samedi 4 juin 2022

Bourbon kid, tome 1: Le livre sans nom de Anonyme

 RESUME: Santa Mondega, une ville d'Amérique du Sud oubliée du reste du monde, où sommeillent de terribles secrets.

Un serial killer qui assassine ceux qui ont eu la malchance de lire un énigmatique livre sans nom. La seule victime encore vivante du tueur, qui, après cinq ans de coma, se réveille, amnésique. Deux flics très spéciaux, des barons du crime, des moines férus d'arts martiaux, une pierre précieuse à la valeur inestimable, un massacre dans un monastère isolé, quelques clins d'oeil à Seven et à The Ring, et voilà le thriller le plus rock'n'roll et le plus jubilatoire de l'année ! Diffusé anonymement sur Internet en 2007, cet ouvrage aussi original que réjouissant est vite devenu culte.
II a ensuite été publié en Angleterre puis aux Etats-Unis, où il connaît un succès fulgurant.

MON AVIS: Cela fait un bout de temps que j'avais entendu parler de ce livre. Mais il ne m'attirait pas plus que ça. Et puis, un jour, à Gibert Joseph, je me suis laissé tenté. D'ailleurs, un monsieur en parlait en disant que c'était un bouquin génial. Alors c'est parti, je l'ai ouvert grâce au choix de stellade pour le challenge du LPDA sur LA.
Au début, je ne savais pas à quoi m'attendre. Un meurtre est commit dans un bar par un type surnommé Bourbon kid car il boit un bourbon. Quand je dis un meurtre, c'est plutôt une fusillade, puisque tous les clients du bar passent l'arme à gauche.
Qui est ce type qui a l'air d'un meurtrier de masse et qui se fait oublier pendant cinq ans ?
Il faut dire qu'en matière de pourri, il n'a rien à envier à tous ceux qui jalonnent ce roman. On ne tendrait la main à aucun d'entre eux, tellement on sent qu'ils ont l'air aussi sympa que Cerbère, le chien à trois têtes, gardien des enfers .
Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y a de l'action et... des rafales de balles. Comme beaucoup de personnes qui l'ont lu, je trouve que c'est un livre très visuel. On se croirait dans un film, car on s'imagine sans soucis l'action au fur et à mesure de la lecture.
Quand on gratte un peu la surface, on peut se dire que la ville de santa mondega ressemble à une ville fantôme. Un peu comme si les habitants et la ville toute entière était coincé dans un monde parallèle . (Comment ça, j'ai trop regardé la 4e dimension ?) 
Ce livre n'est pourtant pas un thriller comme les autres. Déjà, si vous voulez du gore, vous allez être servie : car il y en a tout le long. Un petit aperçu ? Une scène ou il y a un des personnages qui est découvert mort pendu au plafond avec des couteaux. Sympa non ? Je vous arrête tout de suite, ce livre n'est pas un condensé de déballage de scènes trash. Mais il faut reconnaître que si vous souhaitez un petit polar pépère, ce n'est pas celui-ci qu'il faut choisir.
Pour donner une petite approche, vous allez découvrir dans ce livre un mélange de thriller, de western, de fantastique . Un mélange qui fonctionne étonnement bien et vous plonge dans un livre pas banal qui vaut le coup d'être lu.
De plus, les nombreux rebondissements sur la fin et les explications sur ce fameux livre sans nom, ne vous font pas regretter d'avoir lu ce livre jusqu'au bout. 
Un livre diablement efficace ! 


Merci stellade pour ce super choix. Ce livre a été lu dans le cadre du challenge de LPDA

samedi 28 mai 2022

Le tueur en face de moi de John Douglas

RESUME: À quoi reconnaît-on un esprit prédateur ? Qu'est-ce qui pousse un criminel à agir ? Naît-on avec des pulsions meurtrières ou sont-elles dues à des circonstances extérieures ? Que ressent-on avant le passage à l'acte ?

Après avoir étudié et interrogé pendant plus de 25 ans les plus grands tueurs en série, John Douglas est capable d'anticiper leurs gestes, voire de les pousser aux aveux.
Dans Le Tueur en face de moi, le très célèbre profileur du FBI dévoile ses méthodes au travers d'entretiens avec quatre des plus grands meurtriers de notre époque. En revenant sur ces affaires, il nous laisse entrevoir, au cœur du mal, l'être humain dans toute sa complexité.

