dimanche 21 octobre 2018

La conquête de Plassans de Emile Zola

RESUME: Elle sanglotait.
L'abbé Faujas avait redressé sa haute taille, il s'approcha de Marthe, laissa tomber sur elle son mépris de la femme. - Ah ! misérable chaire ! dit-il. Je comptais que vous seriez raisonnable, que jamais vous n'en viendriez à cette honte de dire tout haut ces ordures... Oui, c'est l'éternelle lutte du mal contres les volontés fortes. Vous êtes la tentation d'en bas, la lâcheté, la chute finale. Le prêtre n'a pas d'autre adversaire que vous, et l'on devrait vous chasser des églises, comme impures et maudites.
- Je vous aime, Ovide, balbutia-t-elle encore ; je vous aime, secourez-moi.

MON AVIS: Je continue ma découverte de la saga de Zola. En repensant a ce livre que j'ai finis hier, plusieurs terme me viennent a l'esprit pour résumer se livre, folie, vice, religion, méchanceté et perversion.
Je m'explique pourquoi je pense a ses mots. Déjà le roman est bien basé sur la folie. La folie des personnages qui y tombent peu a peu. Le vice de la dévotion religieuse mais aussi le vice de la méchanceté. La religion est aussi bien présente mais pas de la meilleur qualité si j'ose dire. dans ce livre, la religion ne sert qu'a masquer ce qu'il y'a derrière. Méchanceté et perversion vont avec le reste. La méchanceté de certains personnages qui ne le sont pas a moitié. Ils sont pourri jusqu'à la moelle
Si le livre m'a un peu ennuyé par moment, bien que Zola est été un peu avare dans ses descriptions qui lui sont si cher, les personnages sont géniaux chacun de leur coté. Sans contexte, si on excepte l'abbé Faujas, Marthe est le personnage principal de se livre. Et son évolution est des plus intéressant. Mouret n'est d'ailleurs pas en reste et même si au début, il m'a bien agacé, je l'ai pleins a plusieurs reprise.
Dans ce tome aussi, on retrouve plusieurs personnages de la galerie Rougon Macquart, puisque nous retrouvons Félicité Rougon et Antoine Macquart, présent dans le premier tome. Marthe étant la fille de Félicité et pierre Rougon et François Mouret, fils d'Ursule macquart et de Mouret (je ne connais pas le prénom).
J'ai bondis a de nombreuse reprise au cours de ma lecture tant je me suis demandé comment les Mouret pouvaient être aussi aveugle et ne pas s'apercevoir comment était en réalité les Faugias. Bref et c'est la qu'apparait le génie de Zola, pour montrer la lente descente aux enfer des protagonistes avec une fin grandiose auquel j'avoue, je ne m'attendais absolument pas.
Même si je n'ai pas aimé ce roman plus que ça (j'ai préféré les 3 premiers), il est passionnant par rapport aux personnages qui sont grandiose chacun a leur façon.

ce livre a été lu dans le cadre du challenge des Rougon-Macquart de Mypianocanta

dimanche 14 octobre 2018

Toxique de Nicko Tackian

RESUME: Ils aiment entrer dans votre vie, certains aiment exercer leur pouvoir sur vous, Certains aiment vous séduire pour vous détruire. Ce sont les toxiques. Janvier 2016. La directrice d’une école maternelle de la banlieue parisienne est retrouvée morte dans son bureau. Dans ce Paris meurtri par les attentats de l’hiver, le sujet des écoles est très sensible. La Crime dépêche le commandant Tomar Khan, chef de groupe de la section 3, surnommé le Pitbull et connu pour être pointilleux sur les violences faites aux femmes. À première vue, l’affaire est simple, « sera bouclée en 24 h », a dit un des premiers enquêteurs, mais les nombreux démons qui hantent Tomar ont au moins un avantage : il a développé un instinct imparable pour déceler une histoire beaucoup plus compliquée qu’il y paraît.

