samedi 23 janvier 2021

Pax Déorum, tome 2: La voix des dieux de Cédric Plouvier

                             SERVICE PRESSE

 RESUME: Dans Rome et à sa périphérie, des évènements étranges se multiplient et semblent impliquer les dieux. De plus en plus de Romains en sont témoins et ne savent pas comment interpréter ces phénomènes et réagir face à eux. Les autorités mènent leur enquête jusque dans les campagnes environnantes, alors que la criminalité augmente et que la plèbe gronde face au manque de considération politique du Sénat. Dans le Latium, les tensions croissantes avec les autres peuples et cités accentuent toujours plus la pression sur la Ville.

Dans cette situation, le siège de Véies, le dernier grand obstacle à la conquête du Latium, se transforme en véritable enjeu politique et religieux, au sein duquel l’aristocratie patricienne au pouvoir ne présente guère de front uni. Pour accélérer la résolution du conflit, des membres de plusieurs grandes maisons romaines décident alors de tenter un coup d’éclat en rencontrant le souverain de la cité ennemie pour lui proposer un arrangement, sans avoir consulté au préalable le Sénat. Ils se rendent ainsi en ambassade chez les Véiens sans mesurer le risque inconsidéré qu’ils ont pris : sont-ils tombés dans un piège sans le savoir ? Rome va-t-elle comprendre la nature du danger qui pèse sur elle ?

MON AVIS: Après avoir lu le tome 1 il n'y a pas si longtemps que ça, j'ai accepté de lire ce tome 2. Celui-ci reprend là où c'était fini le tome 1 qui nous laissait sur notre faim. 
Si certaines questions que j'avais dans le tome 1 ont trouvé des réponses, les autres questions sont toujours nébuleuses.
Pourtant dans celui-ci, il se passe plus de choses par rapport au tome 1 qui était clairement un tome d'introduction. La situation évolue, mais on se demande encore où tout cela va nous mener.
Ce tome ci est finalement meilleur que le premier, car il y a plus d'action, plus d'interaction et on commence à bien évaluer tous ses personnages. ( j'avoue que je m'y perds toujours dans les différents noms) .
Bien que j'aie pris l'habitude, après avoir lu le tome 1, je suis subjugué par le fait que l'auteur nous immerge complètement dans cette Rome antique. Il n'y a pas à dire, on s'y croirait. J'ai vraiment eu l'impression de déambuler dans les rues de la ville, de rentrer dans les habitations des patriciens, de travailler aux côtés des esclaves. 
L'auteur a vraiment du faire un énorme travail de recherche pour arriver à reproduire cette exactitude historique avec autant de détails.
Ce qui peut nous perdre si on ne fait pas attention c'est toute cette galerie de personnages qui ont des noms assez jumelés. Chaque chapitre (au demeurant très court), montre un nouveau personnage que l'on finit par retrouver quatre chapitres plus loin et on saute pendant notre lecture d'un personnage à l'autre et cela peut aussi nous faire perdre le fil.
On a l'impression de suivre plusieurs angles de vue avec des histoires différentes qui finissent par trouver un lien avec de nombreux personnages qui évoluent selon un schéma bien précis.
En parlant des personnages, si dans le tome 1, aucun n'avait particulièrement attiré mon attention, il n'en va pas de même dans le tome 2, ou le personnage de Ferus, m'a quelque peu intrigué, car je l'ai trouvé bien mystérieux. J'ai hâte d'en savoir plus sur lui! 
Je ne sais pas si c'est moi qui fus plus attentive dans ce tome 2, mais j'ai eu l'impression que les personnages avaient gagné en épaisseur et que les femmes sont un peu plus mises en avant.
Cette plongée dans cette Rome antique ou on pourrait presque entendre les voix et les bruits de la rue pendant notre lecture, m'a encore une fois beaucoup plu et je suis ravie d'avoir découvert cette série qui nous emmène pour un voyage dans le temps et nous plonge dans la vie des Romains au temps de l'antiquité avec leur tradition, leur vie et leur croyance. Un dernier mot enfin, pour reparler de cette couverture que je trouve encore une fois magnifique faite comme un papyrus avec la silhouette de la louve qui allaite Romulus et Remus et qui, si mes souvenirs sont bon est l'emblème de la ville.