MON AVIS: Je ne dois pas être net, car j'aime beaucoup ce genre de bouquin qui traite sur les tueurs en série. J'apprécie la façon qu'ont les profilers de se mettre dans leur tête et d'arriver à comprendre leur réaction, leur manière de procéder, de penser et dire à la fin comment il est: son âge, sa façon de vivre etc..

Je ne dis pas que j'éprouve une fascination pour eux, mais l'aspect psychologique est très intéressante.  Je ne cautionne évidemment pas ce que font ses gens, car ce sont vraiment des malades . Mais arrivé à comprendre leurs motivations et les pourquoi de tout ce mal a quelque chose de captivant.

Ce livre, comme tous les autres que j'ai lu de ses auteurs, est un excellent documentaire qui donne une base pour tenter de comprendre le plus vil être humain. 

Au travers de 4 entretiens, l'auteur nous dévoile ses méthodes d'interrogatoires et laisse entrevoir le loup. Pour certains qui se font passer pour fou, mais qui ont très bien compris comment fonctionne le système, à ceux qui ont réellement


une case de vide. Bien que je me demande, si pour agir de la sorte, il ne faut pas justement avoir un problème de réseau au cerveau. 


Comme pour ses précédents livres, les auteurs nous livrent un récit complet que j'ai beaucoup aimé. Un seul bémol cependant sur l'auteur lui même que je trouve un peu narcissique dans sa façon de se mettre perpétuellement en avant lorsqu'il raconte les faits. Ce besoin qu'il a de vouloir toujours être sur le devant de la scène, alors qu'il ne bossait pas tout seul, est un poil énervant. Je ne dis pas qu'il cherche à en retirer toute la gloire, car il évoque quand même beaucoup ses collègues. Mais la manière de dire toujours "moi je", agace un peu. Heureusement, cela n'enlève en rien la qualité du livre. Dommage que ses autres écrits ne sont pas traduits en français. 

vendredi 27 mai 2022

Le syndrome E de Franck Thilliez

 RESUME: Une affaire étrange bouleverse l'été de Lucie Hennebelle, lieutenant de police à Lille où elle vit avec ses jumelles. Un de ses ex-petits amis a perdu la vue en visionnant un court métrage acheté au fils d'un collectionneur décédé. Un film muet, anonyme, mais surtout, un film à la mise en scène malsaine et au scénario énigmatique. Au même moment, le commissaire Franck Sharko, ancien de la Criminelle et analyste comportemental à l'OCRVP (Office Central pour la Répression des Violences aux Personnes, Nanterre) suit un traitement par stimulations magnétiques au cerveau à cause d'une schizophrénie tenace. Il cède à l'appel du terrain à la demande de son supérieur et contre l'avis d'Eugénie, la petite fille imaginaire qui le suit depuis la mort de sa femme et de sa fille. Dans le Nord de la France, cinq corps d'hommes impossibles à identifier ont été retrouvés deux mètres sous terre. Mains coupées, dents et yeux arrachés, boîte crânienne tranchée, cerveau disparu, tous en état de décomposition avancé. Alors que Lucie découvre les horreurs que cache le film, un mystérieux Québécois l'informe par téléphone du lien ténu qui existe entre cette bobine et l'histoire des cinq corps. Une seule et même affaire grâce à laquelle Lucie et Sharko, si différents et pourtant si proches dans leur conception du métier, vont se rencontrer… Des bidonvilles du Caire aux orphelinats du Canada des années 1950, les deux équipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu baptisé le syndrome E. Un mal d'une réalité effrayante qui révèle que nous pourrions tous être capables du pire…


MON AVIS:  Ma première rencontre avec le personnage de Sharko était avec deuil de miel que j'avais bien aimé. Puis j'ai fait un bond en avant dans le futur de la saga, pour lire Angor, où j'ai retrouvé le personnage de Sharko en couple avec Lucie Hennebelle et jeunes parents de jumeaux. Bien que je n'aie pas eu de difficulté de compréhension, j'ai décidé de revenir plusieurs tomes en arrière pour assisté à leur 1ere rencontre et comprendre certains éléments de leurs vies. 
Pour moi, lire un livre de thilliez est un peu une roulette russe. Soit j'aime, soit je n'aime pas ! Je pense que ceux qui ne me plaisent pas, sont ceux qui se passent en huis clos. Je le trouve moins bon dans ceux-là. 