MON AVIS: C'est un petit polar sans prétention et très efficace qu'est ce livre. Je l'ai pris pour me remettre de mon pavé 22/11/63.
L'intrigue est assez noir et original, la psychologie des personnages est bien mené et très intéressante. De plus, il se lit très rapidement car les chapitres sont court.
On suit donc une enquête somme toute banal du meurtre d'une directrice d'école maternelle. Apparemment, l'identité du meurtrier est assez facilement identifiable. Mais finalement tout est plus compliqué qu'il n'y parait.
Car apparait une personne "toxique". Un manipulateur qui se plait a pourrir la vie des autres, un être maléfique qui n'a aucune empathie pour qui que ce soit. Une personne froide, calculatrice. ..
J'ai bien aimé cette histoire que j'ai trouvé très original. Dés le début, on est happé par le contexte et si l'identité du manipulateur nous ai révélé très rapidement, son plan et ses raisons ne nous sont délivré qu'a la toute fin. D'où, l'envie frénétique de tourner les pages pour arriver a cette fin qui ne m'a pas déçue outre mesure.
De plus la plume de l'auteur est agréable et il ne s'embête pas de détails superflu. L'histoire pourrait paraitre simpliste mais elle cache moult de rebondissement qui en font une histoire pleine de surprise. Il est vrai que le thème du flic torturé a été abordé a mainte reprise, mais l'auteur lui a apporté un petit quelque chose qui fait toute la différence, loin des clichés qu'il y'aurait pu avoir.
Un livre qui m'a fait passé un super moment, un livre vite lu et qui me restera en mémoire. Que demandez de mieux? Lire la suite, pour retrouvez ce personnage et voir ce qui va lui arriver.

ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne

samedi 6 octobre 2018

22/11/63 de Stephen King

RESUME: Jake Epping est un enseignant d'anglais à Lisbon Falls, dans le Maine, qui se fait un revenu complémentaire en enseignant aux adultes dans le programme GED. Il reçoit un essai de l'un des étudiants : une histoire macabre, déchirante, au sujet d'une nuit il y a 50 ans quand le père d'Harry Dunning est arrivé à la maison, a tué sa mère, sa soeur et son frère avec un marteau. Harry s'en est sortit avec une jambe mal en point, comme le prouve sa démarche actuelle.

Un peu plus tard, Al, l'ami de Jake, lui raconte un secret : sa boutique est un portail vers 1958. Il enrôle Jake dans une folle mission afin d'empêcher le meurtre de John Kennedy. Ainsi sa nouvelle vie en tant que Jakes George Amberson, son nouveau monde d'Elvis et JFK, un monde de grosses voitures américaines, d'un solitaire en difficulté nommé Lee Harvey Oswald et d'une bibliothécaire prénommée Sadie Dunhill, qui devient l'amour de Jake et qui transgresse les règles normales du temps.

MON AVIS: Que dire sur ce livre qui n' a pas été dit par d'autre personnes qui l'ont lu avant moi et publier un avis sur leur blog? Que vous dire pour vous faire partager mon émotion et mon enthousiasme face a se livre colossal qu'est 22/11/63?
Pourtant, il y'aurait quand même pleins de choses a dire sur ce livre. Pensez donc 1035 pages de pur bonheur. 1035 pages que j'ai mis longtemps a lire; pas parce que je n'aimais pas, bien au contraire, mais parce que, je suis dans une période ou je lis a la vitesse d'une tortue.
Bon je vais quand même vous parler de ce livre du mieux que je peux. Déjà, la date: pas anodine, celle ou l'Amérique a perdu un président tué et ou, au jour d'aujourd'hui, on ne sait pas si Oswald, le tueur présumé est bien le coupable ou un pion sur le grand échiquier de la politique. Je ne vais pas vous faire dans la théorie et vous donner mon opinion, vous dire que l'auteur détient LE secret de la mort de Kennedy. Non!
Je ne suis pas assez placé pour vous parler de ça. Je veux juste vous parler de cette grande œuvre que j'ai lu avec un pur régal. j'ai plongé avec ce livre dans l'Amérique de 1958! En faisant chemin avec Jacke Epping, vers son terrier (nom que le héros donne a la boucle qui lui permet de retourner dans le passé) je me suis plongé dans cette histoire émouvante avec des moments de joies, des moments de peine, de doute, d'espoir.. Oui ce livre est un condensé de tout ça a la fois. j'ai eu vraiment l'impression d'être au coté de Jacke pour boire une racinette, danser le Lindy Hop sur in the mood,(je croyais que je ne connaissais pas cette chanson, mais je crois que tout le monde connait en faite) voir comment c'était avant. Comment vivait nos parents dans entre 1958 et 1963. King a eu le génie de nous embarquer dans sa boucle temporelle et nous avons pu "visiter" le passé" comme si nous l'avions vécu nous aussi, bien que tout cela ai eu lieu bien avant ma naissance.
L'auteur nous décrit avec brio et une façon de conter passionnante, comme il sait si bien le faire l'Amérique des années 50 et 60. Un régal de lecture mais qui nous fait aussi réfléchir. Serait ce bon de faire un bon dans le passé et d'y changer ce qui a eu lieu?
L'auteur nous dépeint aussi  une galerie de personnage très attachant, dont le héros qui a un charisme impressionnant et nous fait vivre son "voyage" avec brio sous la plume de stephen king
Ce livre est passionnant de bout en bout. Une fois commencé, on ne le lâche plus et si tout le roman est génial, la fin est a la hauteur de tout le reste. GENIALISSIME !!
 
ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne

dimanche 30 septembre 2018

C'est Dimanche, on visite..

La rentrée est passé et revoilà mon rendez vous de c'est dimanche on visite qui comme vous le savez est un rendez vous mensuelle que je vous propose le dernier dimanche de chaque mois. En quoi consiste il? Il consiste a vous faire visiter un lieu chargé d'histoire, d'architecture, un trésor de notre patrimoine.

Ce mois ci, je vous emmène visiter la basilique Ste Thérèse de Lisieux en Normandie qui se trouve a Lisieux. Soit dit en passant, c'est une jolie ville.

Comme d'habitude, je vous parle un peu de l'histoire de cette basilique dont j'ai situé l'endroit plus haut. 
La basilique Sainte-Thérèse est située à Lisieux, en Normandie. Elle a été élevée en l'honneur de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus peu de temps après sa canonisation.
Imposant édifice de style néo-byzantin inspiré de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, sa construction, sur une hauteur en limite de la ville, a débuté en 1929 et sa consécration a eu lieu en 1954. Aujourd'hui, elle est le deuxième lieu de pèlerinage en importance en France (après celui de Lourdes).
Labellisée « Patrimoine du XXe siècle », elle a été inscrite au titre des monuments historiques le 14 septembre 2010 puis classée le 7 septembre 2011.
 
ça en met plein la vue hein?
 
qui était Ste Thérèse?
 
 
Marie-Françoise Thérèse Martin, en religion sœur Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, également connue sous les appellations sainte Thérèse de Lisieux, sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus ou encore la petite Thérèse, est une religieuse carmélite française née à Alençon dans l'Orne en France le et morte à Lisieux en France le .
Le retentissement de ses publications posthumes, dont Histoire d'une âme publiée peu de temps après sa mort, en fait l'une des plus grandes saintes du XIXe siècle. La dévotion à sainte Thérèse s'est développée partout dans le monde.
Considérée par Pie XI comme l'« étoile de son pontificat », elle est béatifiée puis canonisée dès 1925. Religieuse cloîtrée, elle est paradoxalement déclarée saint patronne des missions et, avec Jeanne d'Arc, canonisée en 1920, proclamée « Patronne Secondaire de la France ». Enfin, elle est proclamée Docteur de l'Église par Jean-Paul II en 1997 pour le centenaire de sa mort.
Dernière née d'un couple tenant commerce d'horlogerie et de dentelles d'Alençon, Louis et Zélie Martin, Thérèse perd sa mère à quatre ans et demi. Elle est élevée par ses sœurs aînées Marie et Pauline qui tour à tour entrent au carmel de Lisieux, faisant revivre à l'enfant le sentiment d'abandon ressenti lors de la perte de leur mère Cependant, elle ressent très tôt un appel à la vie religieuse. Elle fait un pèlerinage à Rome pour demander l'accord d'entrer au Carmel, alors qu'elle n'en a pas encore l'âge légal. Mais le pape refuse, elle doit donc attendre. Elle entre au Carmel de Lisieux à quinze ans. Après neuf années de vie religieuse, dont les deux dernières passées dans une « nuit de la foi », elle meurt de tuberculose le à l'âge de vingt-quatre ans.
une vue de l'entrée de la basilique. Sur le haut de la porte, vous pouvez voir une photo des parents de Ste Thérèse
ah je vous montre quand même une photo de Ste Thérèse
revenons a la basilique et entrons..
Pardonnez moi si les photos sont sombre, mais le flash est interdit
 