je remercie l'auteur Cedric Plouvier pour m'avoir renouveler sa confiance et m'a permis de lire ce tome 2


samedi 9 janvier 2021

L'évangile selon Jacques Lucas de Cyrille Audebert

                               SERVICE PRESSE 

RESUME: "Jusqu’à ce jour, j’avais une idée assez précise de ce que pouvait être le bonheur : un appart dans un quartier chic, des toiles vendues à prix d’or avant même d'avoir été peintes, et Mélodie... Mélodie, le modèle que je rêvais depuis toujours de serrer dans mes bras, et qui venait de me rouler la pelle de ma vie…


Ouais, c’était sûrement ça, le bonheur.

Y avait bien cette « Ombre » au tableau, celle qui avait entrepris de nettoyer la ville de ses clochards d’origine maghrébine, mais c’était tellement loin d’ici, dans les rues sombres…

Et puis, ce matin-là, en rentrant, j’ai trouvé cet attroupement devant mon immeuble, et tous ces flics chez moi, à l’étage… C’est là que le cauchemar a commencé, et que les souvenirs de ma vie d’avant ont refait surface.

Et si l’assassin, c’était tout simplement moi, David Huxley…"

MON AVIS:  Après avoir lu l'excellent un temps de chien, je ne pouvais pas passer à côté du 1er "tome" qui relate les aventures de Jacques Lucas. Et quelles aventures !!  
Celui-ci me tentait depuis un moment et je suis ravie que l'auteur m'aie renouvelé sa confiance .
En matière de polar, l'auteur est un véritable ovni et inutile de dire que je me suis régalé. Tout est fait pour nous embrouiller et on peut dire que l'auteur y arrive sans souci. Je me suis fait trimballer jusqu'à la fin et c'est grandiose. Pendant toute ma lecture, je me suis posé des questions sur l'identité de ce tueur de SDF et les détails que l'auteur s'autorisait à nous dévoiler, me mettait sur une piste et j'en ai été pour mes frais à la fin, car cette fin, je ne l'ai pas vu venir et j'ai adoré ça !
En effet, rien de plus énervant dans un livre de ce style, de trouver rapidement et trop facilement, le dénouement de l'histoire. 
Ici, bien malin celui qui arrive à démêler cette toile d'araignée.
On fait donc connaissance de David Huxley (ou on redécouvre pour moi, ayant lu le 2e tome avant celui ci ), héros et narrateur de l'histoire. David, peintre de son état, habite dans un immeuble plutôt étrange avec moult de passage secret. 
Des meurtres sont perpétrés sur des SDF et cela aurait pu n'avoir aucune incidence sur sa vie, jusqu'au jour où un cadavre est découvert dans son grenier. Dans la ligne de mire de la police à cause de son passé trouble, David va devoir découvrir l'identité du tueur pour prouver son innocence. 
Il n'y a pas à dire, l'auteur n'y est pas allé de main morte pour cet excellent polar. On a tous les ingrédients qui en font un bon bouquin, même si, c'est une enquête "classique". 
Cyrille maitrise à fond son sujet et une fois embarqué dans un de ses livres, impossible de le lâcher avant d'avoir tourné la dernière page.
J'ai été plus que ravie de pouvoir découvrir le début des liens qui unissait les différents héros de l'auteur, à savoir Margot, Octave, David et bien entendu Jacques Lucas qui est un personnage à lui tout seul. Qu'est-ce que j'ai aimé ses reparties ! Même si tous les personnages qui jalonnent ce récit sont bien campés . Le style est cohérent, tout est bien tourné et le rythme haletant, fait que ce livre se lit extrêmement vite (deux jours pour moi) .
En conclusion, un polar immersif qui s'explique par le fait que l'auteur nous met dans une incertitude face au dénouement, qu'il nous pousse à chercher et à explorer toutes les pistes qu'il nous donne, mais en brouillant volontairement les cartes, des personnages jouissifs, des dialogues truculent. Que demandez de plus pour passer un excellent moment de lecture? Il n'y a plus qu'une chose à faire, le 
lire !
je remercie l'auteur, Cyrille Audebert, de m'avoir renouveler sa confiance et m'avoir permit de découvrir ce livre