On retrouve donc Sharko toujours en prise avec sa schizophrénie, analyste comportemental et pour ma part, 1ere rencontre avec Lucie qui est lieutenant à Lille . Le point de départ de cette enquête est un mystérieux  film qui rend aveugle. On assiste également en parallèle à la découverte de cinq cadavres atrocement mutilés.
Il faut bien se douter que ses histoires vont se retrouver liées d'une façon ou d'une autre, comme l'indique le 4e de couverture. 

Dès le départ, le ton est donné. Les deux enquêtes sont suivies simultanément, alterné à chaque chapitre. L'intrigue très scientifique est fort intéressante, mais peut être difficile à comprendre. Mais pour ma part, je l'ai trouvé assez bien expliquer.

Ce roman a de nombreux points fort: l'intrigue extrêmement bien mené, nous prend aux tripes, le suspens est aussi bien maintenu . L'auteur nous livre une histoire fouillée, bien travaillée avec moult de détails savamment doser pour que cela ne paraisse pas indigeste. 

Toutes ses explications sur le cerveau donnent une touche de crédibilité à l'intrigue. Le scénario est impeccable et on suit l'histoire avec beaucoup de plaisir.
Deux petits bémols cependant qui, s'ils ne nuisent pas à la qualité de la lecture, peut gêner certains lecteurs tatillons. Tout d'abord, c'est le fait que le film est dévoilé un peu trop rapidement. Le deuxième point négatif est sur la fin, comme par magie, comme on voit dans les films, le héros tape dans sa main en se disant "bon sang, mais c'est bien sur" et le dénouement  s'accélère un peu trop rapidement. Tout est compris


par les protagonistes en une phrase. Cela ne gâche pas le plaisir de lecture, mais perd un peu en matière d'authenticité.

Encore une fois, le plaisir fut au rendez vous avec cette histoire extrêmement bien construite qui vous happe jusqu'au mot fin. C'est ce que j'aime avec les livres de thilliez. Sur cette série, chaque tome vous emmène dans les méandres du cerveau et où l'être humain est disséqué jusqu'au plus profond de lui même. Vu comment cela se termine, je vais vite attaquer la suite. 

dimanche 17 avril 2022

Signatures de Tom Clearlake

 RESUME: Margot Bellanger, psycho criminologue, se voit confier le dossier du meurtre sordide d’une femme, en région parisienne. Quelques jours plus tard, une autre victime est retrouvée morte dans la forêt de Sénart. Comme la première, son corps a été l’objet d’une mise en scène macabre.


Pour Margot et son équipe, le lien entre ces deux dossiers est évident. Il s’agit bien d’un même tueur. Et ce dernier semblerait s’attacher à faire de chacun de ses assassinats une œuvre d’art.

Les choses se compliquent quand le tueur entre en contact avec un journaliste pour l’envoyer sur le lieu de sa troisième composition

MON AVIS: Depuis que l'on m'a contacté une première fois pour me faire découvrir cet auteur avec son livre l'essence des ténèbres, puis qu'ensuite, l'auteur lui-même me propose son nouveau livre, je guette ses futures parutions. Maintenant, je les prends directement sur Amazon et à chaque fois, je suis conquise.
L'auteur a le génie pour embarquer le lecteur dans une sphère où on est transporté dans son monde. 
Ce qui commence par des meurtres "classiques"... Enfin si on veut, vu les atrocités 
dépeint dedans, passe vite à une autre dimension qui nous laisse avec une grimace de dégoût à certains passages.
Tom nous scotche littéralement aux pages avec son tueur tordu qui se prend pour un artiste.
Il n'y a pas à dire, il arrive à nous faire entrer de plein fouet dans la tête du tueur pour que l'on puisse comprendre sa manière de penser et d'agir.
Et le tour de force, est à mon sens qu'il arrive à imbriquer des éléments très réalistes et faire en sorte que la réalité rejoigne la fiction. A moins que ce ne soit l'inverse..
Le suspens est au rendez-vous de ce thriller addictif à la noirceur d'encre. Les personnages haut en couleur sont parfaitement décrits nous permettent de nous les imaginer sans soucis. Que ce soit Margot, brillante psychocriminologue qui met toute son énergie dans la traque de ce tueur qui prend un malin plaisir à exposer ses "œuvres". Et bien sûr, ce tueur justement, qui pense être un artiste et qui, pour mieux se faire connaître, contacte un journaliste pour exposé ses scènes de crime à la presse comme le ferait un peintre dans une galerie. C'est angoissant, glaçant et surtout diablement efficace.
Tom m'a une nouvelle fois enchanté avec son livre et m'a fait passer un bon moment. Je trouve qu'il s'améliore au fur et à mesure de ses écrits et qu'il prend beaucoup plus d'assurance au fil du temps. Ses récits sont plus percutants et sa plume a gagné en maturité si je puis dire. 
Je suis contente d'avoir pu encore une fois lire son livre et il n y a plus qu'à attendre le prochain. En espérant comme je le dis souvent que ses livres seront un jour en librairie au côté des grands noms du thriller. 