parlons de la construction: L'édifice construit en 1929 est en forme de croix latine, avec nef, chœur et transept. La croisée est surmontée d'une imposante coupole. Le volume intérieur est d'un seul tenant, sans nefs collatérales ni déambulatoire : du fait de l'absence de colonnes, tous les fidèles qui assistent aux offices en ont une vue sans obstruction. La plus grande partie de l'intérieur de la basilique est couverte de mosaïques. Les sculptures sont de Robert Coin, les dessins des mosaïques et vitraux de Pierre Gaudin et les orgues de la maison Cavaillé-Coll (54 jeux). L'édifice contient 18 autels mineurs offerts par différentes nations en ex-voto à Sainte Thérèse. À partir de l'entrée, dans le sens inverse des aiguilles d'une montre :
* Nef, côté droit : Mexique - Espagne - Italie
* Transept, côté droit : Ukraine - Chili
* Chœur, côté droit : Brésil - Argentine - Portugal
* Chœur, côté gauche : États-Unis - Colombie - Grande-Bretagne
* Transept, côté gauche : Écosse - Allemagne - Cuba - Irlande
* Nef, côté gauche : Canada - Belgique - Pologne
La crypte est décorée de marbre et de mosaïques représentant certaines scènes importantes de la vie de sainte Thérèse
 
je ne sais pas vous, mais moi quand je suis entré, j'ai eu l'impression d'être a l'intérieur d'une cathédrale byzantine. Les photos que je vous montre pour le moment sont les miennes. je vous montrerais d'autre photos dont le détail des peintures des coupoles qui sont issus d'internet
 photo du haut, voici la chapelle Ste Thérèse

photo du haut, l'autel avec les mosaïques de l'abside et de l'arc triomphal
 photo du haut portail occidental, mosaïque de Sainte Thérèse avec les papes, photo du bas Mosaïques de la coupole

 sur les deux photos en haut et en bas détail des Mosaïques de l'abside et de l'arc triomphal
 photo du bas Mosaïque rotonde et croisée des transepts
photo du bas Sainte Thérèse de l'enfant Jésus



ci dessus, une chapelle

ci dessus:
Statue de St Joseph et de l'enfant Jésus

maintenant, je vous montre une photo que j'ai prise sur internet car avec le monde qu'il y'a autour, impossible de prendre une bonne photo.
c'est la Chapelle du carmel : Chasse de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus de la Sainte Face. je n'avais jamais vu autant de monde agglutiné au même endroit dans une église. Beaucoup de personnes restaient la pendant un bon moment avec la main sur un coin pour faire leur prière ou demande.


Je vous emmène a la crypte :
On accède à la crypte de part et d'autre du grand perron par des escaliers situés sous les cloîtres latéraux.
Terminée en 1932, elle évoque le secret de la vie spirituelle de Thérèse. Longue de 50 m et large de 30 m, elle est décorée de marbre et de mosaïques, œuvre de Jean Gaudin, dans le style de l'Exposition des Arts Décoratifs de 1925. En 1958, les mosaïques sont complétées par des scènes qui représentent les moments importants de la vie de sainte Thérèse : baptême, première communion, guérison miraculeuse, engagement dans la vie religieuse, décès. La crypte de la basilique détient, depuis 2008, la châsse des saints Louis et Zélie Martin, parents de sainte Thérèse




de haut en bas, photo du haut : vue d'ensemble de la crypte.
photo du milieu: Statue de Ste Thérèse de l'Enfant Jésus de la Sainte Face surmontant le maître-autel. Derrière, une mosaïque montre des anges qui lui tendent des corbeilles de fleurs
photo du bas: même photo que précédemment mais prise avec une lumière différente.


