), il est composé de trois coupoles et s'inspire du Dôme des Invalides. La base du dôme est entourée d'une colonnade qui, en plus son aspect décoratif, permet de supporter son poids.

En vous parlant du lycée Henri IV, je ne vous ai pas parler de l'église st Etienne du mont
L'église Saint Etienne du Mont se situe sur la Place Sainte Geneviève, c'est l'église où cette sainte, qui est la patronne de Paris, est vénérée.
Jusqu'en 1210, les serviteurs de l'Abbaye Sainte Geneviève et les habitants du petit bourg attenant assistent aux offices dans la crypte de l'église Abbatiale. Leur nombre croissant finit par nécessiter la construction d'une nouvelle église qui est dédiée à saint Etienne. A la fin du XVème siècle, l'édifice est devenu trop petit, elle est reconstruite. Les travaux vont durer plus d'un siècle, de 1492 à 1626, date à laquelle l'église est consacrée. Elle a beaucoup souffert lors de la Révolution Française, elle a été restaurée sous le Second Empire par Baltard, les statues et sculptures de la façade datent de 1862.

Au plan architectural la façade comporte trois frontons superposés (cf photo ci dessous). Le chœur est de style Gothique flamboyant avec des baies en arc brisé. L'intérieur est de style Gothique, il est éclairé par de grandes baies lumineuses. L'élément le plus original est le Jubé qui a été achevé en 1545, c'est une galerie transversale au bâtiment, il est destiné à la lecture des écritures aux fidèles.
Les restes de Sainte Geneviève étaient déposés dans une chasse dans la crypte, ils ont été brûlés en Place de Grève en 1793.
 
En 510 le Roi Franc Clovis, le fondateur de la dynastie Mérovingienne, fait construire au sommet de la Montagne Sainte Geneviève une Basilique des Saints Apôtres, dédiée aux saints Pierre et Paul. Il y est inhumé en 511.
En janvier 512, c'est au tour de Sainte Geneviève (qui a sauvé Paris assiégé par le Hun Attila) de décéder à l'âge de 89 ans. Elle est inhumée dans la crypte de la Basilique. Cette église prend son nom et des religieux viennent s'établir autour d'elle. Ils fondent l'Abbaye Sainte Geneviève qui disparait en 857, à la suite des invasions Normandes. Mais elle est reconstituée en 1148 et tenue par les Génovéfains, qui suivent la règle de Saint Augustin, ils dépendent directement du Pape. En 1619 le Cardinal de La Rochefoucauld fait de l'Abbaye Sainte Geneviève la maison mère des Génovéfains, elle est restaurée dans la deuxième partie du XVIIème siècle avec, en particulier la réalisation de l'Escalier des Prophètes et celui de la Vierge à l'Enfant.
L'Abbaye Sainte Geneviève a été fermée à la Révolution Française et déclarée Bien National. Une bonne partie de ses bâtiments conventuels est attribuée à un établissement d'enseignement, l'Ecole Centrale du Panthéon créée en 1796. Il devient ensuite Lycée Napoléon de 1804 à 1815, Collège Henri IV avec la Restauration, puis à nouveau Lycée Napoléon sous le Second Empire, Collège Corneille de 1870 à 1872 et à partie de là jusqu'à nos jours, Lycée Henri IV.
Le clocher de l'église date de 1180 avec des remaniements au XVème siècle, il est à l'intérieur du Lycée, on le voit à droite sur la photo ci-dessus.
photo ci dessous, image d'archive de l'abbaye Ste Geneviève

 voici maintenant la bibliothèque Ste Geneviève
La Bibliothèque Sainte Geneviève a été construite entre 1844 et 1850 par Labrouste qui y a réalisée une belle architecture métallique. La bibliothèque elle-même a été constituée à partir du fonds d'ouvrages de celle de l'ancienne Abbaye Sainte Geneviève. Ceci représentait 80000 volumes et 2000 manuscrits accumulés pendant des siècles. A l'heure actuelle elle compte prés de 3 millions de volumes. Elle est devenue la principale bibliothèque des étudiants du quartier.