vendredi 15 avril 2022

Fils- des- Brumes, cycle 1, tome 1: L'empire ultime de Brandon Sanderson

 RESUME: Les brumes règnent sur la nuit,

Le Seigneur Maître sur le monde.

La jeune Vin ne connait de l’Empire Ultime que les brumes de Luthadel, les pluies de cendre et le regard d’acier des Grands Inquisiteurs. Depuis plus de 1000 ans, le Seigneur Maître gouverne les hommes par la terreur. Seuls les nobles pratiquent l’allomancie, la précieuse magie des métaux.
Mais Vin n’est pas une adolescente comme les autres. Et le jour où sa route croise celle de Kelsier, le plus célèbre voleur de l’Empire, elle est entraînée dans un combat sans merci. Car Kelsier, revenu de l’enfer, nourrit un projet fou : renverser l’Empire.


MON AVIS: Ce livre me faisait de l'œil depuis un moment, mais comme beaucoup de livres que j'ai en pal, il a dormi un moment dans ma pal avant que je ne me décide à le sortir. Et puis avec le challenge d'azilis, "un mot, un titre" sur LA, je me suis enfin décidé à le lire. Et je n'ai qu'un seul regret, ne pas l'avoir lu plutôt. C'est un univers très complexe que l'auteur nous propose. C'est une histoire riche en magie, un peu difficile a appréhendé au premier abord. J'avoue qu'au début, j'ai été un peu perdue sur ce style de magie. 
Il faut dire que j'ai plus tendance à lire de la fantasy "simple". Je veux dire par là, que je lis plutôt des genres d'épopée avec des créatures imaginaire ou des mythes revisités. Au lieu de la magie pure comme celle-ci.  Alors que là, le mystère qui entoure l'allomancie est aussi brumeux, qu'à Londres un jour de brouillard ! J'ai eu un peu de mal à saisir toutes les ficelles, ou bien, c'est moi qui n'étais pas aussi attentive qu'il l'aurait fallu. Mais j'ai mis du temps à comprendre.
Cela ne m'a pas empêcher d'apprécié pleinement ma lecture. Les personnages sont savamment travaillés et chacun a son importance, que ce soit Vin, bien sûr, mais aussi tous ceux qui gravitent autour, tel que Elend, Dockson ou sazed, que j'ai apprécié tout de suite. Le décor n'est pas en reste, même si cela reste très sombre, s'est intelligemment mené de bout en bout. On s'imagine sans peine ses villes arrosées de cendre, qu'elles en paraissent surnaturelles. Un peu comme des villes fantômes ou des villes construites pour des décors de cinéma.
Tout est bien proportionné, sans fausse note. L'auteur nous plonge dans une aventure très addictive, ou tout va croissant et est mené tambour battant. N'allez pas croire que c'est un rythme effréné ou le lecteur n'a pas le temps de reprendre son souffle. Bien au contraire, c'est extrêmement bien dosé. Une fois commencé, on le lâche plus. 
La fin m'a un peu étonné, ayant trois tomes dans ce cycle, je m'attendais à une fin un peu abrupte, où j'aurais dû attendre la lecture du tome 2, voir 3 pour connaître les réponses. Mais, cette fin s'achève comme un one shot. J'ai quand même hâte de lire le tome 2 pour savoir ce que l'auteur a pu nous concocter. 