jeudi 31 décembre 2020

Pot-bouille de Emile Zola

RESUME: " Ils restaient, la main dans la main, face à face, sans pouvoir détourner les yeux ; et leurs mains se glaçaient, et leurs yeux s'avouaient l'ordure de leur liaison, l'infirmité des maîtres étalée dans la haine de la domesticité. C'était ça leurs amours, cette fornication sous une pluie battante de viande gâtée et de légumes aigres! "


MON AVIS:  Je poursuis tranquillement ma découverte de la série des Rougon Macquart, l'œuvre d'Emile Zola. Celui-ci a été lu en LC sur Livraddict avec quelques copinautes. Pour pouvoir y participer, j'ai donc sauter deux tomes (une page d'amour et Nana) que je vais lire ensuite. Mais cela n'a aucunement gêné ma lecture. 
Lorsque j'ai commencé ma lecture, dés le premier chapitre, lors de la description des personnages et de l'immeuble, j'avais une image qui m'est venu en tête. C'est celle de l'émission laissez vous guider avec Stéphane Bern et Lorant Deutsch où ils parlent du Paris 
Haussmannien. Une séquence montre un des immeubles à cette époque en image de synthèse. Et on peut voir que plus on avance dans les étages et plus le statut social diminue. C'est tout à fait ça dans pot-bouille ! 

Bien que le sujet se veut assez léger, on peut remarquer qu'il y a quand même une certaine noirceur dans les personnages qui sont décortiqué pour nous montrer toute leur facette et leurs pires défauts et le côté immoral que peut avoir l'être humain. Zola n'épargne rien ni personne, que ce soit le bon bourgeois que l'on pourrait imaginer tout lisse et les servantes qui finalement ne valent pas mieux. Chacun en prend pour son grade !

Dans ce tome, aucun n'est vraiment un personnage central, mais c'est plutôt toute une galerie de personnage qui est plus ou moins mise en avant. Par moments, j'ai eu l'impression d'assister à une pièce de théâtre de boulevard, comme l'émission qui passait à la télévision "au théâtre ce soir". Avec ses personnages qui gravitent sur la scène, quelques moments burlesques, ses claquements de porte et autre sortie mémorable.
Pour ce qui est des personnages, citons Mme Josserand, caricature de la bourgeoise ridicule qui veut à tout prix parader dans son salon et briller à ses réunions dans l'espoir de marier ses filles. Son mari, pauvre homme qui pour sa femme, fait plutôt office de meuble, tant il est en retrait. N'oublions pas et surtout sa deuxième fille Berthe, que j'appréciais au début, mais qui finit par ressembler tant à sa mère que l'on avait l'impression de regarder un miroir. 
Et Octave Mouret, qui, je pensais au début qu'il serait le héros de cette histoire, mais qui fut finalement un maillon de la chaîne, sans être un personnage central et sera victime de ses idées de grandeur en pensant que n'importe quelle femme va lui tomber dans les bras. Cette attitude m'a d'ailleurs bien surprise, car ayant lu au bonheur des dames, je ne me souvenais pas qu'il était comme ça. Mais sa façon de faire m'a beaucoup irrité.
Que dire de ce livre à part que j'ai beaucoup aimé, alors que finalement, il ne se passe rien de bien important, si ce n'est la vie et les travers de ses personnages, qui brille surtout pour leur côté ridicule dans leur façon de faire. Pourtant, je l'ai aimé celui-ci et je n'ai pas eu comme dans certains tomes précédent, des passages qui m'emballait moins. Zola prouve encore son génie dans sa manière de décrire aussi bien la bourgeoisie que le petit peuple en dénonçant les travers de la société et s'en sort encore une fois avec brio. 