je vous montre maintenant le carmel de Lisieux . Sur ses deux photos, vue de la statue de de Ste Thérèse a genoux et vu de la façade du carmel 
 
voici a présent des photos des arcades


Pour terminer cette visite de la basilique, je vous met quelques photos de la basilique vue de l'extérieur



photo du haut vue arrière de la basilique. photo du bas ,Autel surmonté du calvaire monumental
 

Sur cette dernière photo, vous pouvez voir la tombe des parents de Ste Thérèse de Lisieux: Louis et Zélie Martin

Pour conclure cette visite, je vous met quelques renseignements pour venir visiter a l'occasion cette superbe basilique, haut lieu de pèlerinage

Adresse : Avenue Sainte-Thérèse 14100 LISIEUX
Téléphone : 02 31 48 55 08


 

 
 

OuvertureHorairesComplément
Du 01/01/2018 au 31/03/2018de 09h00 à 17h30Jusqu'au 31 Mars : tous les jours de 9h00 à 17h30
Du 01/04/2018 au 31/10/2018de 09h00 à 19h30Avril à Octobre : tous les jours de 9h00 à 19h30
Du 01/11/2018 au 31/12/2018


C'est avec ses renseignements que se termine cette chronique de c'est dimanche, on visite. Je vous dis au mois prochain pour un nouveau voyage !!
de 09h00 à 17h30A partir du 1er Novembre : tous les jours de 9h00 à 17h30


 

samedi 29 septembre 2018

Damné, tome 1: l'héritage des cathares de Hervé Gagnon

RESUME: Dès sa naissance, en l’an 1185, le fils du seigneur de Rossal est différent des autres. Entré en ce monde le visage voilé, le jeune Gondemar ne vivra que parce que la succession de la seigneurie l’exige. Objet de la méfiance superstitieuse des serfs, il trouvera refuge auprès du père Prelou et de Pernelle, sa seule amie. Mais Gondemar n’est pas né pour le bonheur. La solitude doit être son lot.

L’année de ses quatorze ans, Gondemar fait la connaissance de Bertrand de Montbard, templier défroqué, engagé comme maître d’armes afin de protéger Rossal. Avec le temps, l’adolescent verra en Montbard le père puissant qu’il n’a jamais eu. Après un entraînement qui frise la cruauté, le futur seigneur devient un guerrier redoutable. Jusqu’au jour où il est assassiné.

Ironiquement, c’est à cet instant que s’amorce la vraie destinée de Gondemar de Rossal. Ramené d’entre les morts après un séjour en enfer, il a désormais pour mission de protéger la Vérité, dont il ne connaît ni la nature ni l’emplacement. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il doit suivre la route du Sud et qu’il doit mener cette quête afin de trouver le salut de son âme. Sur son chemin, cathares, templiers et croisés se succèderont.

Et cette Vérité qu’il doit sauvegarder lui dévoilera un pan méconnu de l’histoire.

