jeudi 2 août 2018

La curiosité est un péché mortel: Lizzie Martin, tome 2

RESUME: Lizzie Martin a été envoyée à New Forest pour soutenir une jeune femme dont le bébé a connu une mort tragique. Mais les choses prennent une tournure encore plus sombre lorsqu’un chasseur de rats est retrouvé assassiné dans le jardin, la jeune femme éplorée et couverte de sang à ses côtés. Ne sachant pas vers qui se tourner, Lizzie appelle son ami l'inspecteur Ben Ross de Scotland Yard pour résoudre ce crime horrible.

MON AVIS: Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas lu un petit polar victorien. le dernier remonte a très loin avec Anne perry.
D'habitude, j'adore l'authenticité, l'atmosphère de ce genre de livre. Pas d'ADN, pas de labo scientifique, pas d'hémoglobine a l'état pur. Juste "les petites cellules grise" comme dirait Poirot, des meurtres propre, si on peut dire. Bref un petit policier qui avait tout les ingrédients pour me plaire.
Mais la j'avoue que j'ai été déçue par cette histoire. Elle ne m'a absolument pas captivé! Même s'il y'a meurtre, (normal hein me direz vous) je n'ai pas trouvé l'histoire transcendante. j'ai trouvé que ça ne décollait pas et que c'était assez plat.
Pourtant j'ai bien aimé les descriptions, le temps que prend l'auteur pour bien installer l'histoire. Ce n'est pas ça qui m'a dérangé. Je pense que c'est l'histoire en elle même que je n'ai pas trouvé génial.
Les personnages sont pourtant plutôt sympathique, j'aime bien Lizzie et Ben les personnages principaux. Même si je trouve que pour l'âge que Lizzie a dans le livre, elle est peu tête de linotte et agit plus comme une jeune fille de 20 ans, mais cela n'est qu'un petit détail.
Je pense que la lenteur de l'histoire y est pour beaucoup. Je n'ai rien contre les histoires qui démarrent tranquille, qui prenne le temps de bien planter le décors, mais la j'avoue que c'était trop pour moi. J'ai été jusqu'au bout pour voir si ça allait bouger un peu mais rien de plus. je qualifierais, ce livre de linéaire.
J'ai un autre roman de cette auteur dans ma pal, je verrais s'il me captive un peu plus