ce livre a été lu dans le cadre du challenge des Rougon- Macquart de Mypianocanta


mercredi 30 décembre 2020

Les cathédrales du vide de Henri Loevenbruck

 RESUME: Sous couvert de protection de l'environnement, une organisation internationale met la main sur plusieurs régions du globe. Leur motif réel ? Un secret enfoui dans le cœur de la terre depuis la nuit des temps. Alerté par une série de disparitions étranges, Ari Mackenzie, pourtant retiré des Renseignements généraux, décide de mener l'enquête. Se pourrait-il qu'il y ait un lien entre les recherches clandestines de cette multinationale et les découvertes de l'alchimiste Nicolas Flamel ? Malgré lui, le commandant Mackenzie est à nouveau confronté à une affaire singulière. La plus dangereuse de sa carrière, sans doute. La dernière, peut-être.


MON AVIS:  Après l'excellent 1er opus le rasoir d'Ockham dont j'ai déjà fait la chronique, j'ai lu la suite des aventures de Ari Mc Kenzie. 
Encore une fois, l'auteur a bien mené sa barque, car j'ai été embarqué dans sa croisière pendant tout le livre. Cette histoire mélange un côté ésotérique et un côté un peu écologique qui n'est pas dépourvu de sens pour peu que l'on s'y arrête deux secondes. 
On retrouve Ari dans cette nouvelle histoire en bien mauvaise posture : j'avoue que je ne m'y attendais pas, vu comment fini le tome 1. Je pensais que l'histoire allait démarrer juste après la fin du tome 1, du coup, cela m'a un peu déstabiliser. Je me suis même demander si je n'avais pas oublié des passages, ou si mon livre avait un manque. Mais après quelques pages, j'ai été rassuré. On retrouve donc notre héros tout seul avec une grosse déprime, voir même plutôt une dépression. Il enchaîne les arrêts maladie, Lola l'a quitté, car il n'arrive pas à s'engager et l'enquête qu'il menait dans le précédent opus a été classé secret défense sur ordre du ministère. Tout pour avoir la joie !

Mais le voilà embarqué un peu malgré lui tout d'abord mais l'agent qui sommeille en lu réveille ses instincts ensuite dans une nouvelle enquête sans temps mort.  

Comme d'habitude dans les livres de Henri loevenbruck, j'ai été littéralement happé dans l'histoire, en totale immersion. Un livre qui se lit en apnée, car c'est extrêmement prenant avec une écriture très addictive. On voyage autour du monde, nous avons de nombreuses explications sur différents sujets tel que sur les organisations secrètes et sur la géopolitique qui peut paraître barbant pour les néophytes, mais qui, sous la plume de l'auteur se lisent tout seul. 

De plus, les personnages sont toujours aussi attachants tels qu' Ari bien sûr, mais aussi Zalewski, qui m'avait fait me poser pas mal de questions dans le tome 1 et que j'ai encore plus apprécié dans celui ci. 

Les intrigues y sont nombreuse et on ne s'ennuie pas une seconde pourvu que l'on aime ce genre de lecture. 
De plus, la fin se termine de tel façon avec de nombreuses questions qu'il va falloir que, sans tarder, je dévore le tome 3 .


dimanche 27 décembre 2020

Germaine Lacrevure de Alizée Villemin

                                 SERVICE PRESSE


RESUME: Germaine Lacrevure, sorcière des marais, était… Eh bien, une femme de caractère, comme on dit avec politesse pour ne pas se faire épiler le fondement sans anesthésie.