MON AVIS: De cet auteur, je connaissais Maléfica! Si les deux premiers tomes m'avaient bien plu, le dernier m'a laissé un gout amère et un peu une répétition. Pour beaucoup, Damné est bien au dessus et j'ai eu envie de faire confiance a mes copinautes que je suis régulièrement.
On plonge dans ce moyen âge ou les détails sont si bien respecté que l'on se croirait dans cette France de Philippe auguste. J'aime beaucoup cette période, plus que je ne l'aurais cru. Je l'ai découvert avec les livres de Jean d'Aillon et sa série Guilhem d'Ussel qui se passe a la même période d'ailleurs
Bref, tout commence avec la naissance de Gondemar, fils d'un seigneur qui habite un village. Le pauvre nait avec une malédiction: il nait "voilé" et cela suivant les croyances de l'époque porte malheur! Pendant son enfance, il emmagasine cette cruauté contre lui qui lui vaudra de devenir a son tour un être cruel et dépourvu d'humanité comme on l'a été avec lui.
Sa rencontre avec Bertrand de Montbard aurait pu changer la donne et faire de lui quelqu'un de respectable. Voila pour la première partie de cet aventure sur l'enfance et la jeunesse de Gondemar. Elle est essentiel pour la suite et la compréhension du personnage et savoir pourquoi il lui arrive ce qui lui arrive par la suite.
La 2e partie parle plus de sa résurrection (je ne spolie pas, tout est hélas dans le résumé qui en dévoile trop a mon avis). Et elle prend un tour un peu plus fantastique qui donne une petite touche sympathique a l'histoire.
Vous dire que j'ai aimé ce livre serait en dessous de la vérité! J'ai eu un véritable coup de cœur pour cette histoire. J'aime beaucoup cette période de l'histoire comme je vous l'ai déjà dis au dessus. Le style de l'auteur et les détails qu'il nous distille au fil des pages, nous plonge au cœur des villages de paysanneries, de la rudesse de leur vie, des soldats qui se croient tout permis dans ses villages et n'hésitent pas a imposer la terreur font que l'on se croirait a coté de ses villageois.
J'ai bien aimé les personnages, même si Gondemar est très cruel a un moment, il cherche a se racheter par la suite. Bertrand de Montbard, maitre d'arme qui fait très bourru mais cache un grand cœur et sa relation avec Gondemar est tinté de respect et fait un peu pensé a un père et son fils. C'est mon personnage favori de cette histoire. Il y'a aussi Pernelle qui nous parait fragile au début mais que les épreuves qu'elle va vivre va rendre plus forte.
Ce livre est tout de même très dur, car l'histoire est parfois cruelle au vu de l'époque dans lequel elle est situé. Mais elle garde une certaine justesse et on passe par toute sorte de phase d'émotions au fur et a mesure de la lecture avec des moments de joies, de colère, de tristesse qui nous prennent tour a tour. Un livre riche qui laisse présager une suite qui j'espère sera aussi bonne. Heureusement, je l'ai sous la main...

lundi 10 septembre 2018

Rodolphe et les secrets de Mayerling de Jean des Cars

RESUME: C'est l'une des plus célèbres énigmes de l'Histoire. A l'aube du 30 janvier 1889, le corps de l'héritier d'Autriche-Hongrie, unique fils de François-Joseph et de Sissi, est retrouvé dans sa chambre du pavillon de chasse de Mayerling, aux environs de Vienne. Immédiatement les plus folles rumeurs circulent.
On évoque, à mots couverts, la présence d'un deuxième corps, celui d'une jeune fille de dix-sept ans, Mary Vetsera. Laborieusement, une thèse officielle est défendue : l'archiduc, amoureux fou de Mary, ne pouvant l'épouser puisqu'il est marié à Stéphanie, fille du roi des Belges, a tué sa maîtresse avant de se suicider. Toutefois, certains contemporains haut placés et des journalistes insinuent ou déclarent que Rodolphe a été assassiné et que l'amour ne serait pas le mobile du drame. La loi du silence est imposée.
En 1982, l'impératrice et reine Zita, dernière souverains d'Autriche-Hongrie, livre à Jean des Cars des révélations spectaculaires. Sa conviction est que Rodolphe a été victime d'un complot politique impliquant les puissances européennes! L'exhumation de la dépouille de Mary Vetsera prouve qu'elle n'a pas été tuée de la manière prétendue... Dès lors la vérité obligée est moins évidente et les certitudes fragilisées.
A la lumière d'une contre-enquête passionnante comme un roman policier, Jean des Cars nous fait réfléchir. Son livre est le portrait, riche de révélations, d'un prince intelligent et cultivé.