ce livre a été lu dans le cadre du challenge un mot, un titre

dimanche 6 mars 2022

La griffe du chien de Don winslow

 RESUME: Art Keller, le « seigneur de la frontière », est en guerre contre les narcotrafiquants qui gangrènent le Mexique. Adan et Raul Barrera, les " seigneurs des cieux ", règnent sans partage sur les sicarios, des tueurs armés recrutés dans les quartiers les plus démunis. Contre une poignée de dollars et un shoot d'héroïne, ils assassinent policiers, députés et archevêques. La guerre est sans pitié.


MON AVIS: J'avais acheté ce livre par hasard, afin de changer un peu de genre. Je suis donc parti à la découverte des narcos trafiquants du Mexique. 

Il faut reconnaître une chose, c'est l'excellent travail de l'auteur pour nous relater 30 ans de guerre contre les cartels de la drogue. On plonge en totale immersion, l'écriture de l'auteur a beaucoup d'intérêt. De plus, j'ai lu récemment, après ma lecture, que l'auteur a inséré dans son livre beaucoup de son travail d'investigation directement sur le terrain. Il a interrogé des trafiquants de drogue directement à la source. Toute son enquête est retranscrite dans ce livre. On peut dire aussi que c'est un boulot conséquent et totalement réaliste.

Pourtant, j'avoue qu'à certains moments, j'ai eu envie de décrocher complètement. Il y a beaucoup de longueurs avec certains passages qui m'ont peu intéressé. Ma lecture a été un peu en dents de scie. Parfois, j'avançais très vite, car les passages étaient passionnants et à d'autres, je stagnais laborieusement pour avancer. C'est dommage, parce que je me demande si avec moins de longueur, ce serait mieux passer !

De plus, une multitude de personnages à retenir ne m'ont pas aidé. Mais cette histoire a un vrai potentiel, il est vraiment instructif sur toutes les magouilles, les trafics de drogue, la prostitution et les scènes décrites qui vous font faire la grimace. Mais à trop vouloir en faire et à donner trop de détails qui, s'ils sont peut-être importants, m'ont par moment laissé de marbre.

Je pense qu'aussi, ce livre n'est pas forcément pour tout le monde, car il y a beaucoup de violence et de scène de torture. Je ne sais pas encore si je lirais le suivant qui est dans ma pal. Peut-être plus tard, histoire de bien digérer celui-ci.  


samedi 5 mars 2022

Sur un mauvais adieu de Michael Connelly

 RESUME: Missions « haute tension » pour Bosch : traquer un violeur en série et retrouver un héritier que certains refusent de voir apparaître dans le tableau. Glaçant et émouvant.


À présent inspecteur de réserve au San Fernando Police Department, Harry Bosch est un jour contacté par un magnat de l’industrie aéronautique qui, sentant sa mort approcher, souhaite savoir s’il a un héritier. Dans sa jeunesse, le vieil homme a dû quitter sa petite amie sous la pression de sa famille. Aurait-elle eu un enfant de lui ? Cette question n’étant pas du goût du conseil d’administration avide de se partager le gâteau, Bosch est vite menacé. Pour corser le tout, ses collègues du commissariat ne parviennent pas à mettre la main sur un violeur en série particulièrement redoutable…

MON AVIS: Cela fait un bout de temps que je n'avais pas sorti une enquête de Bosch de ma pal. Pourtant, je sais que ça va être un bon moment de lecture. En parallèle, je reprends la série au début, car comme je l'ai déjà dit, je n'ai pas lu les premiers dans l'ordre et j'ai voulu me faire de temps en temps un petit retour à la source.
Ici on suit notre flic favori qui est maintenant officier de réserve. Il a du mal à raccrocher son insigne le Harry ! On le retrouve ici, là où on l'avait laissé à la fin de jusqu'à l'impensable. Il est difficile de faire une chronique concrète pour ses livres, car j'ai parfois l'impression de dire la même chose.
Il faut dire que pour moi, les livres de Connelly sont une valeur sûre, surtout la série de Bosch.
Dans cet opus, on assiste à deux enquêtes de notre ami : Il doit essayer de retrouver un héritier potentiel et il traque en même temps un violeur en série. 
Quand je lis une enquête de Bosch, je me fais toujours la même réflexion: Vu la personnalité qu'il a, il n'aurait en fait jamais pu être flic au LAPD, car il a trop de mal à respecter les codes. Il agit à l'instinct , ce qui en fait un très bon flic, mais trop difficile à gérer pour les supérieurs !