Un beau jour, Rodrik, brave gars du village, vient trouver refuge dans sa vieille cabane.
Ensemble, seront-ils triompher du perfide Ybiscus de la Kapuche 

MON AVIS:  En commençant ce livre, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre, mais comme en littérature, je suis assez curieuse et que j'aime bien découvrir de nouveaux auteurs, je me suis lancé dedans. 
En le démarrant, j'ai appris que l'auteure l'a écrit sous la contrainte de l'inktober (ou textober). C'est un défi qui consiste à écrire avec un mot imposé par jour. J'avoue que je ne connaissais pas du tout ce procédé. Une liste de mots a été insérée en début d'ouvrage pour nous faire connaitre les mots imposés. Et on peut dire que la mayonnaise a bien pris, car c'est délirant. Que ce soit Germaine décrite d'une telle façon qu'on peut sans peine se l'imaginer. (Personnellement, elle m'a fait penser à la sorcière de la rue Mouffetard, la méchanceté en moins),  à Rodrik un brave gars qui va chercher de l'aide auprès de cette sorcière qui vit au milieu des marais en compagnie d' Ebregésile son crapaud, ou Ursule son araignée. 

Le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est une lecture sans prise de tête! C'est léger, décalé et j'ai beaucoup rit avec les répliques de Germaine. Elle a une façon de gérer les situations d'une manière assez rocambolesque.
Les chapitres sont courts , ce qui permet de l'avancer très rapidement et on a envie de savoir comment Rodrik et Germaine vont s'en sortir. 
Il n'y a pas à dire, c'est du vrai feel good! J'avoue que je ne lis pas beaucoup de ce genre, mais en cherchant la définition du terme, on peut dire qu'il correspond tout à fait au livre. "Livre qui fait du bien au moral".
Et on peut dire qu'il en fait du bien, c'est drôle, déjanté, complètement farfelu, mais ça fonctionne et c'est le principal. 

Merci à l'auteure pour m'avoir fait découvrir son livre et pour sa confiance. 

dimanche 20 décembre 2020

Miss Peregrine et les enfants particuliers, tome 3 : La bibliothèque des âmes de Ransom Riggs

 RESUME: Dans le Londres d'aujourd'hui, Jacob Portman et Emma Bloom se lancent à la recherche de leurs amis enlevés par les Estres. Ils retrouvent leur trace grâce au flair aiguisé d'Addison, l'illustre chien particulier doué de parole. Bientôt, au bord de la Tamise, ils font la connaissance de Sharon, un géant bourru qui, moyennant une pièce d'or, propose de leur faire traverser le fleuve. Ils rejoignent ainsi l'Arpent du Diable, une boucle temporelle à la réputation effroyable où séjournent les particuliers les moins recommandables, où pirates et malfaiteurs commettent leurs forfaits en toute impunité.

Jacob et Emma ne se sont pas trompés : l'ennemi a bien établi son QG dans l'Arpent, derrière les murs d'une forteresse imprenable...

MON AVIS: Entre la lecture du tome 2 et celui ci, il s'était écoulé un bon bout de temps. Pourtant, tout était encore assez frais dans ma tête pour me dire que j'allais passer encore un bon moment de lecture, faites de magie et de rêve comme cela avait été le cas pour les deux premiers tomes. 
Mais hélas cela n'a pas été le cas. Je m'explique : Après avoir adoré ses deux tomes qui m'ont plongé dans un émerveillement, je dois dire que là, j'ai été un peu déçue. Je n'ai pas retrouvé  ce qui m'avait plu dans les tomes précédent. L'histoire est assez longue et il ne se passe pas autant de choses que dans les deux autres. J'ai eu un peu l'impression que l'auteur ne savait pas trop quoi écrire.
Déjà, j'ai trouvé l'histoire un peu plate et il y a beaucoup trop de facilité sur le chemin qu'empreinte nos héros. Tout est trop simpliste et trop vite fait. Il ne se passe en vérité pas grand chose, si ce n'est que Jacob et Emma poursuivent leur quête pour libérer leurs amis.