MON AVIS: Ah Jean des Cars, j'adore cet auteur! J'ai lu beaucoup de livres de lui et a chaque fois, je me régale. Celui ci n'échappe pas a la règle.
Pourtant, c'est un livre bien complexe que je vous propose aujourd'hui. Complexe, pourquoi? Par beaucoup de chose.. déjà la complexité vient de l'affaire en elle même. Un archiduc qui se suicide par amour avec sa dulcinée, c'est une affaire retentissante qui a fait couler apparemment beaucoup d'encre a l'époque. mais quand cet archiduc est le fils de François Joseph et de l'impératrice Sissi, qu'il est l'unique héritier du trône de l'Autriche Hongrie , vous comprendrez pourquoi je vous parle de complexité. De plus, tout a été plus ou moins dit sur cette affaire, mais au final pas grand chose en ai sortie, a part que la certitude est faite: il c'est suicidé!
Dans ce livre, l'auteur ne se contente pas de retracer cet affaire. il part du début, c'est a dire au mariage de ses parents. Clair, concis, l'auteur fait un formidable travail d'historien. Il ne prend pas partie, il retrace les faits, rapporte les témoignages de l'époque, relève toute les incompréhensions de cette histoire. Un travail de fourmi mais qui nous permet de nous forger finalement notre propre avis. Que c'est il passer ce jour la a Mayerling. Au vue des faits qui sont exposé et que l'auteur relate avec brio, la thèse du suicide est plus que bancale.
On peut conclure sans risque de se tromper, c'est que la personnalité de Rodolphe devait en déranger plus d'un. C'est un électron libre comme l'était sa mère la célèbre Sissi. En lisant ce livre, j'ai plutôt l'impression qu'il dérangeait par ses mœurs: dépression, sous médicament a cause de douleur, aimant les femmes etc.. 
Le style de l'auteur est très prenant et on assiste a une formidable enquête ou tous les points sont soulever. On pourrait s'y perdre avec toute les personnes évoquer, les dates, les lieux etc.,, mais la synthèse que fait l'auteur, sa façon de relater l'ensemble de la vie de Rodolphe que cela passe sans problème et en fait un livre vraiment passionnant. Je vous laisse juge et d'avoir votre propre avis sur ce "suicide". Pour moi, bien avant de lire ce livre, je m'étais fais ma propre conviction. Et en lisant cette œuvre, mon opinion est forgé. A vous de voir ...Mais un conseil, lisez le

samedi 8 septembre 2018

Sang famille de Michel Bussi

RESUME: C’est aussi pour cela que je suis retourné cet été d’août 2000 à Mornesey, la petite île anglo-normande au large de Granville où j’ai passé les premières années de ma vie.

C’est alors que tout à basculé dans la folie.

Quel rapport entre mon histoire et l’évasion de deux prisonniers lors d’un transfert vers le centre de détentin, semant la panique sur Mornesey au coeur de la saison touristique ?

Dois-je croire les légendes de l’île ? Mornesey serait peuplée de bagnards et de leurs descendants… Un trésor légendaire, la Folie-Mazarin, dormirait dans le labyrinthe de souterrains creusés sous l’île.

A qui puis-je faire confiance ?

Peut-on voler la mémoire d’un enfant de 6 ans ?

Pourquoi suis-je le seul sur l’île de Mornesey à avoir reconnu mon père ? Vivant !