Sans entrer dans les détails de ses deux enquêtes, je peux encore une fois salué le travail minutieux de l'auteur pour nous donner encore une fois une enquête pleine de rebondissement, bien documentée et attrayante. 
Le personnage principal n'est pas comme on voit beaucoup dans plusieurs thrillers, un flic écorché vif et malmené par la vie qui prend des risques inconsidérés. C'est un flic à l'ancienne qui fait son travail avec les moyens dont il dispose et si au fur et à mesure des tomes, il a su se moderniser, il n'en reste pas moins que c'est sur le terrain et par ses méthodes d'investigation que le héros est toujours aussi efficace.
Encore un bon cru que j'ai eu plaisir à lire. 

samedi 26 février 2022

Les refuges de Jérôme Loubry

 RESUME: Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d’aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte.

Lorsqu’elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d’habitants âgés organisés en quasi autarcie. Tous décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, loin de l’image que Sandrine en a.
Pourtant, l’atmosphère est étrange ici. En quelques heures, Sandrine se rend compte que les habitants cachent un secret. Quelque chose ou quelqu’un les terrifie. Mais alors pourquoi aucun d’entre eux ne quitte-t-il jamais l’île ?
Qu’est-il arrivé aux enfants du camp de vacances précipitamment fermé en 1949 ?
Qui était vraiment sa grand-mère ?
Sandrine sera retrouvée quelques jours plus tard, errant sur une plage du continent, ses vêtements couverts d’un sang qui n’est pas le sien…

MON AVIS: J'ai lu ce livre dans le cadre du challenge du LPDA sur LA et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce n'est pas le livre que l'on croit quand on lit le 4e de couverture.
C'est un livre qui est très prenant dès les toutes premières pages. Et plus on avance, plus on reste scotché aux pages qui défilent. Je l'ai lu en 5 jours !
On suit deux trames à différentes époques : L'une se situe en 1949, alors que la France se relève de la guerre. On côtoie Suzanne et d'autres personnages qui vivent sur une ile quelque part en Normandie et l'autre en 1986 ou on rencontre Sandrine, la petite fille de Suzanne qui doit prendre connaissance du testament de Suzanne, cette grand-mère qu'elle n'a jamais connue. S'ensuit toute une série de péripéties dont je ne dévoilerais rien, car je risque de spoiler.
Ce que je peux dire, c'est qu'il y a plusieurs histoires qui s'imbriquent autour d'un noyau, qui devient le centre du récit. Une sorte d'histoire avec plusieurs intrigues juxtaposées. Difficile d'expliquer !

Ce qu'il faut reconnaître, c'est l'énorme travail de l'auteur pour arriver à nous balader d'un bout à l'autre sans qu'on ne s'en aperçoive et ne pas perdre le fil du récit. Moi, je dis chapeau bas, car c'est hyper bien fichu.
Même si l'histoire est beaucoup plus complexe que l'on peut le penser au premier abord, elle est construite en plusieurs parties, qui sont chacune une pièce du puzzle, où la fin va donner la clé de ce thriller psychologique. Lorsqu'on pense avoir compris ou l'auteur veut en venir, boum ! La partie suivante nous ramène au point de départ.
L'auteur nous plonge dans les méandres de l'âme humaine et le côté psychiatrique qui est développé est fort intéressante.
Détail amusant, une partie de l'intrigue se déroule à Villers-sur-Mer, en Normandie et j'y ai passé mes vacances de Noël 2021.
Toute l'histoire est extrêmement prenante et j'avais un peu peur que la fin ne soit pas à la hauteur du reste. Mais elle reste dans la lignée du reste de l'histoire.
Pour conclure, je pense que le prix décerné à ce livre est hautement mérité et que c'est un bouquin dont je me souviendrais pendant un moment. 



Lu dans le cadre du challenge LPDA sur Livraddict