Comme je l'ai dit, il y a pas mal de longueurs et certains passage qui n'apporte rien à l'histoire renforce le sentiment que j'ai éprouvé pendant une bonne partie de ma lecture.
De plus, j'ai trouvé que la fin n'était pas très convaincante et ne concluait pas cette histoire de manière originale. En vérité, je ne savais pas trop à quoi m'attendre, mais certainement pas à cette fin.
C'est dommage, car je partais super confiante et finalement, j'ai un avis mitigé.  Est ce que l'auteur ne savait pas trop comment conclure son histoire ou est ce que c'est moi qui suis redescendu de ma petite bulle et de mon enchantement, j'avoue que je ne sais pas. Il y a certains passages que j'ai quand même beaucoup aimé comme ceux avec le chien Addison qui apporte un petit côté comique à l'histoire. Pour être honnête, si j'ai été jusqu'au bout, c'est uniquement parce que je voulais voir comment finissait cette saga. 
Je ne veux retirer en rien le travail de l'auteur, car son idée était vraiment super originale et le fait d'intégrer des photos ancienne dans l'histoire apporte un petit côté surnaturel qui n'est pas déplaisant et se fonde à merveille dans le décor et s'explique parfaitement. 
En conclusion, un tome 3 qui n'était peut être pas nécessaire, un allongement du 2 aurait sans doute suffi pour conclure cette saga. Une chose est sûre,  je ne lirais pas les autres tomes qui sont depuis sortis.  



samedi 19 décembre 2020

L'Éveil de l'Ombre, tome 2 : La Relique de Tiphaine Levillain

                                    SERVICE PRESSE                          

RESUME: Cette fois-ci, Jill, Betty et Niklas savent enfin où se rendre pour empêcher l'Ombre d'arriver à ses fins : Salem. Malgré les récentes révélations sur les Filles de la Nature et la Lumière, le trio de chasseurs d'Ombre est plus fort et plus soudé que jamais. La course contre la montre se poursuit, alors que de nouveaux mensonges sont mis à jour et que l'Ombre les talonne de près. L'avenir de l'humanité n'a jamais été aussi proche de basculer dans les ténèbres... Des pluies sanglantes s'abattront-elles bientôt sur Terre ?


MON AVIS: C'est avec une grande impatience que j'attendais cette suite ! Aussi, lorsque j'ai vu qu'il était sur simplement pro, je n'ai pas hésité à envoyer une demande à l'auteure. 

Et quelle suite mes amis : l'auteure ne nous ménage sur aucun détail. Le premier mot qui me vient à l'esprit en parlant de ce tome 2, est évolution! Car pour en avoir, on peut dire qu'il y en a. Que ce soit au niveau des personnages, de l'intrigue, de l'atmosphère... 

Pour parler des personnages, j'avoue que sur certaines choses en rapport avec un personnage, j'avais un léger doute. Enfin, je me disais "pourvu qu'il n' y ai pas un truc de louche" et bang ! J'avais mis dans le mille. Bon même si je me posais des questions par moment, j'espérais que l'auteure ne soit pas aussi sadique que dans le tome 1. Sinon par rapport au tome précédent, Jill, Betty et Niklas ont beaucoup évolués et forment un vrai trio.

 Betty est plus sûre d'elle, moins effacée. Elle devient très courageuse et ne laisse plus les autres sur le devant de la scène, elle a pris "du galon"

Jill est obligée d'être en face-à-face avec elle même, car toutes ses croyances auxquelles elle tenait ont été balayé par des révélations.

Niklas est égal à lui même et fait un peu pilier du trio. Bien que toujours aussi mystérieux, il a un côté zen que j'apprécie.

Pour ce qui est de l'intrigue, l'auteure ne nous ménage pas de répit, et même si des moments sont plus calme que d'autre, j'ai été sous tension pendant les 3/4 de l'histoire, tant on a envie de connaitre la suite. J'ai fini le livre à bout de souffle, tant je retenais ma respiration, car on passe par des passages plus épique que d'autre. Nous avons en outre beaucoup de révélations sur différents sujet, tel que les filles de la nature et certaines questions que l'on pouvait se poser à la fin du tome 1 trouve ici une réponse, mais qui apportent d'autres interrogations.