MON AVIS: Prêté par une collègue, j'avais hâte de me relire un Bussi. J'admire beaucoup cet auteur qui nous entraine dans son sillage au point que l'on reste scotché du début a la fin.
On suit donc Colin dans sa quête d'aventure a la recherche de ses souvenirs, de son père et de son passé. J'avoue que ce livre ne m'a pas passionné plus que ça, moi qui suit plutôt fan d'habitude. Bon il faut dire que ce livre n'est pas exactement une nouveauté, mais apparemment le premier qu'il a écrit lorsqu'il était jeune. Bien avant gravé dans le sable.
L'histoire en elle même n'est pas mal, mais les personnages ne m'ont pas pris au tripes, si je puis dire. Colin m'a paru un peu naïf, prêt a se jeter dans l'aventure sans se méfier. Bon il a des excuses! Mais de la a croire n'importe qui.. Bref, sinon l'ambiance de l'ile, les décors sont assez crédible et bien ficelé malgré qu'apparemment, cette ile soit tout droit sortie de l'imagination de l'auteur. La je trouve que c'est très bien rendu.
Arrivons a l'intrigue en elle même. Celle ci aussi est très plausible et n'est pas dénué d'intérêt. Il y'a dans cette chasse au trésors un petit coté Indiana Jones que j'ai apprécié, avec moult rebondissement et suspens qui tient en haleine.
On cherche en compagnie de Colin et les nombreux rebondissements apporte une petite touche sympathique a l'histoire. J'avoue que si je n'ai pas aimer plus que ça, j'ai vite dévoré les 100 dernières pages, car cela était un peu plus intéressant et j'avais hâte de connaitre l'écheveaux de se canevas ! Alors qu'est ce qui ne m'a pas plu dans ce livre, me direz vous. Ce petit coté qui fait que dés qu'on ouvre un livre de Bussi, il nous happe et on a du mal a en sortir pour se reconnecter dans notre monde, sensation que j'ai eu dans nymphéa noir, n'oublier jamais, gravé dans le sable.... et puis comme je l'ai dis plus haut, je n'ai pas été charmer par les personnages que ce soit Colin, ses amis, ou Casanova . De plus, il y'a une certaine lenteur avec a mon sens quelque passage qui n'apporte pas grand chose.
En conclusion, un bon livre malgré tout, avec une bonne intrigue, du suspens mais un petit manque de quelque chose, pour faire de cette histoire , un livre culte comme Bussi sait si bien nous les faire..
ce livre a été lu dans le cadre du challenge de la licorne

dimanche 2 septembre 2018

Etouffées, Quand la Justice enterre les affaires de Karl Zero

RESUME: Karl Zéro aborde ici des affaires criminelles, qui ont défrayé la chronique, et sur lesquelles il dit son intime conviction. Le calvaire de Lydia Gouardo Jersey, l'orphelinat de la honte Le Karrek Ven, l'école en bateau La secte des béatitudes L'ordre du Temple solaire Le tortionnaire de l'Yonne Point commun entre ces affaires : l'enquête a dysfonctionné. Du fait de ses errements, les coupables ont été ignorés ou relâchés. Il a fallu des années afin que les coupables soient identifiés. Quand ils l'ont été... Arpentant les lieux des crimes, fouillant les zones d'ombre, ne se laissant jamais prendre au jeu des apparences, Karl Zéro s'intéresse aux faits, rencontre les témoins clé et pose les bonnes questions. Les réponses qu'il apporte, avec précision et exigence, ne cessent de passionner le grand public.

MON AVIS: Et voila, j'ai finis la série de livre de Karl Zéro sur des affaires judiciaire qui ont défrayé la chronique. Dans cet opus, il parle d'affaire qui n'ont pas été traité comme elles auraient du. En gros, la police n'a a priori pas fait son boulot correctement.
L'auteur nous livre son avis, ses propres recherches et ce qu'il trouve est vraiment troublant. On peut se demander ce que fait la police pour que toute ses histoires soit enterré de la sorte! Karl Zéro apporte un éclairage neuf et sonde des mystères en posant les bonne questions.
Pourquoi en premier lieu, l'enquête a dysfonctionné? L'auteur nous passionne avec son franc parler, sa façon d'écrire et de nous embarquer dans ses histoires avec sa manière bien a lui de nous expliquer le pourquoi du comment. J'ai beaucoup aimé ce livre comme les deux autres que j'avais autant dévoré que celui ci.
Bien sur on pourrait se dire que c'est facile de critiquer  des enquêteurs, mais on peut se demander en lisant les différentes enquêtes qu'est ce qui c'est passer et est ce que les policiers ont fait leur travail efficacement. Honnêtement, en lisant ce livre le doute s'insinue !
Un livre qui par le talent de l'auteur et qui a su imposer son style percutant et novateur dans la rédaction des faits divers. C'est travaillé, fouillé sans tomber dans le voyeurisme de bas étage avec une touche d'humanisme. Que demandez de plus?