Collège de Montaigu
La Bibliothèque Sainte Geneviève a été installée sur l'emplacement de l'ancien Collège de Montaigu qui avait été fondé en 1314, à la fin du règne de Philippe IV le Bel. Le régime scolaire établi à partir de 1502 par Jean Standouth était terrible. Eté comme hiver, les élèves dormaient à même le sol, ils se levaient à 4 heures du matin aprés avoir été réveillé pour les offices de la nuit, ils passaient leur journée à accomplir des exercices intellectuels de toute sorte et se couchaient à 9 heures du soir. Leur alimentation était faite juste pour qu'ils ne meurent pas de faim et les punitions étaient trés rigoureuses. Pour autant le Collège avait de trés bons résultats scolaires. Il a été supprimé lors de la Révolution Française.

Partons pour le versant sud de la montagne Ste Geneviève et allons vers la rue Mouffetard


La Place de la Contrescarpe et la rue Mouffetard se situent sur le versant sud de la Montagne Sainte Genevieve. EIles ont conservé un aspect traditionnel et typique de Paris.
La Place de la Contrescarpe est l'endroit ideal pour flaner, prendre une consommation dans les Cafés.... Des écrivains connus, comme Hemingway, ont résidé à cet endroit.
La site tire son nom du remblai des murs de l'enceinte de Philippe-Auguste, il était juste à la limite extérieure de cette enceinte. La place a été créée en 1852 sur l'emplacement d'un carrefour trés fréquenté. On y trouvait le Cabaret de la Pomme de Pin qui a accueilli Rabelais, mais aussi les poëtes de la Pléïade: Ronsard, du Bellay, ... La rue Mouffetard est une des plus anciennes rues de Paris, elle suit le tracé d'un chemin Gaulois et dès l'époque Gallo-Romaine elle est le point de départ de la route vers Lyon et Rome. Son aspect n'a guère changé depuis le Moyen-Age.

En la descendant, une fois passée la Place de la Contrescarpe, on peut observer de nombreuses maisons typiques qui rappellent l'origine ancienne de cette voie. Les rues qui la croisent ont conservé leur noms originaux: rue de l'Arbalète, du Pot de fer, .... La Fontaine de la rue du Pot de Fer a été installée à l'initiative de la Reine Marie de Médicis quand elle s'est installée au Palais du Luxembourg au début du XVIIème siècle, elle aété remaniée sur des dessins de Le Vau en 1674.

L'aspect le plus remarquable de la rue Mouffetard est le marché et l'étalage des commerces (fruits, légumes,...) vers le bas de la rue, comme le montre la photo ci-dessus.

Je vais finir cette ballade dans le quartier latin et aux abord en vous montrant les arènes de Lutèce dont grâce a la bêtise humaine, il ne reste hélas plus grand chose

 Les Arènes ont été redécouvertes en 1869 lors de la construction de la Rue Monge, les fouilles les mettant à jour datent de 1883 et leur restauration a été finalisée en 1915.
Elles ont été édifiées entre le Ier siècle et la fin du IIème siècle après JC et pouvaient contenir plus de 10000 personnes sur 35 rangs de sièges. Elles sont composées d'un amphithéatre en pierre de forme circulaire, avec des gradins, il a environ 100 mètres de diamètre. A l'intérieur de cet amphithéatre se trouvent les arènes elles-meme. Elles servaient aux Jeux du cirque mais aussi aux représentations Théatrales. Dés le IVème siècle la fonction des Arènes change, elles deviennent une nécropole.
Les Arènes de Lutèce ont été sérieusement endommagées au moment des Invasions Barbares, car les pierres ont été utilisées dans les remparts de l'Ile de la Cité. Les ruines qui subsistaient au XIIème siècle ont servi à la construction de l'enceinte de Philippe Auguste dans cette partie de Paris. Ce sont les seuls restes Parisiens de la période Gallo-Romaine.

 C'est avec cette photo que s'achève notre périple a travers ce quartier mythique. J'espère qu'un jour vous y viendrez flâner. Je vous dis au mois prochain pour un nouveau rendez vous de c'est dimanche, on visite.