L'atmosphère est aussi plus sombre (normal me direz vous, puisque c'est un combat contre l'ombre.) Mais le génie de l'auteure prend encore une fois tout son sens, tant elle arrive à nous embarquer facilement dans son monde. Je ne peux que dire encore une fois chapeau à l'auteure, car non seulement, elle arrive à nous tenir en haleine pendant toute notre lecture, mais en plus, elle réussit le pari de nous obliger à ronger notre frein pour attendre la suite, avec une fin de tome qui nous laisse à nos interrogations et m'a fait dire : "oh non ! Pas maintenant."

Je vais attendre donc le tome 3 qui s'annonce encore une fois grandiose ! 


Je remercie l'auteure pour sa confiance et pour m'avoir permis de découvrir cette suite tant attendue


samedi 5 décembre 2020

Pax Deorum, tome 1: Il était une fois, Rome de Cédric Plouvier

                              SERVICE PRESSE

RESUME: Début du IVe siècle avant J-C. Rome est en passe de dominer complètement le Latium, une région fertile du centre de l’Italie. Puissante, la ville bouillonne pourtant intérieurement. Les intrigues familiales et politiques au Sénat et dans les grandes maisons, les querelles d’ego, ainsi que les affaires sales dans les quartiers populaires aux mains des bandits, sont le lot quotidien de la Ville. Celle-ci est également confrontée aux menaces croissantes des peuples voisins, notamment étrusques, l’obligeant à mener des guerres continuelles. C’est ainsi que depuis plusieurs années Rome assiège la cité de Véies qu’elle ne parvient toujours pas à soumettre. A tout cela s’ajoutent d’étranges évènements qui se multiplient jusque dans les campagnes environnantes. Des phénomènes que personne ne parvient à interpréter et qui poussent les Romains à s’interroger sur leur destin. Est-ce un signe des dieux ? Ont-ils eut tort d’entreprendre leurs guerres ? De quelle nature est la menace qui pèse sur Rome ?


MON AVIS: Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu de roman historique de ce style. Je ne suis même pas sur d'en avoir lu d'ailleurs. Il faut dire que c'est un sacré morceau! L'auteur nous fait plonger dans la Rome antique et c'est une période que j'apprécie . Peut être pas autant que la Grèce et l'Egypte, mais j'aime bien. Au début, je dois dire que j'ai été un peu dérouté, car il faut retenir un grand nombre de personnages et j'avoue avoir été un peu perdu. De plus, le lisant en Ebook, je ne pouvais pas avoir accès au glossaire que l'auteur m'a envoyé en même temps à chaque fois que j'en avais besoin.
Comme c'est une saga sur 10 tomes séparés en deux cycles de 5, il est vrai que celui ci est plutôt un tome de présentation si j'ose dire. Ayant été prévenu, cela ne m'a pas dérangé, car j'ai beaucoup aimé me balader dans cette Rome antique, que finalement, je connais si peu.
L'auteur a su parfaitement recréer cette époque et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il a dû faire un énorme travail de recherche pour arriver à nous donner cette impression d'être en totale immersion à cette époque. Ce tome est bourré de détails qui peuvent paraitre indigeste mais, sont, je pense nécessaire pour la compréhension de l'histoire, mais aussi pour bien la placer dans le contexte. 

Une chose doit être dite, c'est que l'auteur décrit si bien toutes ses scènes que l'on a aucun mal à visualiser l'histoire, les personnages, les lieux, etc..

Un bon premier tome qui m'a beaucoup plu et que je suis ravie d'avoir lu. Une dernière chose, que je voudrais commenter, c'est la couverture du livre que je trouve magnifique. Bon, il est vrai que je l'ai lu en Ebook et que de ce fait, ce n'est pas le même rendu, mais visuellement parlant, j'ai eu l'impression de lire un vieux livre, trouver dans une bouquinerie, tellement le côté "vieux parchemins" fait un peu penser à un livre qui a trainé très longtemps sur une étagère avant d'être enfin lu.




Je remercie l'auteur, Cédric Plouvier pour m'avoir permis de découvrir son livre ainsi que pour sa confiance